Alors Nancy, c'était comment ?

jeudi 13 mai 2010 Ingrid | Mémorables oublis 5 Comments


Comme il se doit, je vous fais un compte-rendu de ma journée nancéenne en compagnie de Ramla. Avant toute chose, je vais quand même vous raconter un peu qui est elle pour que vous comprenez un peu mieux pourquoi j'étais tellement contente de passer cette journée en sa compagnie. Car, ça n'a pas toujours été rose entre nous et cette journée aurait pu ne jamais voir le jour.

Comme je vous l'ai dis vaguement, Ramla est une fille que j'avais rencontré en même temps que d'autres personnes sur un forum de manga, début 2003. On s'est tout de suite bien entendues, on a eu de nombreux échanges par courrier (avec ses fameux dessins et sa trousse de feutres). Lorsqu'à un moment de ma vie, je n'allais vraiment pas bien, j'ai cherché à éloigner tout le monde de mon état. Je n'aime pas que les autres le sachent surtout les personnes que j'apprécie. Oui, c'est idiot car c'est justement dans les mauvais moments que l'on doit s'entourer. J'ai fait le contraire. J'ai provoqué Ramla et j'ai réussi à ce qu'elle parte de ma vie. Deux années où je n'avais plus aucune nouvelle. Et ce que je vais dire là, je n'ai pas le souvenir de le lui avoir avoué par la suite mais il y avait aussi le fait que ça me faisait mal de ne pas être sa meilleure amie. J'étais égoîste et possessive à cette époque-là et je jalousais ces filles qui pouvaient la voir souvent alors que moi, je devais me contenter de quelques sms, lettres et que l'on ne s'était jamais rencontrées. Puis, en 2008, année où je me suis inscrite sur Facebook, je l'ai retrouvé et c'est tout naturellement qu'elle m'a acceptée et que nous avons repris là où on s'était arrêtées, en zappant les mauvais souvenirs. Elle ne m'a jamais reprochée cette époque, de l'avoir évincé etc... Et donc l'année dernière, c'était l'occasion de se rencontrer enfin en vrai dans la capitale. Un déjeuner à midi bien trop court. Comprendre par là que cette rencontre ne fut pas du tout une déception. Et lorsqu'elle a appris que je ne venais pas début avril à Paris, elle a décidé, tout comme Prisci, de venir me voir. C'est là qu'on se rend compte que des personnes tiennent à nous, qui font l'effort de venir alors qu'elles sont encore étudiantes.

Bref, rendez-vous fixé lundi dernier. Ramla m'attendait sur le quai de Nancy à 10h06. Et dire que j'ai failli louper mon train à 30 secondes près ! Je suis très ponctuelle comme nana mais figurez-vous que ma vessie s'est manifestée à la dernière minute et les toilettes étaient occupées. Hors de question de faire dans le train. Heureusement que j'habite à 200m de la gare... Je lui avais demandé d'apporter du soleil car la météo faisait des siennes : averses de grêle et quelques éclaircis au rendez-vous. J'ai décidé à la dernière seconde de prendre mon compact plutôt que mon réflex. A peine nous sortions de la gare que nous sommes accostées par un charmant jeune homme qui nous offre un dépliant sur la journée du sport, un truc du genre. Où trouver des chemins forestiers autour de Nancy, des squares, des adresses de salles sportives etc... Oui merci, je sais que je dois me remettre au sport et il nous a bien fait rappeler qu'il est recommandé de faire 30min d'activité quotidienne. Mouhahaha, je les fais facilement. Bref, on continue notre chemin. 300 mètres plus loin, on tombe carrément sur le stand. Pas de bol, on a déjà eu nos dépliants. Bah vi mais mon cher monsieur (qui lui n'était pas beau), votre collègue est plus futé que vous, il chope les gens à la sortie d'la gare. A peine quitté qu'une femme nous accoste, dossier et crayons en mains. Oui on a quelques minutes à lui accorder. Sondage sur le parfum. Parfait, j'adore. Deux, trois questions de posées et Ramla et moi sommes embarquées au premier étage d'un hôtel pour poursuivre le sondage. On nous offre une bouteille de parfum que l'on devra mettre quelques jours et nous serons contactées par téléphone pour voir si nos réponses ont changé entre temps. Le parfum n'est pas mauvais du tout. Toujours ça de gagné.

Une petite pause café s'impose. On ne change pas les habitudes, je me suis pris un cappuccino (Frangin, c'était au même bistro où l'on était et rebelote, je n'ai toujours pas pris la photo). C'est bien beau d'interdire la cigarette dans les lieux fermés mais on se coltine quand même la fumée en pleine figure à la terrasse. Surtout lorsque le vent fait des siennes. Plus tard, le temps que nous flunchions, le soleil se pointe. Rhâ maudit soleil qui ne devait pas venir, j'ai pas pris mon réflex bordel ! Mais heureusement car à 15h30, nous venions à peine de nous installer à une terrasse de café (celle en face des toilettes publiques Frangin, tu t'en souviens ? :p), qu'il a plu non stop durant près d'une heure. Pas de parapluie, pourvu que ça s'arrête lorsque nous devrons retourner à la gare. Deux gugusses perruqués se ramènent avec guitare et accordéon en mains. C'était fort et on ne comprenait rien de ce qu'ils chantaient. On en a profité pour aller aux toilettes du café. Et comme de par hasard, c'est pile-poil à ce moment-là qu'une cargaison de petits vieux a décidé de sortir, à la queuleuleu et trèèèès lentement. Heureusement, j'ai encore un minimum d'autorité sur ma vessie, je lui ai demandé de patienter 2 minutes. J'ai, du coup, découvert un nouveau système de séchage de mains. C'était comique. Il fait même les brushing ! Dernier passage sur la fameuse Place Stanislas, j'ai pris 2/3 photos. Sous la pluie.

Comme il nous restait encore 40min devant nous, nous nous sommes arrêtées à la FNAC (c'est mal de l'installer à 200m d'une gare), et heureusement, je n'ai pas trouvé ce que je cherchais. Pour une fois que j'avais l'occasion de me procurer le 2ème tome de Pacco et le 1er de Dugly, j'suis dég'. Arrivées devant le panneau d'affichage des trains, une dame nous accoste pour nous demander sa voie. On la conseille pour la voir redemander son chemin à une autre personne, 5 mètres plus loin. Ah ces vieux... Les au revoir arrivent, je me dépêche de monter dans le train puisque c'est l'heure de pointe. Côté fenêtre, sens de la marche, super. Un homme d'un certain âge se met à côté de moi. Et que vois-je ? Il sort la Bible, il la lit, prie avec et je ne sais quoi d'autre. J'ai absolument rien contre lui, en plus j'avais ma musique (Angus et Julia Stone ♥) mais y a une chance sur combien pour qu'il vienne s'installer à côté de moi ? J'ai dû le secouer lorsque c'était mon arrêt. Prier, ça fatigue apparemment...

Je suis rentrée et j'ai attrapé froid. Pas faute d'avoir pris mon caban. On est à la mi-mai BORDEL DE MERDE ! (désolée mais y a de quoi là hein -__-). Je m'excuse également pour le compte-rendu pas super passionnant mais si je dois tout raconter, ça ne serait que du private joke. J'ai passé un bon moment, soleil ou pas. On a bien rigolé et papoté (oui parce qu'on sait être sérieuses aussi). Et je vais finir cet article en disant ceci : "Ce n'est pas parce que je suis actuellement sans emploi, que je dois rester cloîtrée à la maison ou squatter mes journées à Pôle Emploi. J'ai le droit de m'offrir une journée de plaisir ou un séjour dans la capitale etc. D'autant plus que je ne touche pas de chômage donc les mauvaises langues, ne vous inquiétez pas, vous ne travaillez pas pour me faire vivre".

5 commentaires :

  1. Moi aussi j'ai passé une journée du tonnerre ma Chouloute, et j'espère bien que l'on pourra remettre ça dès que possible (et avec du soleil cette fois!).

    Des millions de bisous, et encore merci!!

    RépondreSupprimer
  2. Tu as raison de profiter!!! Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  3. super récit !! c'est bien les rencontres via internet, pas vrai ? ^^
    enjoy life !!!

    RépondreSupprimer
  4. et toujours pas la photo des capuccinos, quelle honte....

    RépondreSupprimer
  5. ASUKACHAN // Merci à toi d'avoir pris l'initiative ♥ Et même avec la pluie, on remet le couvert !

    LALYDO // Et c'est ce que j'ai fait ^^

    THIB // Surtout qu'elle a eu droit à son chocolat :p

    BARBEROUSS // Tu sais ce qu'il te reste à faire : revenir :p

    RépondreSupprimer