L'amitié se nourrit de communication...

vendredi 17 avril 2009 Ingrid | Mémorables oublis 6 Comments

Il faut que je ferme mon blog pour qu'il se passe plein de choses cette semaine... J'vous jure... Non mais j'vais surtout vous parler d'un sujet qui m'a touchée et me travaille encore... Je me suis dis qu'il n'y avait rien de mieux qu'Internet pour en parler. Petit rappel des faits : J'ai quitté la Belgique (contre mon gré ^^) en janvier 2008 laissant derrière moi un trio d'amis. J'ai gardé contact avec Gérald que je vois régulièrement sur MSN et Facebook. Quant à Nathalie et Julien, ce sont de jeunes mariés énormément pris par leur boulot, leur passion, leur famille et les soucis, pas des moindres, de la vie. Pour courronner le tout, ils ne sont pas du tout branchés internet (disons plutôt que leur vie si overbookée ne le leur permette pas). Depuis plusieurs mois (novembre dernier environ), je n'ai plus aucune nouvelle hormis un texto fin janvier. Les miens sont restés sans réponse, mes mails (où je donnais et prennais des nouvelles) également. Je ne rentrerais pas dans les détails mais dans un sens, je comprend tout à fait ce silence vu ce qu'ils ont traversé. De l'autre, un sms de temps en temps (ça prend 30sec. et ça coûte 20cents) ou un petit coucou rapide sur Facebook, ça ne fait pas de mal. Après mûre réflexion, j'ai décidé samedi dernier de faire le tri dans mes contacts et j'ai donc supprimé Nathalie et Julien (entre autres). Pourquoi ? Car je ne fais pas partie de ces gens à avoir une longue liste d'amis et ne parler qu'au tiers... Mais la hasard a voulu que Nathalie m'écrive mercredi soir et ce fut reproche sur reproche. En gros, je passe pour la méchante, l'égocentrique, qui ne l'a pas soutenu durant sa période difficile (encore aurait-il fallut que je le sache !) et surtout, qui a besoin de preuves d'amitié... C'est ce dernier point sur lequel je souhaite m'attarder. On me reproche de réclamer des nouvelles. Nathalie m'a dit qu'elle n'a pas besoin que je lui envoie des preuves pour savoir que je pense à elle, qu'elle tient à moi etc... Mais alors ? Comment nourrir une amitié, qui plus est à distance, si on ne donne plus de nouvelles ? A mes yeux, j'avais finis par considérer cette relation comme souvenir puisqu'il n'y avait plus d'échanges depuis un bon moment (d'où la suppression sur Facebook, qui m'a valu de passer pour la puérile, blessante etc...). Pourriez-vous vivre une relation à distance sans donner et recevoir de nouvelles ? Pourriez-vous vivre "La place des grands hommes" de Bruel, comme se donner RDV dans 10 ans comme si on ne s'était jamais perdus de vue ? Pour ma part, je ne conçois pas une amitié de la sorte. Je sais que je suis chère dans leur coeur. Je ne cherche pas des preuves sur l'amitié qu'ils me portent. Je demande simplement un minimum de nouvelles qui aident à nourrir une relation afin d'éviter qu'elle sombre dans les souvenirs... J'attends vos réactions car je l'avoue, ça me dépasse un peu et j'ai peur de manquer d'objectivité avec moi-même dans cette histoire. PS : Aucune idée si le blog reviendra. Je me tâte...

6 commentaires :

  1. Peut etre comme tu dis ils sont pas bien en ce moment et c'est sa façon à elle de demander de l'aide?
    Je parie toujours sur le temps et sur le contact. Et un ptit we en belgique en grosse squatteuse ca peut le faire pour raviver la flamme de l'amitié?
    La distance physique est difficile mais la pire est la distance morale...
    :) et pis ici c'est ton blog, personne ne te force à écrire tous les jours...fais le comme tu le sens, en tout cas j'ai plaisir à te lire!
    angélique

    RépondreSupprimer
  2. Merci Angélique, t'as raison, je vais faire comme tu as dis, on verra bien par la suite ^^
    Concernant le sujet, je n'ai pas les moyens de me payer le train (140€) pour te dire à quel point je suis à la dèche ! Je compte sur mon anniversaire pour renflouer mon petit porte-monnaie :p

    RépondreSupprimer
  3. Hm, j'ai longtemps réfléchis avant de répondre.

    Personnellement je le pourrais certainement. Franchement, c'est même géant comme truc, il faut s'attendre à ce que les idées, les points de vues, les opinions, les convictions aient changé chez l'ami.

    Mais il semblerait que la majorité ne soient pas de cet avis. Ma meilleure amie du secondaire ( lycée québécois ) ne m'a jamais dit que la distance tuerait tout entre nous mais j'aurais dû le deviner, après le secondaire, elle me parlait sans cesse d'amie de son école qui me "ressemble tellement que c'est fou, je n'arrête pas de rire avec elle !" ... comme une idiote j'ai crû que ça ne changerait rien et que nous restions amies. Je lui envoyais des mails, je savais qu'elle n'était pas vraiment porté sur la chose mais un petit mail, ça ne l'aurait pas tué !
    Eh ben si, à telle point qu'un jour, elle est venue passé ses vacances en France, dans sa famille, sans m'en laisser un mot. Je l'ai su à son retour, en regardant son avatar msn.
    Je l'ai très mal pris.
    Après un mail méchant dans lequel je disais sans le dire combien j'étais blessé sa réponse fut : "mais je ne comprends pas ce que tu veux ...."
    J'ai tout arrêté là.
    Où était l'amitié sincère et profonde des 5 années du secondaire ? Quelque part dans le passé.

    Bon assez parlé de moi. Sachant que tous mes amis du secondaire m'ont fait le même plan et n'arrivent pas à me parler sur Facebook ( déjà que je n'aime pas Facebook ) ... je crains que le constat ne soit pas brillant.

    Mais Angélique a raison, c'est probablement une manière de dire qu'elle ne va pas. L'amitié à distance demande de la patience.
    On pense que les technologies actuelles permettent une communication plus facile mais on ne sait pas comment vont nos amis tant qu'on ne les voit pas. Lorsqu'on les voit souvent et qu'ils tentent de cacher qu'ils ne vont pas, on le sait, on voit les signes. Mais que voit-on avec un mail ou une conversation msn ?
    De quel rapprochement parle-ton alors ?

    RépondreSupprimer
  4. Mary :: J'ai vécu un peu la même chose, au lycée. Disons que j'ai jamais eu de bol en amitié et c'est seulement aujourd'hui, que je découvre la joie d'avoir une amie, la vraie, la seule pour soi...

    Concernant Nathalie et Julien, ils donnent inconsciemment l'impression de m'exclure car je ne suis plus en Belgique et ne suis pas joignable par téléphone etc... Les nouvelles, bonnes comme mauvaises, ils les donnent à tout le monde sauf à moi car je suis loin... Bien sûr que c'est plus facile de dire les choses de vive voix mais quand on ne peut pas le faire, faut utiliser les outils internet...

    A l'heure actuelle, Julien me demande de faire le 1er pas. Je ne le ferai pas tant que je n'aurai pas d'excuses de sa part (me traiter d'égocentrique ne passe pas). Pour Nathalie, elle a dit essayer de me donner de temps en temps des nouvelles par la suite. On verra bien...

    RépondreSupprimer
  5. "Bien sûr que c'est plus facile de dire les choses de vive voix mais quand on ne peut pas le faire, faut utiliser les outils internet..."

    Je suis parfaitement d'accord et c'est ce que j'attendais de mes amis. Visiblement tout le monde se voyaient à l'occasion, échangeaient et moi, parce que j'étais loin, on ne me disait rien.
    Après le coup des vacances en France, j'ai coupé court. Ca fait mal vraiment mais à l'amitié je trouve qu'il n'y a pas d'excuse.
    Que doit-on dire de ceux qui n'ont pas internet ? Parce que le timbre est désuet, on n'échange pas ? Que doit-on dire de ceux qu'on n'a jamais rencontré ? On ne pense pas à eux ?


    Personnellement je pense que la famille reste, quoiqu'il arrive, les amis c'est plus difficile, c'est compliqué, par conséquent ça s'entretient. Ce pourquoi j'appelle des amies que je n'ai jamais vu pour leur anniversaire, même si on a 6 heures de décalage, que j'envoie des voeux pour Noël et que je le ferai pour chaque événements heureux. Que j'étais là pour les événements malheureux. Malgré le décalage, malgré mes propres problèmes.

    Je passe peut-être pour une exigeante d'attendre la même chose de la part de mes amis mais il n'y a pas d'excuse à ne pas communiquer, à moins que ce ne soit réciproque. Ce qui n'est pas le cas avec tes amis. Je sais que à ta place, je ferais une sacrée tête et je les laisserais envoyer des nouvelles en premier. Lorsqu'ils auraient envie de me parler : ils sauraient où me joindre.
    Ah mais oui, c'est exactement ce que j'applique pour mes potes du secondaire ... ;)

    RépondreSupprimer
  6. Je suis ravie que nous ayons le même point de vue concernant la distance et le fait qu'une amitié s'entretient...

    Et tu as raison, je ne ferai pas le premier pas. Ma conscience est tranquille (même si les supprimer de Facebook aurait pu être évité) et tout comme toi, ce n'est pas de l'exigence que d'espérer un minimum de la part des personnes que l'on considère comme nos amis. Il y a un minimum et si même ça, ce n'est pas respecté alors il n'y a plus d'échange donc plus de contact et pour finir, plus d'amitié puisque tout devient souvenirs...

    RépondreSupprimer