Voir sa mère pleurer

jeudi 1 octobre 2009 Ingrid | Mémorables oublis 14 Comments

En 27 ans, c'est la 3ème fois que je la vois faible. Il lui en faut vraiment beaucoup pour qu'elle craque et à chaque fois, c'est dur. Dur car je ne sais pas quoi faire. Mes parents sont nés et ont vécu dans la pudeur. Ce fut pareil pour mon frère et moi. Sauf que nous, on sait qu'on est aimés. C'est juste qu'on ne sait pas comment le dire ni le montrer. Et tels que je nous connais, on aura aucun problème si l'un de nous était entrain de mourir. Ce sont pourtant des mots et des gestes simples. Des gestes qui nous manquent tellement. Mais nous sommes trop timides entre parents et enfants pour ce genre de choses. Et ça ne changera pas de si tôt. Maman pleure car elle est fatiguée. Elle a beaucoup trop de soucis à porter, seule. La maladie de Papa, ses enfants qui ne travaillent pas, qui sont si mal dans leur peau. Un chômage qui s'allonge de plus en plus chaque jour. Une famille qui ne vit que de méchanceté gratuite. Des amis qui n'existent pas. Je ne dis pas ça parce que c'est ma mère, ma famille mais pourquoi ?! Mes parents, mon frère et moi sommes des personnes biens. Nous rendons service et nous ne faisons pas d'histoires. Nous savons remercier ceux qui nous aident, pardonner ceux qui nous ont fait du mal. Nous avons du cœur. Et malgré tout, nous sommes seuls... Nous ne nous occupons pas de la vie des autres. Elle ne nous intéresse pas, la notre étant bien assez remplie comme ça de souffrance, de soucis, de méchanceté qu'on nous afflige. On vous fout la paix. Alors faites-en de même. Mais on ne refusera jamais une main tendue, surtout dans ces moments-là. C'est juste que l'on aimerait qu'on nous rende la pareille. Au moins une fois...

14 commentaires :

  1. dans ma famille aussi on est assez pudiques question sentiment, je n'ai pas vu ma mère pleurer souvent mais je suis sûre qu'elle a du pleurer souvent avec la maladie de mon père (alcoolisme). notre famille aussi s'est retrouvée enfermée sur elle-même, puis ma soeur a rencontré mon beau-frère, j'ai quitté le nid quelques années plus tard (il y a 7 ans entre ma soeur et moi) et ma mère s'est retrouvée "seule". heureusement elle a réussi à se faire des amies (grâce à un groupe de parole pour les familles d'alcoolique, peut-être existe-t-il des groupes pareils pour les familles d'alzheimer?).
    je souhaite la même chose pour ta famille, que ton frère et toi bâtissiez vos vies, que ta maman trouve du temps pour elle (pas facile je me doute) et que vous arriviez à vous dire que vous vous aimez (par mail c'est super facile, hihi, je n'arrive toujours pas à le dire en face, à personne d'ailleurs, en tout cas pas si je le pense vraiment).

    et je signe annick comme ça tu peux faire le lien (j'espère que tu comprendras ce que je veux dire par là ;-)).

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des moments dans la vie ou tout semble partir, s'effilocher et puis arrive le moment ou..
    Ou tu retrouve un job
    un sourire dans la rue
    une musique
    lit un poème ou un livre qui te "parle"
    Alors ce moment là on reprends son souffle et on remet un pied devant l'autre...
    Les larmes de ta mère te disent aussi à quel point elle vous aime pour s'inquiéter de vous tous...

    RépondreSupprimer
  3. Voila ce que je note, ce qui m'a surpris en te lisant:
    "(...)Et malgré tout, nous sommes seuls... Nous ne nous occupons pas de la vie des autres. Elle ne nous intéresse pas (...)"

    Soit il vous faut trouver des gens qui s'intéresse à vous, soit il va falloir vous intéresser aux autres. Tu ne peux pas faire de relation uniquement dans un sens: eux donnant, et vous recevant. Les gens, tous, ont besoin de partager.

    Je veux simplement dire qu'en vous ouvrant aux autres, c'est-à-dire en les écoutant, peut-être qu'ils auront envie de vous écouter, de vous aider, et de se lier à vous.

    Vous ne faites que donner? Arrêtez de donner à des gens qui ne vous donne rien en retour. Certes il ne faut pas espérer recevoir quelque chose, cela n'empêche pas de se dire que lui, elle eux ont recu beaucoup et n'ont rien donné: Stop!

    Alors oui il se peut que le nombre de contact et de personnes diminuent, mais les personnes qui resteront seront de qualité. Et n'est-ce pas ce qui compte?

    RépondreSupprimer
  4. ANNICK // Je te situe bien, t'inquiète. Il n'y a pas de groupe de soutien proche de chez moi pour les familles dont l'un est atteint d'Alzheimer. Surtout que mon père est jeune donc on pourrait vite se retrouver avec des personnes âgées. Et ce n'est vraiment pas le truc de Maman. Là, je parle de l'absence d'amis ou de la famille dans cette épreuve. C'est dans ces moments-là que l'on doit être soutenus et entourés, surtout par des proches, pas le contraire...

    SUBLIME // C'est trop beau et très gentil ce que tu dis là. Et je sais que la présence de ses enfants à ses côtés lui font énormément de bien dans cette aventure...

    JULIEN // Quand je dis que l'on ne s'occupe pas de la vie des autres, comprendre par là qu'on est pas des commères, une famille à potins etc... C'est la seconde fois que je dois t'expliquer le sens quand je dis qu'on s'intéresse pas aux autres ;) On s'en fout que machin couche avec truc et autres conneries etc... Et les gens savent très bien s'intéresser à nous, dans une petite ville où les rumeurs et les cancans vont bon train surtout depuis que Papa est tombé malade. Je parle de l'espoir que des gens biens nous offrent leur écoute, leur aide, sans arrière-pensée. Des personnes sur qui compter, des vraies. A croire qu'Alzheimer est contagieux car il fait fuir tout le monde ou bien intéresse les curieux pour pimenter leur vie.

    Et encore faut-il qu'il y ait de la quantité pour juger ensuite de la qualité car niveau amis si on ne compte pas mon frère et moi, mes parents sont à zéro. Et je n'exagère pas.

    RépondreSupprimer
  5. "C'est la seconde fois que je dois t'expliquer le sens quand je dis qu'on s'intéresse pas aux autres ;)"
    Je vais te dire que c'est normal car je n'ai absolument pas cette vision des choses.

    Pour moi s'intéresser aux autres c'est les écouter, c'est leur poser des questions lorsqu'on les voit en s'étant souvenu de ce que cette personne nous avait dit la dernière fois: Montrer de l'intérêt envers cette personne. C'est ca que je vous derrière s'intéresser aux autres.
    Les ragôts, les potins etc ne sont pas de l'intérêt mais de la nuisance.

    Donc les gens qui font cela ne s'intéresse pas à toi, ils n'en ont rien à faire de toi. Ils veulent te nuire ou tout simplement avoir quelque chose à raconter.

    Et je ne suis pas d'accord avec toi. Tu n'as pas besoin de quantité pour juger de la qualité. Tu n'es pas obligé d'avoir dans ton entourage une personne digne de confiance pour savoir qu'une autre ne l'est pas.
    Ensuite ton passé, tes expériences peuvent t'aider à te faire une opinion, mais cela peut aussi fait que tu te méprennes.
    Il faut rester honnête avec soi même, ne pas idéaliser, ne pas attendre quelque chose. Je pense qu'ainsi la personne suffit.

    RépondreSupprimer
  6. Boulot, métro, dodo, déprime et morosité -_-

    Belle tranche de vie ! J'ai beaucoup comment tu dépeins, nos vies misérables.

    RépondreSupprimer
  7. c'est bizarre que vous soyez si pudiques entre vous... Quand je regarde de mon coté, je vois des gens qui s'aiment, qui se le disent de temps en temps (mais bizarrment pas entre freres et soeurs maintenant que j'y pense), qui se voit le dimanche pour un repas simple et convivial.
    Moi même je ne suis pas tres à laise lorsqu'il s'agit de dire les sentiments, mais de temps en temps j'y arrive. Je suis plutot second degré pour caché tout ça derrière l'humour.

    Si ma mere pleurait devant moi, je sais que je la prendrais dans mes bras en silence et trouverais quelques mots pour la reconforter. A vrai dire c'est deja arrivé. Mais en effet c'est choquant, on les croit toujours si forts et intouchables, alors qu'en fait ils sont comme nous: avec des faiblesses et des coups de blues...

    RépondreSupprimer
  8. JEREMY // Merci beaucoup. Malheureusement, je fais partie de ces personnes qui arrivent à s'exprimer par écrit uniquement quand elles vont mal... J'aimerai pouvoir en faire autant dans la joie et le bonheur.

    STOUF // Bizarrement, je n'ai pas ce problème avec mes amis. Je peux les prendre dans mes bras, leur dire que je les adore sans problème. Avec mon homme, c'est pareil : les mots et les gestes viennent facilement, naturellement. Par contre, je n'ai aucun geste amoureux avec lui devant mes parents et mon frère. Et je l'appelle par son prénom. La nature, le galop, toussa...

    RépondreSupprimer
  9. Moi je n'ai qu'un mot à dire : "courage"..

    ;)

    RépondreSupprimer
  10. Je te suis de loin en parcourant tes articles. Peut etre sur ton blog tu trouveras un article où tu dépeins le même état d'esprit, peut être te reviendront en mémoire ce qui t'a aidé à ce moment là pour rebondir. On apprend tous les jours et il faut parfois se retourner pour se souvenir qu'on est déjà passé par là et qu'on a réussi à remonter en selle. Ton histoire me touche beaucoup. Autant de souffrance et autant de questions. fais toi confiance, ca va aller. Sois fière de ce tout ce que tu as déjà endurée, et tout ce que ta mère a enduré dignement. Je t'embrasse et te fais un calin virtuel :)
    angele

    RépondreSupprimer
  11. XELLOU // Merci et surtout de la patience, chose que je n'ai pas vraiment -_-

    ANGELE // Tes mots sont très réconfortant. Merci beaucoup pour tes commentaires... Bisoucalinoux virtuels :p

    RépondreSupprimer
  12. J'ai connu ça aussi comme climat.
    Toute ma compassion.

    RépondreSupprimer
  13. KLEO // J'avais cru comprendre à travers tes écrits oui... Merci ^^

    RépondreSupprimer