Ma p'tite Pampreluche

samedi 29 mai 2010 Ingrid | Mémorables oublis 6 Comments



Le 25 avril 1982, à 01h55, je faisais d'elle une mère. Une nouvelle histoire commençait. Pour elle. Pour moi. Elle ne savait absolument pas dans quoi elle s'aventurait mais elle y allait. Elle avait cette crainte de reproduire sur moi ce que sa mère avait fait avec elle (absence, mensonges, silences). Mais elle a réussit à devenir une mère aimante. Elle a passé des heures à me prendre en photos. Elle m'a transmis l'amour des chats. Elle abandonnait son ménage et sa cuisine pour jouer avec moi. Aux puzzles, principalement. Je n'étais pas une petite fille modèle mais presque. Je n'ai jamais fait de bêtises. Elle n'a pas le souvenir de m'avoir grondé. Puis je suis devenue solitaire, enfermée dans ma chambre. Je parlais peu. Pire lorsque mon frère est arrivé, ce 29 avril 1988 en milieu d'après-midi. Elle s'est occupée de lui aussi bien qu'elle s'était occupée de moi. Une bonne mère. Lorsque je suis partie vivre à Paris, nous nous appelions une fois par semaine. Ca nous suffisait. Mais quand je suis revenue, ce fut l'enfer. Nous nous sommes beaucoup disputées. On ne se supportait plus. La moindre futilité devenait une crise. Ça a duré des mois. C'était de ma faute. J'ai fais ma crise existentielle sur le tard alors que d'autres la font à 15 ans. Ça s'appelle l'adolescence. L'âge con. Il y a aussi le fait qu'elle ne savait pas comment gérer la souffrance de sa fille, impuissante. C'est en arrivant en Belgique que toutes les deux, on s'est rendues comptes que l'autre nous manquait. On s'appelait toujours une fois par semaine mais on restait longtemps au téléphone. Une heure voire même plus. Elle avait besoin de moi mais n'en disait rien. En 2008, je suis revenue vivre chez les parents. J'avais peur que les engueulades reviennent. Ce ne fut pas le cas. Nous nous sommes retrouvées. Une mère et sa fille. Deux amies. Car c'est ce que nous sommes aujourd'hui. Deux amies qui se disent tout (enfin presque pour ma part). On s'épaulent dans les moments difficiles, mes conseils sont toujours importants à ses yeux. Elle sait que je vais mal. Mais elle fait en sorte pour me donner le sourire. On sort, elle ne rechigne pas à m'acheter un petit quelque chose, elle se plie en 4 pour payer les soins de mes animaux, elle fait tout pour rendre sa fille heureuse etc... Le seul défaut que je lui trouve : elle est bonne cuisinière ! Elle cuisine tellement bien. J'ai beau lui répéter "Ne me fais pas ça, je suis au régime". Eh bah non, c'est plus fort qu'elle. Il faut qu'elle cuisine tel plat, tel dessert car elle sait que je serai contente. Et je ne peux pas refuser ça... Ma Maman, c'est la meilleure du monde d'abord. Elle n'est pas la plus belle ni la plus riche mais elle a un coeur énorme et c'est le plus important à mes yeux. Elle a réussit son rôle de mère à la perfection. Mais la pudeur entre nous m'empêche de le lui dire de vive voix. Elle ne touche pas à Internet donc elle ne lira pas mes mots. Mais c'est ça qu'est bien entre nous deux : on n'a pas besoin de se parler pour savoir ce que l'autre pense. Tout comme pour ce jour qui est dédié à toutes les Mamans, demain. Elle a toujours refusé qu'on lui achète quelque chose. Pourquoi ? Car le plus beau des cadeaux que mon frère et moi puissions lui offrir, c'est notre amour et recevoir le sien en échange. Je l'aime. La vie ne lui a pas fait de cadeaux. A elle, son mari, ses enfants et le reste. Mais elle tient le coup. Pour son mari, ses enfants et le reste. C'est avec les larmes aux yeux que je finis cet article... Je t'aime ma p'tite Pampreluche et sache que tu as très bien rempli ton rôle de mère, malgré tes si nombreux doutes. Que cette étoile qui brille au-dessous de nous depuis 18 ans te protège encore longtemps.

6 commentaires :

  1. Très bel hommage à ta maman... très émouvant aussi...
    J'ai vécu des choses similaires avec ma Maman et aujourd'hui nous sommes très proches mais si nous sommes tellement pudiques, qu'il y a certaines choses que l'on n'ose pas se dire...
    Bonne fête à toutes nos merveilleuses maman!
    Bon weekend bises!

    RépondreSupprimer
  2. Ton article m'a mis les larmes aux yeux.
    Ca me ferait presque regretter de ne pas être très proche de ma mère...

    RépondreSupprimer
  3. Très très beau. C'est ce genre d'hommage qui l'on aimerait recevoir plus tard.

    RépondreSupprimer
  4. LALYDO // Je connais pas les "Je t'aime" et les accolades mais je le vis bien

    CAPTAIN // Ce n'était pas le but mais je te comprends...

    CARO // Merci

    XELOU // Qui n'en saura jamais rien :p

    LIBELUL // Attends quelques années, ça t'arrivera peut-être ;)

    RépondreSupprimer