Point de non-retour

dimanche 25 janvier 2009 Ingrid | Mémorables oublis 7 Comments

Il y a des moments où nos paroles dépassent nos colères. On s'excuse puis on oublie. On avance... Jusqu'au jour où ces moments deviennent quotidien et de plus en plus forts... Jusqu'au jour où on se dit : Je n'ai plus de père... C'est terminé et j'y ai bien réfléchi... Je ne le dis pas sur le coup de la colère. Je ne reviendrais pas non plus sur ma position... Dès l'adolescence, j'ai vite compris qu'il n'était pas un papa comme les autres. Il n'était pas fait pour se marier et encore moins pour avoir des enfants. C'est quelqu'un de très personnel et solitaire. Seuls son jardin et son vélo l'intéressent... Sa façon d'aimer est de placer un peu d'argent sur le compte de ses enfants de temps en temps... Maman a été conditionnée d'entrée : ne pas dire ou faire ça. Laisser les autres parler sur toi. Non, tu t'achèteras pas ça car j'aime pas/pas envie/pas le moment etc... Puis il en fit de même avec moi et ensuite mon frère... On a toujours dû faire comme bon lui semblait et peu importe ce qu'on en pensait. Il a programmé sa vie comme il a programmé la notre, nos études, nos sorties... Un soir de Noël, je lui ai dis qu'il était un étranger à mes yeux. C'était dans le but de lui faire un choc, qu'il ouvre les yeux. Mais il n'en fit rien... Je me suis fais passer pour la méchante, j'ai culpabilisé, j'ai demandé pardon puis on a continué nos vies... C'est quelqu'un qui ne parle jamais sauf quand c'est pour parler jardin et vélo, ça va d'soit ! Il ne laisse jamais rien paraitre de ses sentiments... Recevoir ou aller chez des gens, c'était compliqué... Il ne dit pas un mot. Ca met forcément les autres mal à l'aise. Ils se sentent pas appréciés... Ou bien quand il ne parlait pas, c'était pour lancer des piques méchantes sur Maman. Devant les autres, c'est plus comique... Mais elle a appris à se taire, à encaisser... Avec ses enfants, il n'est pas mieux. Il n'a jamais pris la peine de passer un peu de temps avec nous. Jamais on a eu une conversation père-fille/fils. Le jour de nos naissances, il n'a pas voulu quitter son jardin (les carottes à planter, ça ne pouvait pas attendre !). Tout père doit normalement connaitre la couleur préférée de son enfant, ce qu'il aime/déteste dans la nourriture, son style de musique etc... Eh bien pas chez nous... Oui, à force on s'y habitue mais ces derniers temps, c'est devenu invivable. Il profite de sa maladie pour nous narguer. Il nous provoque, se moque de nous, n'a aucun respect envers sa femme si dévouée qui a quitté des journées de travail pour l'emmener passer ses tests à l'hopital (imaginer si on retournait la situation). Elle doit se coltiner des centaines de bocaux et verrines de confiture chaque année alors qu'elle n'a jamais rien demandé, doit ramasser son linge qu'il laisse trainer dans la maison et doit surtout faire comme il l'a décidé... Il y a 3 semaines, je me suis fais insultée car j'ai eu le malheur de naître frileuse alors que lui ne l'est pas. Il a toujours été ainsi. Certes, l'Alzheimer aggrave peut-être son comportement mais à l'heure actuelle, c'est son caractère-même qui le faire agir ainsi. Maman ne peut plus rien faire sans qu'elle soit critiquée... Elle ne peut plus aller chez sa mère sans qu'il se dise "Ca y est, elle va aller gueuler sur moi". Oui car Papa est très parano ! On ne peut pas aller passer l'après-midi à faire les magasins sans qu'il se mettent des idées impossibles en tête... Puis alors lui faire comprendre qu'il y a une différence entre "oublier et cacher les choses", j'vous en cause même pas ! Depuis une douzaine d'années, il a décidé du jour au lendemain qu'on recevrait plus personne et qu'on refuserait les invitations. Maman a toujours fait en sorte de tourner les excuses d'une façon à ce que ce soit pas mal pris par les gens... Mais faut pas trop les prendre pour des cons... La seule personne qui vient de temps en temps, c'est mon oncle qui touche à tout : mécanique, électricité etc... Et même là, c'est l'engueulade assurée car "j'aime pas ses clopes, c'est pas de ma famille, on peut faire confiance en personne" etc... Hier, ce fut la goutte d'eau qui a débordé du vase... Il a provoqué ma père avec une telle méchanceté que je n'ai pu me taire. Car oui, sa fille si silencieuse qui doit limite dire merci aux insultes que sa chère famille lui lance, a décidé de l'ouvrir depuis 2 ans. Je vais sur mes 27 ans et mes 27 années furent programmées et parallèlement un désastre. Mon enfance fut malheureuse, je n'ai pas eu d'adolescence. Je n'ai jamais connu les sorties. Je n'ai pas d'amis. Je n'ai aucune estime de moi. Je ne suis pas autonome. Imaginez la fille de ma cousine de 8 ans qui sait ramener un colis à La Poste et moi, pas... Jamais osé, la peur de gaffer et qu'on rit de moi, à 27 ans... Je vous vois sourire, je comprend, je ne vous en veux pas... Je suis la fille potiche qui va toujours dans le sens des autres pour éviter les conflits. Je suis la fille associable car j'ai finis par m'habituer à rencontrer personne... Ou bien parce que j'ai cette trouille de ne pas plaire, d'être jugée, de mal faire... Bref, je ne sais pas pourquoi je raconte tout ça. Peut-être une envie soudaine... Peut-être aussi parce que je ne supporte plus d'entendre "c'est la maladie qui veut ça". Je dois me prendre en mains quitte à perdre le père que je n'ai jamais eu. Je ne veux plus me laisser faire. Hors-de-question de continuer dans son jeu. Je défendrai Maman qui a encore des années devant elle. Je refuse qu'on se rende malades à cause de lui tout comme je refuse de continuer plus longtemps à être la marionette d'un homme qui n'a jamais eu aucune reconnaissance, aucune attention envers des personnes qui ont tout fait pour lui...

7 commentaires :

  1. Woooh... comment une telle situation peut-elle continuer? Pourquoi ta mère ne l'a pas quitté depuis le temps où il est invivable? Par pitié? Par peur de vivre seule? Par amour? Comment peux-tu avoir un caractère et des pensées personnelles si il a autant contrôlé vos vies et vos opinions?

    Mais aussi pourquoi tu vis encore chez tes parents? J'avais cru lire plus tot que tu ne trouvais pas de boulot... j'imagine alors que la situation est plus que frustrante... DETESTABLE. Tu pourrais quand meme partir et trouver un boulot meme si ce n'est bien en-dessous de ton niveau d'études. Il est temps de commencer à vivre pour toi et non à travers quelqu'un. Tu n'as aucun devoir envers tes parents! Ils t'ont mis au monde, ILS ont un devoir envers toi... et il semble qu'ils ne font pas leur boulot. Quand on devient adulte, les parents sont un peu comme des amis, si on les aime plus ou si la relation ne marche pas, on est pas obligés de se voir souvent et d'etre en contact. On perd bien de vue des anciens amours, donc pourquoi pas couper les ponts avec les parents.

    Ta mère est surement restee avec lui pour vous les enfants et maintenant, à cause de la maladie, elle ne veut pas qu'il reste seul. Elle aussi devrait commencer à vivre et ouvrir ses ailes, faire ce qui lui plait! Si elle ne le regrette pas deja ou qu'elle ne s'en rend pas compte, c'est qu'il y a un probleme et qu'elle a besoin de cette relation où elle prend soin de quelqu'un d'autre comme une mere de son enfant ou une infirmiere de son patient. J'espere que la crise de la 50aine lui fera ouvrir les yeux! Ton père n'est pas humain et n'a pas de coeur, il semble etre asocial, manipulateur et aggressif. Il ne peut pas vous aimer s'il agit ainsi.

    J'ai peur que, ayant vecu ainsi si longtemps, et ayant vu l'exemple de ta mere, tu cherches toi aussi a vivre avec quelqu'un du meme genre que ton pere et prendre soin de quelqu'un qui ne t'aime pas. Il y a tellement de relations comme ca.

    J'espere que tu pourras au plus vite quitter cette vie et commencer la tienne, profiter du monde et apprécier ta liberté! Meme célibataire dans un travail pas super, vivre libre et suivre ses opinions, c'est la grande vie!

    A+

    RépondreSupprimer
  2. Audrey : c'est déjà bien d'en prendre conscience.
    tu as encore le temps de rattraper les choses.
    quant à la confiance en toi, y'a que le coup de pied au cul qui marche. j'étais du genre à ne pas aller à la poste non plus, puis un jour il faut se forcer et après on voit à quel point on est ridicule d'avoir peur de ca.
    sache qu'on a tous un potentiel beauté et que la façon d'être et le charme comptent beaucoup. tu sembles être une personne bien, avec de grandes qualités humaines, crois en toi. la confiance en soi rend belle. après, les petits kilos en trop on s'en fout, c'est pas ça qui fait une personne.
    continue à t'affirmer en tout cas ; )

    RépondreSupprimer
  3. bonjour,
    je suis de passage on ne se connait pas.
    J'ai été bouleversé par ton témoignage,
    et je comprend que ça doit etre très difficile a vivre.
    on a presque le meme age, jai 26 ans.

    As tu un moyen de partir vivre chez quelqu'un en attendant ?
    et as tu déjà parler a ta mère en privé ??
    je suis curieuse, mais sans te connaitre, jai vraiment envie de t'aider à aller mieux,
    et puis la confiance en soi, c'est pas toujours facile a acquérir, mais une chose est sure,
    tu ne dois pas laisser ton père te faire croire que tu est minable, ou alors ton père a gagner???
    non, ton père n'as pas a gagner, pas en étant aussi odieux avec tout le monde.
    Tout se qu'il va récolter, c'est qu'il va finir tout seul,
    et toi tu ne dois pas te laisser faire !
    merde ta 27 ans, ta rien a prouver a personne !!!!
    allez ma belle, reprend du poil de la bète (pourrie cette expression !lol)
    voici mon mail si ça te dis de te confier ou autre !
    je m'appelle Yvelise, jai 26 ans, et je vis en région parisienne

    RépondreSupprimer
  4. je ne savais pas que c'etait a ce point :/
    desole de ne pas etre la pour parler avec toi sur msn mais en tout cas ce qui est sur c'est qu'il ne faut pas que tu te laissse faire c'est sur. Mais dans tout ca le pire je crois que c'est pour ta mere :/

    RépondreSupprimer
  5. On ne se connais pas plus que ca, mais ton histoire m'a bouleversé, vraiment. J'aimerai t'aider, t'apporter une parole réconfortante, une amitié, même si elle n'est que virtuelle, surtout, n'hesite pas à me contacter si tu a besoin de moi, tu sais comment faire.

    RépondreSupprimer
  6. Tu devrais chercher du taff miss! Moi, je suis partie de chez mes parents à 18 ans sans boulot, en plein dans mes études, parce que ça n'allait pas non-plus. J'ai cherché du taff (mac do entre autres) et je suis fière de m'en être sortie toute seule.
    Faut se bouger dans la vie, pas se lamenter.

    RépondreSupprimer
  7. Je comprends tout à fait ce que tu as vécu. et même si, d'après ce que j'ai pu lire, ça s'est arrangé avec ton papa, ce qui est une bonne chose, je sais que c'est dur de vivre avec qq1 comme ça (oui, j'ai quasi le même à la mison)...

    RépondreSupprimer