Ton amour n'est plus

mardi 13 avril 2010 Ingrid | Mémorables oublis 14 Comments


Pas une parole pour briser ce silence qui pèse tant depuis quelques minutes. Tête baissée, je joue avec la cuillère de ma tasse de café. Je n'y aurai pas touché. Il est froid. Je n'ai pas soif. Tu me tends un mouchoir pour essuyer la larme qui ne va pas tarder à glisser sur ma joue. Je refuse et m'essuie du dos de la main. La vie autour de nous ne s'est pas arrêtée. Des gens passent, d'un pas pressé, parfois lent. Des touristes ? Je ne sais pas et je n'ai pas envie de savoir. Un pigeon se faufile entre nos jambes à la recherche de miettes. Un vieil homme s'installe à côté de notre table, dépose son béret sur la chaise vide à ses côtés et déplie son journal. La fumée de sa cigarette m'enveloppe. Mais ça ne me gêne pas. Cette odeur que je respire, qui imprègne mes vêtements, mes cheveux, j'en ai que faire. Car je suis seule. Tu m'as quitté. Tu es pourtant toujours là. Assis à côté de moi, cherchant à prendre ma main pour me réconforter mais je l'évite. J'aimerai que tu t'en ailles mais les mots ne veulent pas sortir. J'aimerais m'enfuir mais j'ai peur que mes jambes ne tiennent pas. Je t'entends me parler mais mon cerveau n'enregistre pas tes paroles. En quelques minutes, peut-être même quelques secondes, ma vie a bousculé. Tu t'en vas. Sans moi. Ton amour n'est plus mais le mien, si. Je sais que quoi que je dise, je ne te retiendrai pas. Des images défilent sous mes yeux, perdus dans le vague. Des souvenirs. Des beaux. Des moins beaux. Certains me font sourire mais je me retiens de te le montrer. Et maintenant, je vais m'en construire d'autres. Ceux qui font mal, qui font pleurer, les soirs où je me retrouverai seule, recroquevillée dans mon lit. Physiquement, tu ne seras plus là mais ta présence construira ces douloureux souvenirs. Et ça commence maintenant, en cet après-midi de mai, sur la terrasse de ce café où tu m'as dis "Je m'en vais".



Texte entièrement inventé

14 commentaires :

  1. Très beau texte, on se retrouve vraiment dans ce que tu écris...

    RépondreSupprimer
  2. J'aurai aimé que cela se termine comme ça, à la terrasse d'un café plutôt que par msn et par mail.
    Joli texte :-)

    RépondreSupprimer
  3. Comment ne pas se sentir touché par ce texte ? Et comment ne pas s'y retrouver un peu...
    Il est très bien écrit en tout cas :)

    RépondreSupprimer
  4. Les regards fuyants c'est toujours ce qui me marque dans une rupture.
    En tout cas très joli texte, rempli d'émotions.

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai que l'on s'y retrouve... Très beau texte ;)

    RépondreSupprimer
  6. Arf, tout le monde se retrouve dans ton texte.
    Moi j'ai l'impression d'être le mec qui fait du mal ><

    RépondreSupprimer
  7. Très beau texte, ça me rappelle du vécu...

    RépondreSupprimer
  8. Très joli texte, doux, en retenue, il me touche.

    RépondreSupprimer
  9. "Texte entièrement inventé" --> je dois me sentir visé? :)

    RépondreSupprimer
  10. LES FILLES // Merci à vous toutes. Je me suis rendue compte que la terrasse de café était souvent le lieu choisit pour raconter une rupture...

    ENNA // Et encore, on te prévient. Moi, la dernière fois, j'ai dû m'en rendre compte moi-même...

    JULIEN // Non, pourquoi ? Je ne voulais pas qu'on pense que c'était du vécu. Je ne t'oublie pas pour les livres et passe de bonnes vacances ^^

    RépondreSupprimer
  11. Séparée de puis peu , sans vraiment l'être en faites je me rends compte lol je me retrouve dans ton texte ... Joliment écrit !

    RépondreSupprimer
  12. aaah la main qui veut réconforter, c'est le pire je crois.

    RépondreSupprimer
  13. MAMZELLE DEYBOW // Merci beaucoup

    ANNICK // Je crois que je le prendrais mal ce semblant de réconfort...

    RépondreSupprimer
  14. Je découvre ton blog grâce à Captain! Merci Captain!
    Je dévore tes articles les uns derrière les autres, et je suis particulièrement sensible et touchée par celui-là...

    RépondreSupprimer