Mes meilleurs ennemis

lundi 28 juin 2010 Ingrid | Mémorables oublis 10 Comments



Mes années collège ne sont pas mes plus belles années de ma courte scolarité. Pas d'amis, beaucoup de moqueries, aucun flirt. Puis, au fil des mois, je les ai rencontré. Ils étaient un petit groupe. Une quinzaine. On s'est tous bien entendus. Ils étaient toujours présents, dans mes bons mais surtout mauvais moments. Au point qu'ils finissaient par devenir vraiment étouffants. J'ai essayé de me détacher d'eux sans trop de succès. J'ai finit par me faire une raison, les supporter chaque jour, chaque heure de la journée. Ils n'étaient pas si mauvais que ça mais parfois, je me serais bien passée d'eux. Puis arriva le lycée. Je ne sais pas si c'est la maturité ou le changement d'établissement mais je me suis enfin décidée à les quitter. Et j'ai pris goût à la vie, à mes années d'adolescente. J'étais bien dans mes baskets. Ils ne me manquaient pas. Ce fut ainsi durant mes 4 années de lycée. Puis j'ai rencontré mon ex et lorsqu'on a rompu, ils sont revenus vers moi. Je les ai accueillis les bras ouverts. J'avais secrètement espéré qu'ils fassent le premier pas. Ce fut le cas. Nous nous sommes plus quittés durant 3 ans. Forcément, des liens se tissent et le groupe s'est élargit. Surtout en Belgique où certains, la majorité, m'ont suivi. Mais ils m'étouffaient à nouveau. Trop présents. Je ne savais pas comment m'y prendre pour leur dire de partir alors qu'ils furent d'un réconfort durant quelques années. Alors à mon retour de Belgique, j'ai remis les choses au point. C'était bien, on a passé de bons moments mais il faut savoir aller de l'avant en laissant certaines choses dans le passé. C'était le cas avec eux. La moitié est partie sans causer de problème. L'autre est plus résistante. Ne comprend pas, persiste à rester. A être trop gentille, à mettre des gants pour éviter de blesser, on finit par perdre de l'autorité, de la crédibilité. Il est temps pour moi d'être plus grave en disant clairement les choses : fichez le camp saleté de kilos ! Courage Bibi, tu arriveras à bout de ces 15 derniers kilos que tu te trimballes depuis plus d'un an.

10 commentaires :

  1. C'est drôle, mais j'en suis plus ou moins au même point avec des amis qui m'ont plus ou moins sauvé la vie en 3ème. Et maintenant j'ai l'impressionque c'est un truc gluant que j'aime bien, hein, mais qui m'étouffe...

    RépondreSupprimer
  2. Ahahah, j'adore tes articles mystères !

    RépondreSupprimer
  3. J'adore ce genre d'article! Courage !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai vraiment cru jusqu'au bout que tu parlais de vrais gens! ;)
    Bon courage! Ce n'est pas facile mais tu vas y arriver!

    RépondreSupprimer
  5. Ahah, j'avais pas compris.
    J'vais retourner dormir, lanuit blanche ça me réussit pas :D

    RépondreSupprimer
  6. Moi je dirais qu'il m'en reste une bonne dizaine, c'est finalement comme une sorte de carapace, de doudou, que l'on trimballe depuis longtemps maos arrive un moment où il faut les lâcher, j'espère m'en défaire prochainement...

    RépondreSupprimer
  7. C'est si joliment dit... :)
    Je te souhaite bon courage ! C'est vraiment pas facile de se débarrasser de ces si fidèles compagnons. Mais il faut tenir bon face aux indésirables ! ;)

    RépondreSupprimer
  8. TOUT LE MONDE // Merci !

    CAPTAIN // Il y a déjà deux articles mystère de prévu pour la rentrée ;)

    STOUF // Je ne l'ai jamais arrêté. Je n'arrive plus du tout à perdre depuis plus d'un an -__-

    RépondreSupprimer