Les souvenirs t'emportent

jeudi 29 octobre 2009 Ingrid | Mémorables oublis 8 Comments


3h39. Alors que tout le monde dort et que le silence s'est installé dans la maison depuis minuit, je pleure. Seule dans mon lit, je sèche mes larmes. J'essaye de retenir mes sanglots pour ne pas réveiller quelqu'un. Je pleure. Je pleure parce que Papa me manque. Pourtant, je vis avec lui mais ce n'est plus vraiment lui. Il perd de plus en plus ses mots. Il s'énerve et provoque les disputes très fréquemment. On remarque une nette évolution depuis cet été. Dans le mauvais sens, bien entendu. Je pleure car j'ai peur. J'ai beau être entourée, ça n'enlève en rien la souffrance que je vis, au fond de moi. J'ai peur car ce n'est que le début d'une longue et douloureuse traversée. J'ai peur du niveau de souffrance que j'atteindrai alors que celle-ci est déjà forte. J'ai mal. Mal de cette nostalgie qui devient mon quotidien. J'ai mal de savoir que plus rien ne sera comme avant. J'ai mal de savoir que Papa s'en va petit à petit pour ne plus jamais revenir. Ce week-end, il était bien là. Il a rit, nous a sorti des conneries, on a rit. Il était lui durant ces deux jours. Il était mon Papa. Celui que je connais depuis 25 ans. Le même qui me dit un peu plus chaque jour au revoir depuis 2 ans. Au revoir... Bientôt, il fera place à l'adieu alors que Papa ne sera même pas enterré. Son esprit, lui, le sera. Il s'en ira comme il le fait déjà. Jusqu'au jour où... Ses yeux bleus gris, dont j'ai hérité, seront vides. Ses lèvres ne souriront plus, totalement dénudées d'émotion. Sa voix sera remplie de colère ou se fera silence. Je pleure d'avoir peur. J'ai peur d'avoir mal. Je souffre de ses adieux. Ses adieux que je redoute tant. Les mêmes qui se décomposent chaque jour en un au revoir.

8 commentaires :

  1. _ Très touchant ce petit texte. Tu dois beaucoup souffrir . . . c'est dur =/. Je t'envoi pleins de baisers de courage ♥.

    RépondreSupprimer
  2. Je pense qu'il n'y a rien de pire que de voir son père se dégrader ainsi.
    Bon courage dans cette épreuve.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne peux pas trouver les mots pour apaiser ta souffrance, mais je t'envoie toutes mes pensées.
    Et même si c'est dur, il faut que tu profites de tous ces instants avec lui tant qu'il est encore tant, pour ne jamais rien regretter.

    RépondreSupprimer
  4. Dur dur :-( Courage courage courage ... Je suis de tout coeur avec toi, même si je ne peux pas m'imaginer un millième de la souffrance que tu dois ressentir, toi et ta famille, face à cela ...

    RépondreSupprimer
  5. Par ce blog, j'apprends à te connaitre un peu plus et j'imagine la souffrance que tu dois vivre face à tout cela... mais courage!!!
    Charlotte

    RépondreSupprimer