23112010-23112017


Je pense qu'il est temps que j'arrête de chercher une explication à ce qui nous est tombé dessus en quelques heures. Tu m'apportes beaucoup de sourires, tu n'en as sans doute pas conscience. Je ne sais absolument pas dans quoi je m'aventure mais je savoure et j'ai du coup oublié les choix auxquels je me forçais à me tenir depuis quelques années. J'exagère en disant que tu chamboules ma vie. Et pourtant, c'est ce que tu fais. En tout cas, tu m'obsèdes depuis ce 23 novembre. Il y a tout juste un mois... Qu'il est bon d'être avec toi, sous tes caresses, tes regards, tes paroles et tes baisers. Je t'avais demandé à ce qu'on n'aille pas trop vite. Il va m'être difficile de contenir ce sentiment qui commence à grandir en moi. Je ne dirai pas que je t'aime mais c'est tout comme. En fait, je ne veux pas me l'avouer. Et je te remercie de me faire vivre cette sensation à chaque fois que l'on se voit. Cette boule au ventre a fait place à des papillons que je ne pensais jamais sentir. Merci d'en être le seul et unique responsable de ce sentiment que je ne pensais plus possible depuis bien longtemps.

{ Texte écrit le 23 décembre 2010 }

Les papillons se sont envolés depuis mais l'amour est resté. Les sourires sont toujours présents à chaque fois que l'on se retrouve. Le respect est toujours là. La confiance un peu moins... Moi la mauvaise aux milliers de défauts (je ne fais que retranscrire ce qu'on m'a mis dans le crâne durant des années), tu as su m'apprivoiser. Tu es d'un soutien, d'une présence et d'une générosité comme je n'en ai jamais connu auparavant. Tu aurais pu fuir bien plus tôt et pourtant, pourtant... Je ne suis pas toujours facile. Pas une question de caractère mais plutôt des démons et des complexes qui, ma foi, sont très bien installés... Les blessures du passé nous ont soudé. Tu aurais pu fuir lorsque ma mère a foutu la merde. Tu aurais pu me jeter lorsque ce fut le cas avec ton frère. Mais là encore, une fois de plus, et parmi tant d'autres occasions, tu as su me montrer que oui, l'amour est réellement au rendez-vous, même après toutes ces années, entre nous.

J'ai succombé à la Kobo


Il y a quelques années, je publiais un article sur mon amour des livres pour imposer ma réticence concernant les liseuses qui étaient entrain d’envahir les rayons.

J’aime les livres et les aimerai toujours. Pour le toucher, leur odeur, les rides qui se dessinent sur leur couverture, parfois (très rarement) les cornes que je fais en haut, les éventuelles traces de café (ou des miettes pour ceux qui grignotent). Parce que je suis soigneuse, je prends donc soin de tout. Comme les livres...

Longtemps je les ai gardé dans le but de les relire plus tard. Mais ayant une bonne mémoire, la saveur n’est plus la même que lors de la première fois. Dès les premières pages, me revient le dénouement de l’histoire.

Les livres, j’ai dû en acheter trois, neufs. Tout le reste est de l’occasion. Parce que bon, même si j’avais une rentrée d’argent, moi, l’amoureuse des livres, ça deviendrait un budget ingérable. Je dis donc adieu aux nouveautés et bonjour les brocantes.

Et qui dit amoureuse des livres dit de la place pour stocker ! Sauf que n’ayant pas de bibliothèque (pour ne pas dire de chez moi), mes dizaines de livres finissent dans des cartons, rangés ici et là. Jusqu’au jour où j’ai découvert Momox.

Mais c’est une autre histoire.

Les liseuses, je ne me voyais pas en posséder une. Mes yeux subissent assez les écrans comme ça pour devoir en rajouter. Mais ces deux dernières années, je dois reconnaître que je commençais à m’y intéresser. Les raisons sont bêtes : je manque de place. Mais surtout, je ne pouvais pas lire le soir (lorsqu’il n’y a rien à la télé (et c’est très souvent !)) ni même durant mes insomnies (elles sont nombreuses) pour la simple et bonne raison que la lumière réveillait Fred. Et Candy Crush/Instagram, ça va 5 minutes !

Depuis deux ans donc, l’idée de me procurer une liseuse me titillait. Mais c’est un budget. Et surtout, adieu les livres à 2€ maximum glanés sur les brocantes et chez Noz (et les dons des copinautes ♥).

Le budget, j’ai fini par l’avoir dernièrement (si vous connaissez le fonctionnement des points PriceMinister), j’ai pu me l’offrir pour 15€. Neuve.

Depuis une semaine, je suis donc propriétaire de la Kobo Aura H2O, 2ème génération. Et je dois vous avouer qu’au moment de la validation de la commande, je n’étais pas vraiment convaincue...

J’ai pu lire ou entendre que ça peut dérouter certaines personnes. Pas de chance, je ne connais personne proche de chez moi qui possède la moindre liseuse pour me faire une idée. De plus, j’ai retenu les quelques (mais rares) avis négatifs : ça plante souvent, c’est lent lorsqu’on veut passer à la page suivante et un retour au SAV est parfois obligatoire.

Certes ça ne fait que quelques jours (j'en suis à mon huitième roman) mais je pense avoir déjà assez le recul nécessaire pour vous faire un petit bilan. Je ne vais pas vous faire un tutoriel, il en existe plein et ce n’est pas le but de cet article.

Première pensée en ouvrant la boîte : c’est petit ! C'est tout aussi grand que l'iPhone 7 Plus ! Mais ça n’aura duré que quelques secondes le temps que je l’allume.

J’ai de suite oublié Kindle qui t’oblige à acheter que sur Amazon (à moins que ça ait changé depuis ?) et comme Kobo s’en sort très bien sur le plan technique, j'ai préféré cette dernière.

Question lecture, j’ai eu un peu mal aux yeux la première heure. Le temps d’adaptation. Mais après ça, c’est simple, le livre qui m’a été proposé, je l’ai lu d’une traite en 4h. Voilà, si je fais la morte sur Instagram, vous savez maintenant pourquoi.

J’aime les possibilités d’adapter la lecture à notre confort. Elle est légère, fine et on peut lire en ayant les mains libres. La taille des marges, des caractères, la police avec laquelle on se sent le mieux, le réglage de la lumière. J'avais peur des reflets, moi qui aime lire par beau temps mais ma foi, ça m'a l'air d'être parfait ! Faut dire que cette version de la Kobo possède le système anti-reflet.

En parlant de lumière, j’ai pu lire en pleine nuit et Fred n’a aucunement été gêné. Contrairement à la lampe de chevet. C’est bête mais si mes lectures nocturnes l’avaient dérangé, j’aurai renvoyé la liseuse. Ce qui, finalement, ne se fera pas.

Autre point qui m'a fait acheter une liseuse : mon ostéopathe m'a conseillée dernièrement de mettre la lecture en pause. Non mais il est sérieux, lui ? Oui, il l'est... Mon inversion cervicale (et non distorsion, j'en apprends tous les jours sur mon cas), ne s'arrangera pas si je ne change pas mes habitudes. Moi qui lis beaucoup dans le lit, ce n'est pas compatible avec ma rééducation. Or, avec la liseuse, je peux lire dans toutes les positions tout en ayant les mains libres. Manquerait presque un SIRI pour ordonner de tourner la page.

Je continuerai tout de même à lire des livres papier. Peut-être par habitude mais il y aura toujours forcément des livres que je trouverai pour moindre coût sur des brocantes que la version ePub ne permet(tra) pas.

Vous l’aurez donc compris : je suis conquise par cette acquisition. Bien entendu, je ne peux pas comparer avec d’autres mais celle-ci me satisfait pleinement. Bien que ça ne fasse qu’une semaine. Je n’aurai pas eu le budget, j’aurais sûrement pris la version précédente (Aura). Mais quand je vois ma première impression en découvrant la Aura H2O, je me dis que j’ai bien fait (6.8" contre 6"). Le côté 8Go de stockage étant un pur argument marketing car bon, stocker 6000 livres (et les lire !), faut être sacrément fort ! Pour son côté résistant à l’eau, là encore, ce n’est pas un point qui me séduit puisque je ne compte pas prendre de bain avec ni lire sous la pluie. Je me suis donc permise de prendre cette version-ci pour les nombreux commentaires positifs, sa taille, son wifi mais également, l’anti-reflet.

Quelques points négatifs tout de même : le dictionnaire est pauvre. Sur le premier livre, Kobo a été incapable de m’aider sur trois mots. Ce qui est tout de même quelque peu énervant, moi qui pensais ne plus à avoir l’iPhone proche de moi pour compléter mes connaissances. J'ai un pixel mort en bas mais ce serait du chipotage (bien que, tu t'attends à recevoir un produit parfait). Les stat' peuvent être amusants mais je ne les trouve pas assez travaillés. Et enfin, la durée de la batterie. Troisième fois que je dois recharger la liseuse en une semaine. Une petite déception à ce niveau-là. J'ai toujours une batterie externe de secours au cas où mais je m'attendais à une plus grosse autonomie.

PS : Merci aux instagrammeuses de m'avoir conseillée ainsi que d'autres pour remplir ma bibliothèque, via Instagram et par mail.

Je m'enfoutiste


J'ai souvent cette crainte de cette image que les gens peuvent percevoir de ma personne. Et pourtant, ce n'est vraiment pas le cas... Ou bien, c'est d'une manière purement non intentionnelle.

Une des très rares choses intelligentes que ma mère m'a souvent dite : "Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l'on te fasse" (inutile de préciser qu'elle ne mettait pas cette phrase en pratique, hein). Ca allait un peu de paire avec "Occupe-toi de ton cul". Et c'est ce que je fais. Peut-être un peu de trop.

Je ne m'occupe pas du cul des gens tout comme je ne veux pas que l'on s'occupe du mien. Je ne suis absolument pas curieuse. Enfin si, je le suis. Mais de la vie, de la nature, des passionnés, de la beauté etc... Une belle et riche curiosité.

Mais là où je suis très j'm'en foutiste, ce sont des gens. Vous n'imaginez pas à quel point je me fous royalement de la vie des personnes que je ne fréquente pas, que je ne connais pas, que je n'apprécie pas et réciproquement. J'ai très vite compris que ça ne m'apport(er)ait rien.

Je suis tout le contraire. Ca me gonfle ces discussions. Alors je suis souvent silencieuse. Je ne suis pas du genre à écouter les conversations en caisse, n'y à passer devant les pompes funèbres pour savoir qui est mort ou préférer squatter les salles d'attente des médecins sans RDV. Je me fous de ce que fait le voisin, de savoir qui est parti en vacances et où, qui est garé devant chez telle personne, qui fait quoi comme travaux, que comportent les sacs poubelles etc...

Ce n'est pas de l’égoïsme ni du j'm'en foutisme pur. Je ne vois toujours pas l'intérêt de m'apitoyer ou rire sur le sort de quelqu'un que je ne fréquente pas et/ou n'apprécie pas. Mais du coup, j'ai l'impression de m'intéresser à personne. Or, ce n'est pas le cas mais comme je ne fréquente personne, forcément...

C'est comme lorsque je ne dis pas bonjour aux gens dans la rue ou en voiture. Je ne fais tellement pas attention que je mets des vents à des gens que je croise mais que je ne vois pas, ne reconnais pas. Je ne suis pas du style à guetter qui est dans la rue, qui est en voiture. Je regarde là où je mets les pieds (vive les crottes de chien et les centimes) alors du coup, je donne cette image de quelqu'un de froid, d'hautain alors que pas du tout... Je n'invente pas. Pour preuve, une connaissance a cessé de me saluer à force de ne pas avoir de réponse à ses bonjours de la main lorsque je le croisais (lui en voiture, moi à pied et inversement). J'ai réussi une fois à le voir et lui dire que je n'avais rien contre lui mais le mal était déjà fait...

Je ne suis pas j'm'enfoutiste malgré les apparences. Je suis simplement curieuse uniquement pour de bonnes et belles raisons.

Dernière ligne droite


On approche doucement de la fin de l’année 2017. Je suis impatiente d’entamer la nouvelle avec l’espoir que 2018 m’apporte du changement. Je parle au niveau de la santé. Presque onze mois que je me trimbale cette affaire et ce n’est pas terminé (il faut dire aussi que je ne vous ai pas tout raconté non plus). Troisième rendez-vous chez mon ostéo ce matin. Pas d'amélioration ni de complication. J'y vais avec une légère indifférence... Ces soucis de santé qui ont des conséquences quelque peu négatives sur mon corps : 0% de muscle et 10kg en plus. Je garde tout de même le moral tout en souhaitant que les choses cessent dans ce sens bientôt. C’est la santé qui décidera...

J’ai enfin acquis un second objectif animalier (la nana n’en branle pas une et elle se paye un objectif ?! T’as qu’à me suivre sur Instagram). Le fait est que Fred et moi avons enfin chacun notre propre objectif et ça change tout  ! Gifi des idées de génie.

Et qui dit achat sur Priceminister dit points convertibles en euros à dépenser dans un laps de temps. J'ai tellement fouillé sur le site que je commence à le connaitre par coeur. Je me suis finalement décidée à prendre la Kobo H2O. J'avoue ne pas être totalement emballée par cet achat. Je n'ai jamais eu de liseuse dans les mains, j'aime le livre papier, son odeur, sa texture, le fait de pouvoir le revendre sur Momox (ou autre). Mais l'écran éclairé me serait fortement utile la nuit et puis, second point non négligeable : je n'ai pas de bibliothèque et avec les livres trouvés sur les brocantes, je n'ai vraiment plus de place pour les ranger. Mais là où j'espère ne pas regretter mon achat, c'est dans les bonnes occasions que je ne trouve qu'en brocante... A voir ce que valent les ebooks pas chers (je suis preneuse de liens (et combines)). Et je devrai également ralentir mon rythme de lecture...

Pendant que certains fleurissaient les tombes bah nous, on a passé la journée au Parc de Sainte Croix à 40 minutes de chez nous. Le seul parc (à ne pas confondre avec un zoo) où l’on repart avec la forte impression que les animaux sont heureux. Mais qui dit chacun son matériel photo dit deux fois plus de photos à travailler. Car ça, ce n’est vraiment pas le trip de Fred (et mon PC n’est pas coopératif non plus). Une chose de sûre : l'an prochain, on prend le pass annuel !

Les fauves, ça peut aller. Iago redevient hargneux comme à la période de la venue de Chips. Quant à lui, il est allé chez la véto trois vendredi d'affilés : corriza (malgré qu’il soit vacciné) et arrachage de griffe et d'une partie du coussinet. On ne s’ennuie pas avec eux ! En tout cas, adieu été et bonjour présence dans la chambre ! Chacun de son côté, bien entendu...

Qui dit novembre dit nourrissage des pioupiou. Je ne me lasserai jamais de leur manège incessant devant ma fenêtre (faut dire que je fais tout pour). J'espère que cette année, ils seront présents puisque l'an dernier, il n'y avait personne ! A l'heure où je vous écris, ils ne cessent de dévaliser les 4kg de graines que je leur ai donné hier. Et il va falloir assumer le rythme jusqu'à la mi-mars ^^"

J'ai revendu mon iPhone 6 Plus. Il était constamment en charge et dès que je le débranchais, le pourcentage dégringolait à vue d'oeil, sans rien faire avec. Je suis passée par un acheteur professionnel qui me l'a repris plus que je ne l'espérais. Il s'agit de Rebuy. Ils rachètent de la téléphonie, du son, de la photo. Mais ils en vendent également. C'est ainsi que j'ai pu me procurer le 7 Plus en rose pour pas grand chose finalement. Hormis d'avoir retrouvé une batterie neuve, je n'ai pas l'impression d'avoir changé de téléphone. Il n'y a pas de grosses différences entre ces deux versions... En tout cas, si à l'avenir je devais m'acheter un objectif photo, je passerai par eux. Les prix sont intéressants et je suis plus rassurée par un produit reconditionné par un professionnel que de passer par de l'occasion via un particulier.

Que puis-je donc vous raconter d'autres ? Merci pour votre fidélité et vos commentaires parsemés sur le blog. Je n'ai pas hésité longtemps à renouveler mon nom de domaine (en même temps, pour moins de 10€/an, je ne prends pas de risque). Comprendre par là que je m'accroche, grâce à vous...