[50] Brève du samedi

samedi 22 janvier 2011 Ingrid | Mémorables oublis 16 Comments


Ma préférence, ma fierté, l'homme de ma vie. Il n'était pas prévu au départ puis, comme pour les précédents, j'ai craqué sur sa petite bouille. Il était noir au poitrail blanc. Mais au fil des années, son poil s'est éclaircit. Et surtout, au moment de l'hiver, il se métamorphosait. Lui qu'on disait angora, était en fait original, avec un poil pouvant être plus long que celui d'un persan. Tout le monde le trouvait beau. Je ne cachais pas ma fierté. Et mon amour pour lui s'est multiplié lorsqu'en quittant la Belgique sans lui, et les autres, il s'est laissé mourir. Il refusait de sortir et encore moins se nourrir. Il s'est retrouvé plusieurs jours sous perfusion dans un état critique. N'est-ce pas la plus belle preuve d'amour qu'un chat puisse faire à son maître ?

Il n'était pas câlin. Pas sauvage ni méchant mais pas câlin. Il était même devenu jaloux des autres. Il voulait être seul. Etre le seul. Et depuis l'année dernière, il avait changé. Beaucoup. Il venait réclamer des caresses, il dormait de plus en plus avec moi, il ronronnait, chose qu'il ne faisait jamais avant. On s'adorait. Il fallait toujours que je le porte, l'embête tout en sachant qu'il n'aimait pas ça. Je l'énervais le plus possible pour qu'il soit d'humeur à faire le con dans la maison. Je n'ai fait aucune vidéo et le regrette beaucoup car ses délires me faisaient rire. Lorsque je m'absentais quelques jours (pour aller à Paris comme en 2009), j'appelais Maman pour savoir si tout allait bien. Je venais de perdre 3 chats à quelques mois d'intervalle et il est vrai que j'avais peur que Berlioz vive le même sort durant mon absence.

Ce fut le cas ce lundi. 8h36. Mon voisin vient sonner à la porte pour me prévenir qu'un de mes chats est mort sur le trottoir. Kismy ou Berlioz ? Ce fut lui...

J'ai beaucoup pleuré cette semaine malgré la présence très réconfortante de Fred ainsi que les paroles de mes amis. Mais ce n'est pas assez pour me faire oublier les habitudes qui s'étaient installées entre Berlioz et moi. Au réveil, je bougeais les jambes et les bras pour vérifier s'il était sur mon lit ou bien, je regardais sur le toit de mon armoire pour voir s'il n'y avait pas une patte ou une tête qui débordait... Puis, il me suivait aux toilettes, ensuite à la salle de bains pour enfin monter sur ma commode de chambre et recevoir son bonbon. J'ai toujours ce tic de tourner la tête vers la fenêtre lorsque je rentre dans la cuisine pour voir s'il n'est pas là, tout comme sur le canapé pour lui faire une caresse. Le grattoir, posé près de ma chambre, dont il était le seul à s'en servir une dizaine de fois dans la journée, a vite été rangé. Sa fâcheuse manie de venir me réveiller en pleine nuit pour quelques caresses, me manque atrocement. Je me suis réveillée en sursaut, en sueur, le cherchant près de moi jusqu'à ce que je tombe en sanglots, me rappelant qu'il ne sera plus jamais là physiquement. Je suis en manque de ses pêtages de plomb dans le couloir, sa bouille à travers la fenêtre, ses miaulements pour signaler sa présence, son habitude à dormir derrière l'écran du PC, de courir jusqu'à moi aussitôt qu'il entendait un yaourt s'ouvrir ou le couteau de boucher sortir de sa sécurité etc...

Il venait d'avoir 4 ans, à peine le tiers de sa vie. Et si la Mairie ne m'avait pas envoyé balader lorsque j'ai réclamé des ralentisseurs dans ma rue lorsque Fripouille s'est fait écraser (tout comme Scarlett), il y a 2 ans, je me dis que je ne serai peut-être pas là entrain d'écrire ça. Et en plus, il est mort le jour de l'anniversaire de la disparition de ma Minouche. Je haïs définitivement janvier, surtout le 16 et maintenant, le 17.

Oui, j'aime les animaux. Je suis folle des chats. En bientôt 29 ans, je n'ai passé qu'une seule année sans chat à mes côtés et ce fut dur. Mais ce n'est absolument rien que de perdre Berlioz. Ca chamboule ma vie. Je n'ai pas honte de dire en public qu'une partie de moi s'est envolée car plus rien ne sera jamais comme avant, même si le deuil sera fait. Je n'ai envie de rien, je passe mes journées au lit, parfois à pleurer. Je me reprend de justesse à vouloir l'appeler, à me lever pour voir s'il n'est pas à la fenêtre. Certes, il me reste Bout'chou et Kismy. Mais ils ne sont pas Berlioz et ne le seront jamais. Car lui, il est arrivé à un moment important de ma vie et aucun autre animal ne m'a donnée une telle preuve d'amour. Et bien que Maman soit prête à mettre 1000€ dans un Maine Coon (la race de mes rêves), je refuse qu'il soit en sursis. Je refuse de reprendre un chat pour qu'il finisse une fois de plus, jeté sur le trottoir, sans vie car des connards roulent dans une rue du centre ville (où il y a une école) comme s'ils se croyaient dans un rallye. Je refuse de jouer les égoïstes et me reprendre un chat dans le seul but de me redonner le sourire alors qu'il connaîtra le même sort que les autres au bout de seulement 2/3 ans. Je ne veux plus rentrer dans ce cercle sans fin où pour être bien, il me faut un chat, quitte à devoir les changer souvent.

Mais Papa ne l'entend pas de cette oreille. Il ne cesse de répéter depuis lundi qu'il veut qu'on reprenne un chat car ça lui manque, qu'il adorait Berlioz. Il ne le montre pas mais il a mal et on sait combien un animal peut apporter beaucoup de bien à un malade. Donc je dois revoir mon refus mais surtout trouver une solution pour avoir un chat sans prendre cet énième risque qu'il se fasse écraser. Grillager le balcon ? Faire une grande cabane grillagée dans la pelouse ? Puis bon, c'est encore trop tôt pour remplacer Berlioz. Mon Berlioz. Mais une nouvelle venue soulagerait une bonne partie de ma peine...

Et le plus triste dans l'histoire, c'est que ce matin-là, Fred se levait pour aller travailler. Berlioz est entré au même moment, à contourner le lit en trottinant puis à sauter dessus en miaulant/ronronnant, en recherche de caresses. Je ne lui en ai pas fait. A la place, je l'ai mis dehors. Et même si je ne pouvais pas savoir, je ne peux m'empêcher de me reprocher tellement de choses qui auraient pu éviter ce drame. Et éviter également l'image de ses yeux ouverts sans vie, son corps froid, inerte et de sa gueule ouverte, en sang, que j'ai dû ramasser sur le trottoir d'en face...


PS : Vous comprendrez donc mon absence de cette semaine sur vos blogs et à vos mails.

16 commentaires :

  1. Courage ma belle.

    Je n'ose imaginer la perte que je vais ressentir quand il arrivera quelque chose a Caramel ou a Ebi.

    Je pense à toi.

    RépondreSupprimer
  2. Courage... Je suis sans mots tellement c'est triste. :-(

    Je n'ai eu qu'un chat, je l'ai gardé une dizaine d'années. Puis un jour, ma soeur a eu un chien. Le chien a chassé mon chat, qui a migré chez la voisine. Déjà là, j'avais du mal, mais je préférais qu'il soit "bien" (surtout qu'on se voyait encore souvent dans mon jardin). Puis, quand cette voisine m'a annoncé qu'ELLE avait DÉCIDÉ de le faire piquer parce qu'il souffrait des reins, je me suis effondrée. Non seulement mon seul et unique animal de compagnie (on était très complices et il ne venait que vers moi) venait de décéder, mais en plus SANS mon consentement et SANS m'avoir avertie avant.. Je n'ai même pas pu lui dire au revoir.

    Je comprends donc tout à fait la douleur que tu dois ressentir, et te souhaite vraiment de tenir le coup.... Courage.

    RépondreSupprimer
  3. Encore plein de courage ma soeurette :(
    Nono avait eu pas mal de soucis lui aussi quand il habitait sur la chaussée de Tongres, pas mal de ses chats se sont fait écraser...
    Pour le dernier en date "Filou", il l'attachait dans le jardin, mais avec une très longue corde qui permettait au chat d'aller où il voulait, sauf sortir du jardin. Ce chat est mort à l'âge de 18 ans.. Il était malade mais ne s'est pas fait écraser..

    RépondreSupprimer
  4. Courage :(

    C'est dur de perdre un animal et j'y pense de plus en plus avec mon chien, je sais direct la réaction que je vais avoir...

    En tout cas je suis sidérée par la connerie des gens avec leur voiture, c'est incroyable...

    RépondreSupprimer
  5. Comme je te comprends, jen ai les larmes aux yeux. Mes chats ont été et sont toujours une partie de moi.
    Je t'envoie plein d'ondes positives, bon courage, bises.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis une folle des chats aussi, je m'imagine très bien ce que tu vis...

    Plein de courage pour ce moment triste et difficile...:-(

    RépondreSupprimer
  7. désolée...
    je suis aussi folle des chats. quand mon chat adoré (celui de ma photo de profil) est mort, lui qui m'avait accompagné toute mon enfance (de 8 à 20 ans) mon petit monde s'est écroulé...

    RépondreSupprimer
  8. Je sais exactement ce que tu ressens et je suis de tout coeur avec toi...

    RépondreSupprimer
  9. Courage, j'ai moi aussi perdu mon chien cet été et quesqu'on s'attache à nos petites boules de fourrure... :-(
    Les parents de ma chérie ont eu deux chats écrasés, mais leur dernier qui lui est castré reste toujours dans leur terrain... Je pense que c'est un début de solution de les faire castrer.
    Par contre nous on a une petite chatte, elle reste en appart! :-)

    RépondreSupprimer
  10. TOUT LE MONDE // J'avais hésité à activer les commentaires de peur de pleurer en les lisant mais vous m'avez fait du bien...

    YANNICK // Il était castré (comme les autres) mais ça ne l'empêchait pas d'aller chez le voisin d'en face ou celui d'à côté. En fait, il allait dehors pour surtout faire ses besoins, il préférait ma compagnie au monde extérieur ^^ (et j'imagine bien pour ton chien. J'appréhende parfois l'état dans lequel je serai lorsque ce sera au tour de Bout'chou)

    RépondreSupprimer
  11. je te souhaite du courage, le temps te fera du bien même s'il n'effacera pas ta peine. J'adore les chats aussi, j'en ai un de 3 ans et j'espère qui'il ne partira jamais...

    RépondreSupprimer
  12. quel malheur tout simplement, je compatis et suis affreusement désolée que tu ais du affronter une fois de plus cette situation ma belle, toutes mes pensées vont pour toi et ton gentil Berlioz :-(

    RépondreSupprimer
  13. Oh non !!!!! je n'avais pas vu cet article !!!!!

    Ma pauvre je sais exactement ce que tu ressens. Et je dois t'avouer que de te lire, avec ce prénom commun à nos deux chats ça m'a fait très bizarre. ça m'a rappelé les derniers moments passés avec lui. Dans mon malheur j'ai eu de la chance, j'ai eu quelques heures pour lui faire des câlins et lui dire combien je l'aimais. Il est parti dans la nuit, chez le véto. Je ne suis pas allée le voir, c'était trop douloureux pour moi, c'est Chéri qui s'en est occupé...
    Ta perte est d'autant plus bizarre à lire que comme moi tu adoptes un maine coon.

    Tu verras, ce sont des chats ADORABLES !!!
    Mais parfois je culpabilise.
    Quand Fellini se montre si câlin et collant, je ne peux m'empêcher de penser à "mon" Berlioz qui l'était aussi mais pas autant. Alors je culpabilise d'autant apprécier ces moments de tendresse, je culpabilise d'autant aimer cette petite (enfin... 8 mois, 6 kilos) boule de poils, je culpabilise de lui avoir construit un enclos pour accéder à la terrasse alors que je n'ai jamais pensé à le faire pour Berlioz...

    Mais c'est comme ça, life goes on.
    Parfois je pleure encore en repensant à mon amour de Berlioz, mais Fellini est là pour me consoler et me donne des tonnes d'amour.

    Courage ma belle, je sais à quel point c'est dur. Mais tu verras, les Maine Coon c'est pleins d'amour et surtout pleins de "cooneries"... Si il y a une bêtise à faire, elle la trouvera ! Mais invariablement elle se fera pardonner par des gros câlins et des ronrons à tout va !

    Bises et courage

    RépondreSupprimer
  14. Je viens aussi de lire cet article. J'ai vu celui sur ton Main Coon avant. Je suis vraiment désolée pour ton chat. C'est horrible de perdre un animal. Courage

    RépondreSupprimer
  15. Je viens de découvrir ton article Ingrid, et je suis vraiment désolée et triste pour toi. Car je sais qu'aucun mot ne pourra te consoler et rendre ton petit chat. Ce sont des bêtes à chagrin, tu l'as souvent dit et répété, mais il faut essayer de leur rendre hommage et se souvenir du bonheur qu'ils nous apportent chaque jour de leur présence.
    Berlioz ne méritait pas cela, mais je sais qu'auprès de toi il a eu une belle vie, même courte.
    J'ai vu que tu avais adopté une magnifique petit Maine-Coon, c'est aussi la race que je préfère, d'ailleurs ma Luna leur ressemble un peu.
    Je suis sûre que tu vas très vite t'attacher à ta petite Craquotte, qui te surprendra peut-être :)

    RépondreSupprimer