[24] Le mystère du lundi

lundi 22 novembre 2010 Ingrid | Mémorables oublis 9 Comments


Je prends le risque de dire que je suis certaine que nous sommes tous passés par là. Cette période où on ne les supporte pas, où l'on ne veut pas les voir. Ils nous embêtent plus qu'autre chose. Personnellement, j'étais ainsi. Je passais mes journées à faire en sorte qu'ils n'apparaissent pas. Maman râlait car je savais que ce n'était pas une bonne chose. Elle a essayé de m'en dissuader avec différentes méthodes (que vous avez connu aussi) mais là encore, je tenais tête. Rien ne pouvait m'arrêter. Ca a duré des années. Là où pour certains, au collège c'était terminé, moi ça ne fait que 2/3 ans que j'y ai mit fin. Le plus naturellement du monde. Je ne me suis pas levée un matin en me disant "Aujourd'hui, j'arrête". Je n'ai même pas eu besoin de me battre contre cette envie de m'y remettre. Pas de déclic en particulier pour expliquer ce revirement de situation. Aujourd'hui, je le vis bien. Aucune tentation. Je rattrape mes années perdues en m'occupant d'eux. Mais le strict minimum. Ils sont bien ainsi mais faut juste qu'à un moment, je les soigne. Une fois, on était persuadé qu'ils n'étaient pas à moi. Signe qu'ils sont beaux tels qu'ils sont. Ils demandent parfois de l'attention, que je leur accorde là encore, très peu. Je ne suis pas de ce genre à les chouchouter ou qu'on le fasse pour moi. Ils sont bien ainsi. Ils voient le jour, c'est déjà pas mal. Rare quand je les habille d'une manière différente. Si je vous donne le nom, vous comprendrez de suite. Je peux alors juste dire qu'ils sont carrés. Quand l'envie est là car sinon, c'est "Tu vis ta vie et tant pis si t'es pas comme les autres". Et si je vous dis qu'il me faut un clavier plat, vous trouverez de suite que je parle bien entendu de mes ongles...

Ah les ongles... Qu'est-ce que j'ai pu les ronger ! Heureusement, mes dents n'ont pas souffert. Je les ai rongé durant de nombreuses années. Car c'est une habitude de gosse puis ensuite le stress. Je crois en avoir déjà parlé mais une fois, lorsque je regardais "La nuit des héros", je suis tombée sur une histoire où un petit garçon s'était retourné un ongle dans une porte de placard en courant dans le couloir. Forcément, ça peut arriver à tout le monde. Mais pas à moi car depuis ce reportage, je me rongeais les ongles jusqu'au sang. Et c'était pire lorsqu'un jour, en sortant du sport, aux années collège, un copain se retrouvait avec l'ongle qui pendait au bout du nerf. Traumatisée... Ma mère, dépitée, a tenté par tous les moyens en m'achetant du vernis dégueulasse (pas grave, c'était pas bon mais ça ne me freinait pas), en me disant que je pouvais avoir l’appendicite (pas grave, je me ferai opérer, y en a qui ont survécu) ou encore que je pouvais perdre mes dents (les esquinter et écarter ok mais ouf, j'y ai échappé). Bref, elle a lâché l'affaire. Puis comme dit plus haut, il y a deux ans, je me suis rendue compte que mes ongles repoussaient. Je n'y avais même pas prêté attention alors que d'habitude, ils n'ont pas le temps de pousser d'un millimètre qu'ils sont rongés ou coupés. Aujourd'hui, ils sont grands. Rare quand ils le sont tous de la même longueur en plus. Ils ne sont pas vernis car il s'écaille tout le temps, je perds patience et c'est pas mon tripe à vrai dire. Par contre, je me trimbale partout avec mon coupe-ongles. Je suis presque perdue sans lui à couper les petites peaux, nettoyer en-dessous etc... Le seul regret de les avoir rongé aussi longtemps, c'est qu'ils sont très mous donc très fins et qu'ils se décollent assez tôt du doigt. Je me les retourne/casse facilement mais même là, je ne prends pas la peine de mettre du vernis durcisseur (le vrai à 8€ acheté en pharmacie, radical). Jusqu'au jour où je vais finir par vraiment en retourner un, au risque de rebasculer dans de mauvaises habitudes...

9 commentaires :

  1. Je ne les ai jamais rongé. par contre, plus jeune je ne supportais pas de les avoir longs. Et aujourd'hui, je ne supporte plus de les avoir courts... ah la nana, j'te jure! ;)

    RépondreSupprimer
  2. je les ai rongés pendant un bon moment aussi, mais juste parce que j'avais la flemme d'utiliser un coupe-ongle, ce n'était pas forcément un signe de stress. maintenant ils poussent à leur rythme, n'ont pas la même longueur non plus, sont vernis souvent et si ça s'écaille je m'en fous un peu. et puis parfois ils se cassent mais ce n'est pas traumatisant :-)

    RépondreSupprimer
  3. J'me suis fait avoir, sur les premières phrases je croyais que tu parlais des boutons.

    Je ne me suis jamais vraiment rongé les ongles non plus, par contre en cas de stress "insurmontable" celui de l'annulaire droit (oui c'est précis) ne reste pas long longtemps. Si je m'attaque au petit doigt c'est que c'est la panique totale! Mais ça ne dépasse pas ces deux là et ce n'est jamais au sang (erk erk).

    En terme de manie tu ne m'as pas encore vue devant la télé où une image m'angoisse plus ou moins, ou encore en état d'intense réflexion/ concentration: j'me tripote la bouche!

    Et sinon, rien à voir mais je viens de tilter que dans l'article précédent tu as osé utiliser le mot "vagin"! Ça m'étonne que tu n'ai pas eu de commentaire des puritains, si tu vois ce que je veux dire...

    RépondreSupprimer
  4. je ne les ai jamais rongé. pourtant ils se dédoublent et et se cassent facilement aussi je te rassure!

    RépondreSupprimer
  5. Moi je les mange car il se dédoublent tout le temps. J'aimerais avoir les moyens de me mettre de la silicone pour les durcir et q'ils soient tout beaux.

    RépondreSupprimer
  6. ..je me ronge toujours les ongles.. J'y peux rien je suis une vieille anxieuse :/
    J'ai essayé aussi le vernis dégeulasse mais ça marcheuh paaasss!

    RépondreSupprimer
  7. Je ne les ais jamais rongés et je les ais toujours eu longs, à vrai dire, j'aurais été incapable de les ronger, je ne supporte pas qu'ils soient courts, le pire, c'est quand je m'en casse un et que je doit le couper au même niveau que mon doigt, je me sens maaaal!!! J'ai d'autres tics en cas de stress (genre enrouler mes cheveux autour de mon doigt, y faire des tresses ou des nœuds, les enlever, recommencer.)

    RépondreSupprimer
  8. Je l'ai ai rongé pendant de nombreuses année, jusqu'à se que ma mère me dise que je n'avais pas le droit de me vernir les ongles tant que je les rongeais.

    RépondreSupprimer
  9. Dire que j'étais passée à côté de cet article... Diantre ! Serai je en train de devenir moi aussi accroc aux mystères du lundi ;-)

    RépondreSupprimer