Droit de réponse

mercredi 4 février 2009 Ingrid | Mémorables oublis 6 Comments

Tout d'abord, je tiens à vous remercier pour vos messages sur l'article précédent. Comme je l'ai déjà dit, j'écris car ça me fait du bien mais si en plus, je reçois des commentaires de personnes étrangères à ma vie, c'est encore mieux. Car vous avez un oeil extérieur sur ce que je vis et ça m'aide à relativiser, prendre confiance en moi, me battre... Pour ce qui est de mon père, on continue à s'ignorer et je m'en porte pas plus mal. Ma conscience est plus que tranquille, je n'irai pas lui adresser la parole. Ce n'est pas une question de fierté (on peut pas en dire de même pour lui) mais il a merdé et le statut père-fille ne rentre pas en compte dans ce genre de situation où le respect et le pardon sont mutuels...
Je comptais faire un nouvel article mais je me dois de répondre à vos commentaires...
1- Si je vis toujours chez mes parents, c'est parce que suite à une rupture (qui n'en finit toujours pas aujourd'hui), je me retrouve sans argent, sans boulot, sans apart'. Et je ne vous apprend pas qu'avec la crise actuelle, c'est pas avec mon malheureux bac et sans expérience que je vais trouver facilement un petit boulot. 2- J'ai de sérieux problèmes avec les Assedics qui me font plus que ch*** depuis des mois. Je suis en guerre avec eux ainsi qu'avec la Sécurité sociale (j'ai pas envie de dire pourquoi même si je suis pas en tort dans cette affaire). Ce qui fait que tant que le problème n'est pas réglé, je peux toujours danser sur un boulot ou une aide financière. 3- J'en suis à un stade où je peux/veux pas partir et laisser ma mère seule gérer cette nouvelle vie avec la maladie de mon père. Oui, je dois penser à moi, j'ai ma vie à construire etc... Mais c'est ma mère et bien qu'elle puisse avoir une aide à domicile quand le cas de mon père s'aggravera, ça ne remplace pas sa fille, qui est sa seule amie et confidente... Bref, je veux pas faire ma vie dans cette ville où y a que des cons et je veux pas laisser ma mère seule... Compliquée... 4- Ma dernière relation amoureuse m'a détruite moralement et physiquement. Et non, ce n'est pas un psy qui m'aidera... Je suis un régime pour perdre ces nombreux kilos que j'ai pris durant ma vie de couple (j'en suis à la moitié et là, je stagne car le moral et la motivation m'ont quelque peu lâché). Ma mère ne travaillant plus on sort beaucoup toutes les deux (en ville ou en forêt avec le chien) et ça nous fait beaucoup de bien. Avec le peu de sous sur mon compte, j'apprend à me faire plaisir en 26 ans en pensant rien qu'à moi. Je renouvelle ma garde-robe et vendredi, je vais chez le coiffeur (oui oui, ayé, j'ai enfin sauté le pas même si je n'ai absolument aucune idée de ce que je veux). Voilà en gros, en réaction à vos commentaires... Il me faut du temps pour me reconstruire et avec ce qu'on vit, ça nous rapproche beaucoup Maman et moi. Ca fait du bien ! Suffit juste que mon problème avec les Assedics se règle pour que je puisse enfin espérer avoir un boulot, le facteur principal, déclencheur de mon avenir...

6 commentaires :

  1. C'est sûr que ta situation est compliquée, mais tout de même, je suis sure que tu pourrais, si vraiment tu le voulais, trouver du taff est te trouver un chez-toi sympa, sans pour autant 'abandonner' ta mère qui a sûrement besoin de toi. nan?
    j'veux dire, quand on veut on peut, faut juste se donner les moyens.
    Mais si tu n'as qu'un bac en poche, et 26 ans au compteur, dis-moi juste qu'as-tu fais de 18 à 26 ans, professionnellement parlant?

    RépondreSupprimer
  2. Ma situation me permet pas de trouver un boulot déclaré tant que mon problème avec les Assedics ne se règle pas...
    Sinon j'ai quitté les études à 19 ans pour partir une année à Paris où j'ai bossé comme caissière durant qlq mois. Ensuite 3 années de dépression suicidaire et dernièrement, j'ai passé 2 années en Belgique sans trouver d'emploi.

    RépondreSupprimer
  3. ouais pour ta mere c'est vrai la pauvre de supporter la maladie de ton pere et tout.

    Tu sais quand tu dis que tu es sans experience tu peux mettre en avant tes experiences de graphismes, tes petits jobs et tout. Il faut tout mettre en avant et je suis sure que tu as plus de competences que tu ne le penses.

    Pour le poids il faut y croire et je sais que ca peut etre desesperant si tu stagnes meme si je n'ai pas ce probleme ! Jserais bien ton coach d'ailleurs lol Y'a une emission comme ca aux USA c'est biggest looser et les gens ils perdent vraiment. Bref avec de la volonte t'y arrivera ;)

    gros bisous

    RépondreSupprimer
  4. Coucou
    Dur exercice que celui du blog :) il te faut en plus répondre aux commentaires... J'ai eu un peu les mêmes expériences que toi, une histoire d'amour dévastatrice, un père malade absent ... et une maman à soutenir et aussi du poids à perdre ... bref fais toi confiance, tu vas sentir quand les choses vont tourner, continues de te protéger de ton père et de soutenir ta mere, protège ta conscience et tu avanceras.. j'y suis arrivée, et encore aujourd'hui c'est dur mais on tient le bon bout!

    a bientot

    RépondreSupprimer
  5. Ma Dalaaaa >> Merci tout plein pour ton SMS ce matin ♥ Je suis vraiment pas mail mais je tâcherai de faire un effort si c'est le seul moyen de garder contact toi et moi (je t'envie d'être aux States, t'imagine même pas !).

    Angélique >> Limite ça me réjouit (j'espère que tu comprends ce que je veux dire) de savoir que je ne suis pas la seule dans cette situation... Les baisses de moral, c'est humain, ça arrive. Je crois bien que j'ai repris du poil de la bête depuis hier. As-tu un blog ?

    RépondreSupprimer
  6. Je comprends tout particulièrement ta situation j'ai subi une situation abusiver avec mon beau père qui de plus était maltraitant physiquement et en ce qui concerne le boulot : j'ai 208 ans un bac+4 et je n'ai jamais pu trouver un boulot, c'est la galère (le mot juste) en Belgique, je comprends que tu n'ai pu trouver de job il faut être "pistionné". J'ai peu d'amis, pas confiance en moi car j'ai été détruire moralement. J'ai la chance d'avoir un fiancé vraiment sympa !

    Courag, je sais que c'est dur mais contrairement à beaucoup de commentaires précédents (et des fois je ne les comprends pas de trop) je ne te juge ou je n'essaye pas de comprendre pourquoi tu ne pars pas ou pourquoi tu ne trouves pas un job car je ressents une partie de ce que tu as vécu et c'est ancré dans la chair et dan la tête, la souffrance est non stop, il faut se reconstruire, j'en suis également à ce stade.

    RépondreSupprimer