Je me souviens de ces oublis

mardi 19 octobre 2010 Ingrid | Mémorables oublis 10 Comments


J'ai oublié ce que l'on ressent lorsque des lèvres déposent un baiser dans le creux de notre cou. Ce baiser chaud et doux qui nous fait frissonner. J'ai oublié combien il était rassurant et protecteur d'être dans les bras d'un homme. J'ai oublié ce que ça pouvait faire d'entendre un "Je t'aime" sincère de celui qu'on aime. J'ai oublié combien il était bon de se réveiller à deux. Tout comme les griffures dans le dos, les papouilles sur le corps. Juste assez pour le faire trembler de désir. J'ai oublié les sourires lorsque le nom de celui qu'on aime nous envoie un SMS et/ou nous appelle. J'ai oublié les papillons dans le ventre. J'ai oublié les pensées tournées vers celui qu'on aime. J'ai oublié les baisers volés, les câlins spontanés, les "Je t'aime" pensés, les petits noms donnés, les corps liés. J'ai oublié tout ça...

Par contre, je n'ai pas oublié les paroles qui blessent. Les "Je t'aime" qui n'en sont pas. Je me souviens toujours des regards vides, des mains froides, de l'absence de baisers dans le creux de mon cou, des caresses tout le long de mon dos. Je me souviens des "Désolé" qui ne voulaient rien dire. Des paroles dont on pense tout le contraire. Je me souviens des larmes que j'ai versé, des cris que j'ai poussé. Je me souviens de ces longues nuits que j'ai passé seule, en me réveillant avec personne à mes côtés. Je me souviens encore de mes repas dans la cuisine, sans compagnie. Et ces longs silences car plus rien n'était partagé. Je me souviens surtout de mon coeur froid et brisé.

Et aujourd'hui, j'ai oublié ce que c'est que d'aimer mais pas de souffrir...

10 commentaires :

  1. Ma grand-mère disait toujours qu'on se souvenait toujours mieux des mauvais souvenirs car ils avaient plus mauvais gout....
    Moi je pense différemment, je pense qu'il faut garder dans un petit placard de ta tête, les belles images, les bonnes odeurs, et les moments heureux pour les sortir comme des albums photos, et se dire "j'étais là... et puis là et c'était bien "
    Bien sûr que la souffrance ramène de mauvais souvenirs, mais il ne faut pas s'y accrocher, sinon tu ne fais jamais le deuil. Va, avance, invente toi de nouvelles images, de nouvelles sensations, de nouveaux goûts, et je te promets que bientôt ta souffrance ne sera qu'une pale blessure sur ta peau blanche, une cicatrice enfin.... tendres pensées.

    RépondreSupprimer
  2. Ingrid c'est triste ! Il faut enterrer tous ces mauvais souvenirs, ces traces de blessure. Essaie de retrouver les bons, de repenser à ceux qui te feront frissonner, je suis sure que tu les revivras un jour.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  3. perso, je trouve qu'il faut se souvenir de tout, autant des mauvais souvenirs pour ne pas reproduire les mêmes erreurs, autant des bons souvenirs pour ne pas sombrer...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Ces souvenirs un peu gris qui prennent le dessus sur les périodes "arc en ciel", c'est peut être que la plaie est encore ouverte.

    La blessure va s'estomper et laisser place à une cicatrice, qui permettra à la peau de n'être plus "à fleur de peau", puis d’apprécier de nouveau de s'exposer aux bonheurs possibles, petits et grands.

    Bien à vous
    Ed

    RépondreSupprimer
  5. Je viens souvent par chez toi
    Jaime tes textes, et je me reconnais dans ton texte, perdre celui qu'on aime plus que tout au monde ammène a ressentir la meme chose...
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  6. On garde souvent le mauvais et rarement le bon. C'est dommage le bonheur et les bonnes choses, c'est tellement bon!

    RépondreSupprimer
  7. C'est trop triste d'avoir oublié tout ça, et de ne se rappeler que le mauvais aspect. Je te souhaite que tout cela change rapidement ;)

    RépondreSupprimer
  8. Je pense un peu pareil...mais je crois qu'il faut les oublier au maximum, pour pouvoir repartir vers autre chose..
    C'est triste et je te souhaite que ça passe....

    RépondreSupprimer
  9. Billet teinté de gris, mais doux pourtant. Il est plus facile de se souvenir du mauvais que du bon, car le bon demande souvent un effort. Alors courage...

    RépondreSupprimer