Le hérisson

mardi 2 mars 2010 Ingrid | Mémorables oublis 4 Comments


Samedi soir, je me suis décidée à regarder "Le hérisson". Film sorti l'année dernière avec Josiane Balasko et si je ne me trompe pas, il a reçu de bonnes critiques. Mais Josiane Balasko n'étant pas ma tasse de thé, je me mettais devant ce film avec déjà une mauvaise impression. Balasko, je l'ai aimé avec les Bronzés. Par la suite, je l'ai trouvé un peu vulgaire à mon goût. Alors me voilà sous ma couette pour 1h30 de visionnage. Et j'ai été agréablement surprise. Balasko joue très bien et elle m'a fait oublier durant toute la durée du film, le côté grande gueule et extravertie qu'on lui connait si bien. Elle a interprété au mieux son rôle de concierge solitaire et transparente. L'histoire était sympathique. Je n'ai pas accroché avec la petite Paloma par contre. La romantique que je suis n'avait d'yeux que pour la concierge et son nouvel occupant. Je ne dévoilerai pas toute l'histoire pour ceux qui ne l'auraient pas vu mais l'image du concierge est fidèle à la réalité. Je me souviens du mien lorsque j'habitais Paris. Il était sympathique, faisait son travail, m'apportait mes courriers et colis à l'heure et répondait toujours à mes "Bonjour" avec un sourire timide. Mais, comme montré dans le film, il était le larbin de service que personne ne regardait sauf lorsqu'ils avaient besoin de quelque chose et il était celui à qui on payait notre loyer. Pour en revenir au film, il y a une certaine morale. On peut être laide, grassouillette et/ou pauvre, on peut rencontrer une personne qui est à l'opposé de nous. Vous savez que je ne m'aime pas (enfin, j'ai beaucoup de mal) mais même si je suis ni grosse, ni maigre, ni pauvre, ni riche, ni laide, ni sublime, j'ai toujours cet espoir qu'un jour, je plairais à un homme. Car même si ce n'est qu'un film, la réalité n'est pas loin...

4 commentaires :

  1. Je n'ai pas vu le film malgré que j'ai lu le bouquin cet été... Ce qui fait l'intérêt du Hérisson ce sont effectivement les personnages davantage que l'histoire elle-même. Par contre j'avais bien accroché sur le personnage de Paloma justement, à voir ce que ça donne dans le film ;)

    Et sinon oui, je pense qu'on peut être grosse, moche et pauvre, mais quand même trouver l'amour. Je pense qu'il y a toujours quelqu'un qui nous attend quelque part et qu'il ne faut jamais désespérer ;)

    RépondreSupprimer
  2. Tout est une histoire de rencontres, voilà ce que je me suis dit en lisant le livre. C'est aussi valable en amour je pense. Faudrait que je le voie en film voir si mes impressions restent les mêmes !

    RépondreSupprimer
  3. ANNOUCHKA // Je fais justement un article qui sera publié la semaine prochaine sur le fait que si on lit le roman, il y a de fortes chances que l'on soit déçu par le film ensuite...

    RépondreSupprimer
  4. Mais on est TOUJOURS déçus par les films adaptés de romans. Non ? Enfin on passe quand même de bons moments cinématographiques si on revoit nos attentes à la baisse. :)

    RépondreSupprimer