Putain de chienne de vie

mercredi 29 septembre 2010 Ingrid | Mémorables oublis 15 Comments


Cette année 2010 aura été une période pas très glorieuse concernant la santé de Papa. Bien que son caractère se soit calmé en début d'année grâce aux problèmes causés par sa famille (oui oui, j'ai bien dit "grâce"), sa mémoire, elle, s'est dégradée. J'arrive encore à me souvenir de celle qu'il avait il y a quelques mois et celle d'aujourd'hui. Il oublie de plus en plus vite ce que l'on vient de lui répéter par exemple. Le moindre changement dans ses habitudes le stresse et le fait paniquer pour un rien. Nous avons abandonné l'idée de lui apprendre les heures. Il a oublié toutes les notions alors qu'en début d'année, il arrivait encore à se débrouiller avec les aiguilles et les chiffres. Là, même en lui montrant, lui expliquant, le lui écrivant, il ne retient pas. C'est du charabia dans sa tête. Oui, son état s'est un peu dégradé au cours de ces derniers mois. On joue surtout le rôle de "Perroquets". Sans cesse répéter les mêmes choses. C'est parfois lassant, pesant et pourtant, je nous étonne à avoir une telle patience. J'en ai peu à la base (parfois pas du tout pour certaines choses) mais pour Papa, je me découvre. Répéter 3/4 fois en 2 minutes la même chose. Je me dis que ce sera pire d'ici quelques mois. Voire quelques années si la vie veut bien nous faire au moins une fois un cadeau. Je crains tellement ce jour où il ne se souviendra plus de nous. J'appréhende l'instant où il me vouvoiera car il ne me connaîtra plus. Je pleurerai comme je pleure à la rédaction de ces mots. On avait pas besoin de ça. Il ne le méritait pas. Vraiment pas. On a rien fait pour qu'on nous inflige une telle épreuve, une telle souffrance. On a pas le droit de lui ôter les souvenirs, qu'ils soient bons comme mauvais. Alors oui, il y a pire mais dans ces moments-là, je suis égoïste car la souffrance, je suis seule à la ressentir comme je la vis. Et j'aurai beau pleuré et me plaindre, ça ne changera absolument rien...

Bonne fête Papa...

15 commentaires :

  1. C'est difficile de trouver les mots qui consolent dans ces cas là... Même si nous sommes programmés, nous enfants, pour perdre nos parents et non le contraire, c'est toujours inacceptable de perdre ceux qui définissent l'origine de nos vies. Pire encore de les voir se dégrader sous nos yeux. Pleure Ingrid, c'est humain et ça ne sert à rien de t'en empêcher. Je pense à toi.
    Affectueusement. Max

    RépondreSupprimer
  2. bonne fête papa? ton papa est un Michel? le mien aussi :-). ça doit être terriblement dur à vivre, je pense bien à toi.

    RépondreSupprimer
  3. il est toujours difficile de voir ses parents partir....que ce soit dans leur tête ou de la vie....

    Pour avoir eu un grand père qui a eu la maladie d'alzheimer, je pense comprendre un peu ta douleur....je dis un peu parce que chaque histoire est différente mais peuvent se rapprocher par certain côté....

    J'ai profité au maximum de ces moments là avec lui, tant que sa mémoire était encore là ....
    profites profites....

    je te fais d'énormes bisous et laisse toi aller quand cela ne va pas....pleure....gueule, hurle....mais extériorise ta peine ;-)


    Mon père était un michel aussi ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Essaie de profiter un maximum des moments où il se souvient encore de ta maman et toi. Et surtout, ne garde pas ta peine et ta douleur pour toi. Courage :)
    Bonne fête à ton papa.

    RépondreSupprimer
  5. Ta situation est très difficile et je te souhaite bon courage pour tout affronter.

    RépondreSupprimer
  6. Ton récit est très émouvant, je comprends que ce soit difficile à vivre quotidiennement. les souvenirs sont ce que l'on a de plus chers car c'est qu'elle quelque chose que l'on croit indestructible et pourtant..
    Bon courage et bonne fête à ton papa!

    RépondreSupprimer
  7. Courageuse Ingrig, je suis d'accord avec la plupart de ces coms: ne garde pas ta peine pour toi. C'est un peu ce que tu viens de faire, remarque, en la partageant avec nous. Profite bien de lui et n'oublies pas toi non plus combien tu es importante pour cet homme même si parfois il ne peut plus le dire. On est toutes avec toi.

    RépondreSupprimer
  8. Beaucoup de courage. Un bel hommage.

    RépondreSupprimer
  9. TOUT LE MONDE // Merci à toutes pour vos messages de soutien. C'est fou comme j'en ai plus sur la blogosphère que dans la vie réelle... Ca me fait beaucoup de bien et même si j'écris à chaque fois ce genre d'article en pleurant, je sais que vos commentaires me redonnent le sourire et le courage... Vous êtes des amours !

    RépondreSupprimer
  10. Magnifique post....courage c'est si difficile....

    RépondreSupprimer
  11. Bonne fête à lui. Je ne peux que t'encourager à travers ces quelques mots, profite de lui comme tu le peux, je t'admire de rester forte face à lui, face à cette épreuve. Des bisous...

    RépondreSupprimer
  12. Courage... et beau témoignage. J'ai vécu l'alzheimer avec mon grand père... et je me souviens de moments tristes et d'autres émouvants. Il faut garder les meilleurs..

    RépondreSupprimer
  13. Audrey (mes banalités)
    A chaque fois que tu écris sur ton père, j'en ai les larmes aux yeux parce que tes mots me touchent beaucoup. J'essaie de m'imaginer ce que c'est de vivre cette maladie et transpose sur mon propre père et franchement je te dis chapeau.

    RépondreSupprimer