Etre une autre

jeudi 5 novembre 2009 Ingrid | Mémorables oublis 11 Comments

Parfois, j'aimerais être méchante et sans cœur. Juste pour faire payer aux autres ce qu'ils me font subir depuis tant d'années. Mais ça serait me rabaisser à leur niveau. Alors je reste la gentille que je suis et que l'on a toujours connu. Parfois, j'aimerais pouvoir dire merde et vivre ma vie comme je l'entend. Mais je ne sais pas encore vivre pour moi. En tout cas, j'essaye, j'apprends. Et parfois, j'aimerais ne plus avoir de larmes à sécher, sur des soucis, qu'aujourd'hui, j'ai beaucoup de mal à porter.

11 commentaires :

  1. [Mode coup de pied au cul]
    si tu n'arrives pas à dire non/merde/"vous faites chier" c'est que tu n'as pas encore assez souffert ou que tu n'en pas marre.
    [/Mode coup de pied au cul]

    Personne ne se bougera pour toi. Regarde en toi quelles sont tes limites (ce que tu acceptes et n'acceptes pas). Fixe les et montre les. Puis fais en sorte que les autres les respectent.

    "La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres." Si tu ne montres pas, ne dit pas aux autres où se situent tes limites, a) tu souffriras b) ils ne peuvent pas le savoir et recommenceront.

    Tout dépend la façon dont tu montres les limites à ne pas franchier. Ca peut donner une image de rebelle comme de respect.

    A toi de jouer ma belle!

    RépondreSupprimer
  2. j'ai des soucis de clavier ce matin... :/

    RépondreSupprimer
  3. JULIEN // Je suis justement entrain de dire dans mon texte que je les laisse faire car j'ai pas envie de me rabaisser à leur niveau en étant méchante. Quant à souffrir, chacun gère et vit cette souffrance différemment. Quoi que je fasse, je ne peux pas arrêter de souffrir car ça voudrait dire que je n'ai plus de coeur. Et je parle du quotidien avec la maladie de Papa ^^

    RépondreSupprimer
  4. Personne ne te demande d'être cruelle ou méchante, en tout cas ce n'était pas le sens de mon texte. Si tu l'as compris comme ca, excuse moi.

    Tout le mondre souffre. Dans sa vie perso, au travail, dans la rue, et ce pour x ou y raisons.

    "Mais ça serait me rabaisser à leur niveau. Alors je reste la gentille que je suis et que l'on a toujours connu."
    Je vois une différence entre rester gentille et acceptée (oui allez y dites des trucs méchants de toute façon, je ne réagirai pas je suis gentille) et avoir des limites. Bien sûr ca ne veut pas dire ques les gens vont les respecter, et c'est là qu'il faut se battre.

    Rien ne t'empeche de fixer des limites, de dire "simplement" stop. Sauf toi.

    RépondreSupprimer
  5. Là, je dis que je suis gentille, ne pas comprendre "conne et tout encaisser". Je fais référence à ma famille paternelle qui nous a fait des misères alors que je leur fichais la paix. Avant, je le vivais très mal. Aujourd'hui, je m'en fiche, ça ne m'atteint plus... Et avec certains (et je parle en général), si on veut être respectée, il faut jouer la même carte qu'eux : celle de la méchanceté. Et ce n'est pas moi.

    RépondreSupprimer
  6. vivre pour soi, ça s'apprend en effet. mais pour ça il faut arriver à prendre du recul sur sa vie et pour l'instant comme tu vis en plein milieu du problème c'est pas évident à réaliser. ça viendra, je te le souhaite en tout cas.

    RépondreSupprimer
  7. Il n'y a rien de plus libérateur que de crier sur des emmerdeurs !

    Et de pleurer après ...

    RépondreSupprimer
  8. De toute façon, si tu étais une autre, tu pourrais avoir la vie plus facile, mais rien ne dit qu'on t'apprécierait. Alors change si tu le souhaites, mais pas trop :P

    RépondreSupprimer
  9. ANNICK // Tu as tout compris. Merci ^^

    ANNA // Ah ça pour pleurer, j'ai pleuré ! Mon blog me libère pas mal de tout ça même si j'en parle pas tout le temps ^^

    JULIEN // Bien pour ça que je parle au conditionnel. Même si je le voulais, je pense que je n'arriverai pas à changer, en mal en tout cas... La nature revient toujours au galop.

    RépondreSupprimer
  10. Tu penses donc que les gens ne peuvent pas évoluer ni apprendre de leur "erreurs" ou souffrances?

    RépondreSupprimer
  11. JULIEN // Je n'ai jamais dis ça. J'ai dis que je ne veux pas devenir une méchante. Mais si je le devenais, ça ne serait plus vraiment moi.

    RépondreSupprimer