Résurrection

samedi 1 août 2009 Ingrid | Mémorables oublis 2 Comments

(Texte écrit en début d'année)
Je me suis libérée de toi. Sans rien faire. Je n'ai même pas pleuré ni crié. Je n'ai même pas eu besoin d'hésiter. C'est la première fois de ma vie où j'ai été aussi sûre de moi : ma décision était la bonne et ne changerait pas. Deux longues et douloureuses années pour que ce jour arrive enfin. Tu ne m'as pas retenu ni même cherché à comprendre pourquoi je partais. Preuve en est que tu rêvais secrètement que les choses se passent ainsi... Je suis partie sans me retourner. Je n'ai même pas jeté un dernier regard sur notre passé. Je te l'ai laissé. Je n'en voyais pas l'utilité. Bien que la suite fut remplie de colère et d'incompréhension, ce n'est pas de toi dont je souffrais mais de la personne que j'étais devenue, par ta faute. Puis je me suis retrouvée. On m'a retrouvé. Celle d'avant, avec le sourire et son rire si communicatif. Ça m'a même durci le caractère. Ô, je suis toujours aussi sensible. Personne ne m'enlèvera la fille si émotive que je suis. J'en fais un trait de caractère et non plus une faiblesse. Je ne me laisserai plus jamais emprisonner par personne. Je deviens forte même si ça ne se construit pas en deux jours. J'avance la tête haute vers l'inconnu. Je me suis détachée du passé, celui dans lequel je me plaisais à souffrir. C'est terminé. Je regarde à présent devant moi en emportant mes doux souvenirs. Ceux où tu n'y figures pas. Je réapprends à vivre, à gouter aux choses simples de la vie. Je ne m'interdis plus le bonheur. Je l'accueille même les bras ouverts. Je suis fière de ce que je deviens. Peut-être que je ne serai pas celle d'aujourd'hui si je ne t'avais pas eu dans ma vie. Alors merci d'avoir croisé mon chemin. Je ne le regrette pas. Car je sais que je ne peux être que meilleure même si j'ai encore beaucoup de choses à accomplir. Et bien que ce travail se fasse avant tout, seule, je suis entourée. Il y a un an, je ne me serais jamais permise une telle liberté... Oui mais voilà, c'était il y a un an...

2 commentaires :

  1. MAGNIFIQUE!
    J'ai hâte d'être à ce stade là. J'aimerais parfois avancer le temps, que cette douleur s'efface. Que je redevienne cette personne que j'aimais et qu'on aimait tellement. Je me suis perdue, j'ai laissé des bouts de moi-même un peu partout à cause de *Lui, pour *Lui... A l'heure actuelle, je ne sais toujours pas comment m'en sortir, mais Sholdi, je te lis et j'espère, à mon tour, être liberée de ce sentiment qui est celui que j'ai au fond de moi. Tu as été et tu es forte! Je t'envie. Je me sens trahie, humiliée, rejetée, delaissée, manipulée, salie... J'ai une haine totale, et en premier lieu et avant tout pour moi même! Je m'en veux, si tu savais combien je m'en veux! Je ne sais plus quoi faire. J'ai tellement mal.

    Doro.

    RépondreSupprimer
  2. Je m'en veux de ne pas pouvoir être à tes côtés autre que par le biais du net...

    Tu y arriveras. Rien que d'avoir pris la décision de tout arrêter et de t'y tenir est déjà un grand exploit. J'ai beaucoup souffert également. Je me suis rabaissée au rôle de merde. Mais un jour, ce fut la goutte d'eau en trop. Et au départ, je le faisais pour mes parents et mes quelques amis. Je savais dans leur regard qu'ils souffraient de me voir ainsi. Maintenant, je le fais pour moi. Mon travail n'est pas fini. Il est uniquement personnel. Je dois me battre contre des kilos en trop, ceux que j'ai pris durant cette histoire. Et surtout, reprendre confiance en moi... Si au départ tu as du mal à t'en sortir, fais-le pour tes proches qui souffrent de te voir prisonnière de ce mal qui te ronge depuis des années et qu'ils se sentent si impuissants.

    Courage !

    RépondreSupprimer