Les retrouvailles... ou pas.

mercredi 2 juin 2010 Ingrid | Mémorables oublis 9 Comments


Hormis mon frère, la seule personne de la famille que j'ai en "amis" (décidément, je n'arriverai jamais avec ce terme) sur Facebook, c'est ma cousine. Nous avons en commun d'autres cousins/cousines. Elle les a en amis. Des personnes que je n'ai jamais rencontré. Sauf une cousine du même âge que moi, que j'avais eu en 5ème en cours d'anglais. C'était il y a 16 ans. Ça date ! Je n'ai aucun souvenir d'elle. Nous n'avons pas sympathisé. Nous savions qui on était mais nous n'avons pas cherché à nous parler plus que ça. Le bonjour et le sourire suffisaient... Dernièrement, elle m'a demandée en amie sur Facebook. J'ai refusé. Et voilà que son frère en a fait de même alors que je le connais absolument pas. Je ne l'ai jamais vu ni adressé la parole. Ça peut paraître méchant mais je ne vois pas l'intérêt de les avoir en amis. Certes, ils cherchent à retrouver de la famille. Je ne leur en veux pas, c'est normal. Mais après l'ajout, que dire ? On peut pas parler de nos parents, ni grands-parents. Sujet extrêmement tabou. Parler des études ? Du boulot ? De nos amours ? On aura très vite fait le tour. Surtout avec moi. Et ils deviendront des amis fantômes sur Facebook. Je ne leur ai pas envoyé de mail pour leur expliquer mon refus. De toute façon, leur réaction ne m'intéressera pas. Les histoires de famille, surtout paternelles, m'ont assez détruite comme ça pour risquer d'en rajouter une couche avec cette cousine et son frère qui veulent me connaitre au-delà d'un nom... Alors oui, Facebook a été créé pour garder ou reprendre contact mais moi, je ne l'utilise que pour la première raison.

9 commentaires :

  1. Je rebondis par rapport à tes deux billets FB, je te comprends et je trouve çà aussi parfaitement insupportable quand tu te rends compte qu'ils te demandent d'être "amis" juste pour faire la course aux "amis"

    RépondreSupprimer
  2. je comprends que tu aies refusé leur demande et tu n'as effectivement pas à justifier ton refus auprès d'eux.

    RépondreSupprimer
  3. comme on dit : on choisit ses amis, pas sa famille !

    RépondreSupprimer
  4. Je suis comme toi, je suis amie avec ceux que j'ai envie de voir, ceux dont je suis proche... les autres... m'en fous un peu!
    Si c'est juste pour avoir 200 amis pour faire bien, je ne vois pas l'intérêt! (je suis pire que toi, j'ai refusé mon beauf sur FB!!!)

    RépondreSupprimer
  5. Ouais comme je te comprends ^^

    Moi j'ai retrouvé mon cousin, on parle vraiment très rarement, je ne l'ai pas vu depuis une dizaine d'années... Et la dernière fois je lui ai laissé un commentaire sur son statut il m'a répondu en mettant @ma cousine, ça m'a fait tout bizarre... On a pas grand chose à se dire, c'est dommage, on a fait les 400 coups ensemble quand on était plus jeunes...

    Et puis j'en ai retrouvé d'autres aussi... Mais je ne les ai pas mis parce que je sais que j'aurais rien à leur dire... Et puis j'ai pas envie qu'ils parlent de moi à mon père aussi...

    RépondreSupprimer
  6. FB est un bon outil mais effectivement, il faut garder son libre arbitre, et préserver sa propre vie d'aujourd'hui.
    je te comprends

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve ta réaction un peu dure sachant que les "amis" Facebook ne sont que des relations/connexions avec qui on a aucune obligation de tisser des liens d'amitié ou autre une fois qu on les accepte. Et puis la famille, quoi qu on dise, ce sont des lien immuables et même si tu ne veux pas leur parler maintenant, qui sait dans quelques années si tu n auras pas envie de reprendre contact....

    RépondreSupprimer
  8. LIBELUL // Sauf qu'eux, ce n'était pas dans ce but

    ANNICK // Ils doivent quand même se douter pourquoi ;)

    THIB' // Malheureusement

    CAPTAIN // Le saloupiot !

    LALYDO // En même temps si tu ne t'entends pas super bien avec lui, t'as pas à l'ajouter ^^

    XELOU // Un ami fantôme comme je les appelle. Ca ne m'intéresse pas.

    STEPHALINE // Merci ;)

    FENETRE SUR LE MONDE // Je ne vois pas l'intérêt de les ajouter alors que je n'ai pas envie de leur parler (pour le moment en tout cas). Et il n'y a que le lien du sang qui nous unit, rien de plus.

    RépondreSupprimer