Faut au moins ça !

vendredi 10 septembre 2010 Ingrid | Mémorables oublis 6 Comments


30 kilomètres. C'est la distance qu'il y a entre chez moi et le coiffeur. Pourtant, il y en 4/5 dans ma ville et les voisines. Mais non, Maman et moi, on va à 30km de là. Trouver un bon coiffeur, ce n'est pas une mince affaire. Déjà, faut trouver une coiffeuse qui ne soit pas commère. C'est pas facile. Car oui, ce n'est pas une sale étiquette qui leur colle depuis de si nombreuses années. C'est vraiment la réalité. Une coiffeuse, ça parle, ça parle et ça parle. Tu peux pas rester tranquille sur ton siège à lire un magazine de mode ou potins que "Blablabla et blablabla". Ok, je suis pour faire la conversation mais entre parler du beau temps et critiquer le cul de la voisine, y a une nette différence. C'est pourquoi, Maman et moi, on va loin. Durant deux ans, nous allions dans une ville voisine, à 30km donc, où la coiffeuse ne connait personne que nous ne connaissons déjà. Ce que j'ai aimé chez elle, c'est l'absence de commérage. Vraiment pas son truc. Mais, plusieurs hics au tableau : elle coiffe mal (et je ne vous raconte pas à son retour de vacances) et son assistante ne sourit et parle jamais. De quoi te mettre mal à l'aise. Dernièrement, la coiffeuse a raté la coiffure de Maman et le rafraîchissement de ma mèche (oui oui, rien que ça et elle arrive à louper). Plusieurs fois Maman lui a dit de couper plus court derrière mais non, toujours cet amas de cheveux qu'elle doit se trimbaler 6 semaines. Et moi, ma mèche asymétrique a finit droite avec quelques trous. Ca ne pouvait plus durer. Alors, en papotant avec un commercial, il nous apprend que sa femme est coiffeuse. A 40km de chez nous. Bon, bah on est pas à 10km près, on va tenter. Rendez-vous pris semaine dernière pour 17h30. Nous sommes passées à 18h45. Rentrée des classes oblige et seul salon du pâtelain, les deux coiffeuses ne savaient plus où donner du ciseau (ah ah j'suis drôle). Donc on pardonne parce que là : bonheur. Pas de commérage, elle et sa collègue furent agréables, souriantes voire même drôles et le must pour celle qui s'est occupée de nous : elle coiffe super bien ! Elle a vraiment écouté les demandes de Maman et ma mèche a enfin été faite comme je le souhaitais depuis le départ. 40km pour trouver ce que l'on veut, c'est le prix à payer. Je suis certaine qu'il y a plus proche mais entre nous, quand on voit la galère qu'on a eu pour trouver une bonne coiffeuse, bah quand c'est fait, on y touche plus.

6 commentaires :

  1. Ah ouais quand même ^^

    moi je vais pas chez le coiffeur, je veux des trucs tout simples mais j'ai trop peur qu'on me rate...

    RépondreSupprimer
  2. Ça fait 2-3 ans que j'ai trouvé un salon de coiffure qui me convient plus ou moins. Les commérages, difficile dans une grande ville ! Alors oui, les coiffeuses papotent mais pas des voisins. Par contre, quand ça prend au patron, il fait des "créations" (qui coutent 10€ de plus) et je n'aime pas du tout ce qu'il m'a fait la dernière fois. Donc je demande toujours à être coiffée par l'une des employées qui est sympa et écoute ce qu'on lui demande.

    RépondreSupprimer
  3. Pareil je galère pour trouver une coiffeuse compétente et qui sait te faire 2 fois la même chose. Coincée chez mes parents, je vais chez la coiffeuse de ma mère car c'est presque donné mais ça reste des demandes super simples pour pas que ce soit la cata.

    RépondreSupprimer
  4. je fais 20 km pour aller chez mon coiffeur visagiste qui coiffe super bien et sans commérages, mais je me tate pour tenter la coiffeuse à domicile qui a l'air pas mal ;-p

    RépondreSupprimer
  5. Moi j'habite à Paris et je ne me fais couper les cheveux qu'une fois par an, dans mon bled perdu à la campagne ! Faut le faire, Paris est censé être la capitale de la mode, du glamour.. Mais mon coiffeur de campagne me coiffe super bien pour trois fois moins cher ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Une seule paire de ciseaux a le droit de toucher à mes cheveux... celle de mon coiffeur, celui qui m'a coupé mes premières mèches quand j'étais bébé. Ca fait 21 ans que j'y vais, il était dans mon village, maintenant il est au village d'à côté à 8km, les gens viennent parfois de 90km pour qu'il les coiffe. Mais parfois je me demande comme je ferai le jour où il arrêtera de coiffer :/

    RépondreSupprimer