Cancer du sein

jeudi 4 mars 2010 Ingrid | Mémorables oublis 6 Comments

Maman m'a racontée qu'elle avait vu un reportage il y a quelques jours sur ces femmes qui mettaient en avant et ce, d'une manière artistique, leur nouvelle poitrine, suite à un cancer. Comprendre par là que certaines ont subit l'ablation d'une partie ou de la totalité d'un sein voire des deux. Elles se sont exprimées à ce sujet. Pour elles, ça ne les empêche pas de vivre. C'est une partie du corps qui ne leur interdit pas de marcher, de bouger. De vivre tout simplement. Les seins, hormis le fait qu'ils nourissent l'enfant, font avant tout partie de l'esthétisme du corps. Elles n'ont pas tort. La poitrine est un moyen de séduction, une particularité physique chez la femme. Que cette dernière mette un 85A ou 100C, ca ne l'empêche pas de vivre. Attention, je parle d'un point de vue physique et non de complexes.

Je me suis imaginée avec un sein en moins. Et je ne sais pas comment je le vivrais. J'espère ne pas en avoir l'occasion sachant qu'il y a eu des cas dans ma famille maternelle. Je pense qu'il me faudrait du temps pour m'y faire. C'est une étape difficile pour chacune qui se retrouve confrontée à ce cancer. Mais je ne pense pas que je le vivrais si mal que ça. Ce n'est pas comme si je me retrouvais handicapée de mes jambes, amputée d'un bras ou aveugle. Là, on peut dire que ça changerait ma vie. Mais un sein, en quoi nous empêcherait-il de suivre le cours de notre existence ? On peut combler l'absence avec une prothèse (il en existe même aujourd'hui qui nous permettent de nous mettre en maillot de bain sans que personne ne les remarque). Puis, il faut que celui qui partage notre vie continue â nous caresser avec les mêmes mains et les mêmes yeux sans oublier cette cicatrice indélébile. Mais le plus important est de s'accepter avec ce nouveau corps et se dire que ça n'enlève rien à notre féminisme et à notre séduction. Au pire, il existe la chirurgie réparatrice.

PS : Impossible de finir cet article mais je le poste quand même...

6 commentaires :

  1. je me suis posé la question en regardant un épisode du docteur house. je ne sais pas si je pourrais vivre sans un sein. je demanderais une prothèse je pense mais ce ne serait quand même pas pareil. ce serait la marque indélébile de la maladie...

    RépondreSupprimer
  2. je me suis souvent posée la même question aussi : est-ce que je supporterais qu'on m'enlève un sein ? Et bien la réponse est oui, et à vrai dire ça ne me gène pas si ça peut me sauver la vie... Maintenant en chirurgie réparatrice il est possible d'avoir un résultat absolument bluffant.
    Moi j'ai des seins minuscules (je mets un bonnet A) et je ne les ai jamais vus comme un moyen de séduction, donc c'est aussi pour cette raison que ça me gênerait moins que certaines, mais annick n'a pas tort c'est aussi une trace de la maladie.

    RépondreSupprimer
  3. C'est très dur car cela touche à la féminité en général et à la femme que l'on est. Difficile mais utile d'en parler car la prévention existe et c'est efficace. Merci pour ce billet

    RépondreSupprimer
  4. Je ne pense pas que la défiguration d'un sein me serait plus difficile que la défiguration d'autre chose mais ce serait dur de toute façon, le cancer est une belle saloperie. J'aime beaucoup le ruban rose qui marche sur l'affiche. :)

    RépondreSupprimer
  5. j'aurais beaucoup, beaucoup de mal car j'adore ma poitrine, c'est la féminité pour moi.
    le cancer du sein est une de mes + grosses peurs. c'est pour ça qu'il faut régulièrement aller chez le gynéco faire vérifier tout ça mesdames (d'ailleurs faut que j'y aille, j'suis pas un bon exemple ^^)

    RépondreSupprimer
  6. _ Je suis complètement en accord avec ton texte ♥.

    RépondreSupprimer