Comme chien et chat

mercredi 13 janvier 2010 Ingrid | Mémorables oublis 8 Comments


Je venais à peine d'avoir 6 ans, que mon frère débarquait dans ma vie 4 jours plus tard. Non mais quelle idée de me faire un frangin sérieux ?! Oui parce que la phobie ou le rejet du gosse, ça doit être inné chez moi. Bref, je me vois encore grimper dans la voiture, très tôt un matin d'avril, pour être déposée chez Mamie avant que ma mère soit emmenée à la maternité par Papa. Lorsque j'ai pu enfin venir la voir, c'est avec grand plaisir que je finissais les biberons de mon frère. Non, ne soyez pas écœurés, ce n'était pas le lait de ma mère. Durant les 10 jours qui suivirent, seuls les biberons m'intéressaient. Le reste (appelé aussi Dimitri), je n'en avais que faire. Je crois même qu'en me concentrant un peu, j'arriverai à me souvenir du goût du lait de la maternité. mais rien concernant cette boule de chair rose qui chiale ou dort...

Je n'ai absolument aucun souvenir de l'avoir pris dans mes bras, de jouer la grande sœur super heureuse d'avoir un vrai bébé à la maison, un petit frère quoi... J'en étais pas jalouse, je sais qu'il existait mais je ne m'attardais pas sur des choses qui ne m'apportaient rien. Mais quand je suis rentrée en 6ème, tout a changé. En mal. Maman m'a délaissée pour s'occuper de mon frère qui rentrait au CP. Je devais faire mes devoirs toute seule. Je me suis sentie rejetée, mise de côté. Je l'ai mal vécu. J'ai finis par devenir jalouse de ce frère qui s'incrustait dans ma vie. En plus, 6 ans nous séparent. Que peuvent donc bien partager une fille de 12 ans avec un garçon de 6 ans ? Pas grand chose...

Quelques années plus tard, j'en étais venue à le détester. J'étais jalouse de lui, c'était le chouchou de la famille. Ô pas de mes parents, mais de la famille paternelle. Il était mis sur un piédestal. Ce fut une grande claque. Il en jouait pas du tout, ne profitait absolument pas de ce statut qu'on lui donnait (et heureusement d'ailleurs). Mais il était évident que lui et moi, nous ne serions jamais proches. Sauf pour se coltiner les bêtises de l'autre. On était assez forts à ce petit jeu-là mais on en abusait très peu.

Puis, je suis partie à Paris, en 2001. Et j'ai pris conscience que cette andouille me manquait. Lorsque je suis revenue l'année suivante, j'ai fais une dépression. Les disputes s'enchainaient avec mes parents. Puis la jalousie est réapparue. Il avait emménagé dans ma chambre, déplacé mes affaires dans la sienne. Je m'étais sentie étrangère sous ce toit. Ce fut 3 années très douloureuses mais Dieu merci, tout s'est arrangé.

C'est durant 2006/2007 en Belgique, que j'ai appris à connaitre mon frère. On se donnait souvent des nouvelles via MSN. Dimitri est quelqu'un de très renfermé, comme Papa. Je ne sais rien de lui, il ne se confie pas du tout. C'est difficile de connaitre quelqu'un quand il nous aide pas à en apprendre plus sur lui...

Depuis que je suis revenue, tout baigne. On a jamais vraiment eu de conflits. Juste cette différence d'âges qui nous a posé problème dès le départ car on ne pouvait rien partager durant notre enfance. Aujourd'hui, nous nous adorons. On ne le dit pas mais on le sait. Dimitri est quelqu'un de très taquin avec beaucoup d'humour. Il me fait rire. Les repas à table sont chouettes grâce à lui. Chaque matin, j'ai droit à un bonjour avec un baiser sur la tête. Ca me manquerait s'il venait à ne plus le faire. Aujourd'hui, je suis contente de l'avoir dans ma vie. Nous sommes différents sur certains points mais nous nous acceptons et nous respectons tels que l'on est. J'ai juste un peu mal au cœur qu'il ne se confie pas plus que ça. J'espère en tout cas qu'il sait que je suis là quoiqu'il arrive, moi, sa grande sœur.

J't'adore Frangin (même si tu m'en fais souvent baver, saleté -__-)

Et vous, c'est comment avec vos frères et sœurs ?

8 commentaires :

  1. ma soeur a 7 ans de plus que moi et contrairement à toi elle a pris son rôle de grande soeur très à coeur, à l'adolescence j'avais l'impression d'avoir 2 mamans. mais elle m'emmenait avec elle quand elle sortait avec mon beauf et ses amis, je n'aurais jamais pu me coltiner ma petite soeur si j'en avais eu une. depuis, avec le temps, nos relations se sont harmonisées aussi, étant adultes toutes les 2, on ressent moins la différence d'âge.

    RépondreSupprimer
  2. Ton histoire est tres belle je trouve, elle montre que les liens fraternels sont forts, en bien souvent, en mal parfois, mais ils sont là. Moi j'ai un petit frere de 3 ans de moins, on est très proches, pas comme des jumeaux mais presque. Je ladore et avec lui on rigole comme quand on était gosses, c'est vraiment une relation unique, rien à voir avec mes potes avec lesquels je ris beaucoup aussi. Par contre on n'est pas trop du genre je t'aime blabla, mais dans les mauvais moments on est là l'un pour l'autre, pour se conseiller et s'écouter.

    Par contre quand on était petit, c'est soit tout noir soit tout blanc. Soit les meilleurs amis du monde, soit les pires ennemis. lol. Et des fois je le détestai car il est le dernier de nous trois (on a une grande soeur) et c'était vraiment le chouchou selon nous.

    Heureusement maintenant on en rigole!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai une soeur qui a 10 ans de plus que moi et un frère qui a 7 ans de plus que moi. Et contrairement à toi, nous avons eu un tas de choses à partager quand j'étais petite. Ils participaient à mes jeux, même si ce n'était plus forcément de leur âge (jouer aux playmobils à 15 ans... j'en connais pas beaucoup) et c'était vraiment génial. Et comme ils étaient plus grands, ils me faisaient part de leurs expériences de quand ils avaient mon âge. Je me suis sentie + en confiance, j'avais un grand frère et une grande sœur qui étaient passés par là, qui m'aidaient dans mes devoirs si mes parents n'étaient pas dispo, qui me conseillaient en amour, en amitié.
    J'étais tout aussi proche de mon frère que de ma soeur, et ça n'a pas changé en grandissant (j'ai maintenant 20 ans) On est devenus plus matures, la différence d'âge se sent beaucoup moins. Mais je peux toujours passer une soirée avec ma soeur et qu'on régresse de quelques années. Je peux toujours confier mes histoires d'amour à mon frère (oui étrangement, c'est lui qui en a fait les frais ^^)
    Enfin, c'est marrant car mes amis étaient souvent les aînés et ne supportaient pas leur petit frère/petite soeur, et j'ai jamais compris comment c'était possible. Mais finalement, j'ai l'impression que si j'avais eu moins d'écart avec eux, c'est là que ça serait devenu conflictuel, parce qu'il y aurait eu une véritable rivalité.

    RépondreSupprimer
  4. C'est trop mimi comme déclaration, j'ai toujours regretté de ne pas avoir de soeur ou de frère ;-(

    RépondreSupprimer
  5. tu es la sholdina de pink design ? du forum horizon ? de sunshine design ?

    RépondreSupprimer
  6. j'ai une grande soeur de 8 ans de plus que moi avec qui c'est souvent conflictuel... pour des conneries. On se cherche (souvent elle), on s'engueule (souvent moi) et on revient vers l'autre (toutes les deux mais + elle quand même ^^).
    Nos chamailleries ne sont pas dûes à notre différence d'âge mais à nos caractères diamétralement opposés.

    RépondreSupprimer
  7. Mon petit frère (5 ans d'écart) je l'aime bien sûr, mais il est très renfermé, et nous avons que très peu de conversations. Surtout depuis qu'il est en internat. C'est dommage, mais au fond, un peu comme toi, on sait qu'on peut compter l'un sur l'autre.
    J'ai aussi une grande demi soeur, mais nos relations sont là plus compliquées. Elle adorerait qu'on soit plus proche, mais rien à y faire, j'y arrive pas, je culpabilise peut être d'avoir eu l'enfance qu'elle n'a pas eue, et qui a creusé nos différences...

    En tout cas, jolie histoire .

    RépondreSupprimer
  8. Ma soeur je la détestais. Elle était caractérielle et donc très dur à supporter. Elle demandait également beaucoup plus d'attention. Alors je la détestais, car elle me rendait la vie insupportable et j'étais jalouse. (Depuis elle a grandi, j'ai toujours du mal avec son caractère, mais je fais avec, on s'entend relativement bien, et par dessus tout j'ai appris à admettre que je l'adorais). Mon petit frère, lui, c'est mon bébé, mon chouchou. Je me suis beaucoup occupée de lui tout petit et l'ai protégé des crises de notre soeur. Aujourd'hui c'est un ado de 16 ans alors forcément, je ne suis plus sa grande soeur adorée, j'ai hâte qu'il grandisse un peu pour retrouver une complicité autre que "scooter, filles, collège" :)

    RépondreSupprimer