Mon père, ce pas héros

mardi 15 décembre 2009 Ingrid | Mémorables oublis 13 Comments

Si et j'en ai même plusieurs (de justifiées).

Mon père me fait chier. Royalement chier. Si on peut appeler ça un père. Déjà bien avant que sa maladie se déclare, je ne m'étais pas gênée, lors d'un réveillon de Noël, il y a 6 ans, de lui sortir, droit dans les yeux "Pour moi, tu n'es pas mon père". On a le même sang, je vis sous son toit, j'ai la couleur de ses yeux mais les points communs s'arrêtent là. Oui, c'est grave ce que je dis mais je le pense pleinement !

Dix ans que ma mère et moi avons décidé de ne plus fréquenter la famille paternelle car nous en avions marre de nous faire insulter et de devoir nous taire pour éviter d'envenimer les choses. Dix ans que nous faisons nos repas toutes les deux et que l'on se portent très bien ! Mais dix ans, c'est aussi la période où toutes les engueulades concernent (in)directement cette putain de famille paternelle.

Voyez-vous, lorsque nous habitions encore dans mon ancienne maison, durant 8 ans (minimum car je ne sais pas combien de repas ont été fait avant ma naissance), ma mère s'est coltinée les réveillons (Noël et Nouvel an). Imaginez une vingtaine de personnes. Elle était seule à faire à manger, préparer la table. Jamais, je dis bien JAMAIS, ses belles-sœurs se sont proposées à l'aider (que ce soit cuisine ou vaisselle) et encore moins lui apporter un petit quelque chose (bouquet de fleurs, boîte de chocolats). Lorsque nous avons emménagé dans notre maison actuelle, l'une des belles-sœurs a décidé de s'occuper des réveillons. Et là, y a de quoi rire : on devait apporter un plat de notre choix ou payer notre repas. Oui, vous avez bien lu.  Elle s'en sortait pas niveau timing et argent voyons. Et en plus de ça, on offrait toujours un cadeau. Trop bonnes poires, je sais.

Bien que nous ayons décidé de ne plus aller aux repas (et je ne parle pas que de ceux de fin d'année), nous n'avons pas empêcher Père et Frère de s'y rendre. Ils sont libres et on ne le leur a jamais fait aucune remarque (mon frère y allant à contre-cœur pour minimiser les choses car lui aussi en a plus que marre). Tout comme nous n'avons jamais refusé de continuer à acheter les cadeaux. Ma mère ne s'est jamais moquée d'eux. Genre, elle a offert un meuble qu'elle a retapé. Ou bien une belle malle en cuir etc... Bien qu'elle n'est jamais eu un seul remerciement (par l'intermédiaire de Papa ou un coup de fil).

Lorsque ma petite cousine est venue au monde en 2005, nos cadeaux se sont plus axés sur la petite (vêtements, jouets). Et ce n'est pas donné. Lors de son anniversaire en début d'année, Papa n'a été invité que pour le dessert (oui car il avait été le seul oublié et ils se sont rendus compte de son absence durant le repas). Il est monté avec une bouteille de vin et 50€. Maman a râlé. Et il y a de quoi. Papa a toujours été le con de la famille mais il sera toujours de son côté et fera toujours tout pour elle. Normalement, on devrait aimer sa femme et ses enfants plus que ses frères et sœurs. Mais c'est ainsi, on ne le changera pas. Mais parfois, il y a de quoi s'emporter. Pas une seule fois nous avons eu un cadeau (mon frère et moi étions les seuls gosses à ne recevoir aucun cadeau devant les cousins/cousines au réveillon. Fallait attendre le jour J). Pas une seule fois Maman a eu de la reconnaissance (un merci, une aide, un présent). Mais voilà, c'est la famille donc faut tout faire bien.

Deux semaines. Je crois bien que c'est un record. Deux semaines que Papa allait bien, où aucun nuage n'est venu noircir l'ambiance de la maison. Mais ce soir, le drame : Maman a acheté 4 bouteilles de vin blanc (d'Alsace et donc, pas de premier prix (on en a eu pour 30€)). Pour lui, c'est très dérisoire, ça va faire con d'offrir si peu etc... On lui a redit que Maman n'a jamais rien eu, que nous n'avons jamais eu de cadeau non plus et donc, sa chère sœur doit s'estimer heureuse. Résultat des courses : Père fait la gueule. Père s'est réfugié devant la télé. Au moment de dîner, il a attendu que tout soit servi pour répondre un "Je ne mange pas". Histoire de bien montrer que Monsieur fait la gueule et nous prendre pour des cons. Car à peine nous serons couchés qu'il va se goinfrer. Pathétique...

Père a également fait des remarques à mon frère, dans l'après-midi, le temps que Maman et moi étions en courses. Genre nous rirons moins quand il n'y aura plus de bois pour l'hiver prochain. Ça fait deux ans de suite que nous chauffons de 10h à 22h. Avant, c'était non stop. Il fait 14°C dans la maison. On en réclame seulement 6 de plus. Et à chaque fois que nous mettons une bûche, je ne vous raconte pas le regard posé sur nous. Maman envisage d'acheter son propre bois. Il ne gueulera plus. Enfin, plus pour ça...

Il va être long le réveillon du 31. Très long. Oui, c'est le seul jour de fête où mon père est à la maison. S'il fait toujours la gueule, il peut se les foutre où je pense ses crevettes. Moi, je mangerai dans ma chambre et son "Bonne année" suivra le même itinéraire que ces bestioles roses à grandes antennes.

13 commentaires :

  1. Ouch... Je ne sais que te dire... Chez moi aussi la famille paternelle c'est pas trop ça mais mon père est du côté de ma mère et ce n'est pas, j'ai envie de dire, "aussi pire".
    Courage pour le réveillon, je crois comprendre que tu en auras besoin

    RépondreSupprimer
  2. Et ben...ça laisse sans voix tant d'animosité, bien qu'elle paraisse justifiée de ton point de vue sans aucun doute. Je ne connais pas ces gens, donc ne jugerai pas, mais ce que tu racontes ne les rend pas sympathiques, pour ainsi dire. Courage pour le réveillon, car il ne s'annonce pas festif !

    RépondreSupprimer
  3. ROXANE & LOUPY // Merci les filles ! Je rentre à l'instant de la balade du chien. Il fouillait dans le buffet du salon de quoi grignoter. Et il vient d'aller se coucher. Bise au fils mais pas à la fille. Oui, je suis celle qui ne se tait pas donc forcément, je suis la bête noire, tout comme ma mère...

    RépondreSupprimer
  4. C'est assez délicat les histoires de famille... On ne sait pas trop quoi dire! A part que c'est dommage! J'ai eu longtemps des crises avec mes parents et je me disais que de toute façon ils ne m'aimaient pas... Lorsque je suis tombée malade, ils étaient les premiers. Encore aujourd'hui, ils font tous pour me faciliter la vie...

    La famille c'est important (Biensûr quand c'est réciproque!)!

    RépondreSupprimer
  5. Ahh les belles familles, toute une histoire, en effet. Je ne suis vraiment pas étonnée de ton hitoire cela m'a un peu fait songer aux liens qu'entretien mon beau-père avec sa famille et ce que l'on a du subir.

    RépondreSupprimer
  6. Des fois je me rends compte que j'ai de la "chance" dans mon absence de père..;

    Je ferai comme toi, j'enverrais tout le monde balader moi ...

    RépondreSupprimer
  7. Ce qui me met en rogne c'est que depuis qu'on ne fréquente plus sa famille, il nous en veut beaucoup. Mais nous, on en a marre de devoir se taire et encaisser.

    Il préfère ses parents et ses frères et soeurs plutôt que sa femme et ses enfants...

    Dur !

    RépondreSupprimer
  8. Ben dis donc c'est pas la joie !

    Je ne sais pas vraiment quoi dire,je ne connais pas le vécu de ton père, mais il devrait changer d'attitude,on a bien sûr sa famille, mais celle que l'on fonde est il me semble plus importante .

    Pour le bois je trouve ça vraiment odieux,même s'il n'a pas de raison ni d'excuse d'être aussi indifférent pour sa propre famille qu'il a crée, il n'a pas le droit de la faire crever de froid !lol

    Désolée pour ça,mais ça sort du coeur lol

    J'aimerais tellement que noël fasse des miracles pour tous les gens qui ont des soucis au quotidien de ce genre...!

    RépondreSupprimer
  9. Quelque part je le comprends un peu. Je ne prends pas sa défense, loin de là car j'imagine qu'il ne doit pas être facile à vivre. Mais je crois qu'il aime les membres de sa famille malgré leur terrible défauts, sûrement les liens du sang.
    Tu sais chez moi c'est un peu pareil, dans la famille de mon père il y a des gens exécrables, jaloux de la réussite des autres, et égoïstes, mais ça m'empêche pas mon père de les aimer quand même et de s'accrocher à eux ;) Avec ma mère on ne comprends pas vraiment, mais on tolère en se disant qu'on ne peut rien y faire et qu'après tout, il a le droit d'aimer sa famille (je ne sais pas si je suis claire mais bon).
    Courage !!

    RépondreSupprimer
  10. KLEO // J'ai pensé à toi avec ta mère pour le réveillon. Tu ne sauras pas seule dans cette ambiance ^^"

    ANNOUCHKA // On ne lui reproche pas d'aimer sa famille. C'est tout à fait normal. Mais là où on a du mal, c'est le fait qu'on passe en dernière position, pour des cons, menteurs, pas aimés. Pourtant le lien du sang est dans sa famille comme dans celle qu'il a construite, celle qui devrait être la plus précieuse à ses yeux ;)

    RépondreSupprimer
  11. Effectivement, c'est dur de voir son père préférer ses frères et sœurs à sa femme et ses enfants, car cette famille-là (femme et enfants), il l'a choisi. Qu'il soutienne ses frères et sœurs, c'est normal (moi je fais pareil quand mon copain critique mon frère et sa femme) mais je pense que la famille qu'on construit doit être considérée et respectée, et même préférée.
    Bon courage pour le réveillon. Je pense que vous avez raison de ne plus vous mêlez à la belle-famille, ce n'est pas normal de se laisser marcher dessus ainsi.

    RépondreSupprimer
  12. Ce qui m'interpelle, c'est la place que prennent les cadeaux, leur montant, leur "grosseur"... alors que le plus important devrait être les sentiments et les liens qu'on construit et entretiet avec son entourage...

    RépondreSupprimer
  13. Il y a parfois des gens que l'on ne comprend pas. Je suis certaine que si mon père était encore en vie, ma mère et moi serions dans la même situation sauf qu'il n'est plus là et que les emmerdes faites par la famille paternelle ont gâchées bcp de choses, comme ma relation avec ma mère qui est vraiment difficile. Quand je vois à quel point ils l'ont détruite... Ma mère semble n'avoir plus aucune émotion et cela me fait de plus en plus souffrir car je grandis, je me construis, je me marie (!!!) ...et elle ne semble rien ressentir. Je ne pense pas qu'elle soit totalement devenue "vide" (elle a aussi perdu un fils, bordel!) mais elle ne sait plus rien exprimer! Et moi, j'évite son regard de femme triste, son regard de femme en colère, son regard de femme déçue par tout et tout le monde... Je semble complètement désarmé face à tant de cruauté de la part de cette "famille"....

    RépondreSupprimer