Les démons du passé

mercredi 12 janvier 2011 Ingrid | Mémorables oublis 17 Comments


Vous pouvez sortir vos battes de baseball, vos gants de boxe, vos paroles les plus cinglantes pour me faire mal, me mettre KO, me secouer. J'ai quitté Fred le week-end dernier. Je n'en pouvais plus. Un mois et demi que je lutais avec moi-même. Avec mes démons du passé en fait. Ca peut faire sourire. Pas moi. Je souffre trop de ce passé dont je n'arrive pas à me défaire. Les séances de psy n'ont jamais rien donné, les paroles rassurantes des amis non plus...

Tout d'abord, je lui ai fait part de mon malaise par SMS. Il m'a appelée aussitôt. Je lui ai dit que je remettais notre couple en question. Il m'a raccrochée au nez en pleurs. Je lui ai demandé qu'on se voit. Qu'on se parle. Il n'en menait pas large lorsqu'il est arrivé. Aucun regard, aucune parole. Il avait la conduite agressive. C'est la première fois que j'étais autant mal à l'aise en sa présence. Puis j'ai pleuré. J'ai tout déballé. Il m'a écoutée sans m'interrompre. Mes peurs sont nombreuses. Certaines sont inutiles, d'autres sont assez importantes pour quitter celui que j'aime et qui me le rend tant. Je vis trop avec les blessures du passé. Peut-être parce que je ne suis toujours pas cicatrisée. Peut-être parce que c'est la logique que ma vie a voulu suivre. Celle de souffrir. Je ne dis pas que je le provoque et encore moins que j'aime ça. Je dis simplement qu'après des années de souffrance, je finis par me dire que je suis faite pour qu'on me fasse du mal (d'où mon célibat volontaire de plusieurs années). Et depuis que je connais Fred, je suis constamment sur la défensive. Je mets des barrières entre nous. Des barrières qu'il peine et peinera à détruire.

Je lui ai donc fait part des différents malaises. Il se met à ma place et les comprend très bien. On dit toujours que le bonheur ne dure pas et que la souffrance ne s'oublie pas. Et c'est d'elle que je crains. Puis, les larmes lui sont montées aux yeux. Et il a suffit de ça pour que je prenne conscience que ses paroles ne sont pas forcément fausses. Non pas que je mette son amour en doute. Non. J'ai peur de l'avenir. Du nôtre. Mais s'il était tout tracé, nos vies seraient bien tristes.

Mais vous pouvez ranger vos battes de baseball, vos gants de boxe, vos paroles les plus cinglantes car voir un homme pleurer de chaudes larmes, que l'on ne peut pas arrêter, c'est un homme sincèrement amoureux. Et ses larmes m'ont évitée de faire une belle connerie.

17 commentaires :

  1. putain tu m'as fait peur là! franchement s'il n'y avait pas eu le dernier paragraphe je t'aurais virée de mes copines hellocoton. clair que le bonheur ça fait peur et que les barrières ne tomberont pas de sitôt mais il faut laisser le temps au temps...

    RépondreSupprimer
  2. Haaan c'est pas possible ! Heureusement que y'a eu la chute... Ouf ! J'ai sérieusement cru que c'était définitivement fini entre vous ! Je comprends vraiment ce dont tu parles mais ça ne vaut pas le coup de quitter un homme qui est amoureux pour de simples "doutes"...

    RépondreSupprimer
  3. Franchement, je réagis comme les autres, s'il n'y aurait pas eu le dernier paragraphe, je serai venue personnellement en France, enceinte de presque 20 semaines, te botter les fesses Ingrid, excuse moi d'avance de l'expression mais tu le mérites cette fois-ci.

    Tu es merveilleuse mais ce manque de confiance en toi est en train de te ronger, Fred semble un garçon sensas' d'après tes descriptions, il ne mérite pas qu'on le torture de la sorte, tu dois croire en ta relation, les doutes tout le monde en a (moi la première vu que je suis à la charge de mon super compagnon et que j'attends une petite fille) les psy ne pourront rien faire pour toi. Je connais leur système de réflexion vu que j'ai étudié la crimino, tu dois arrêter de réfléchir, de ruminer et te laisser aller c'est la seule solution, crois-en à ma grande expérience, ma belle.

    L'amour ne guérit pas les blessures mais les allège un peu, c'est la seule chose que je te prescrirai !

    RépondreSupprimer
  4. On ne peut pas tout effacer d'une baguette magique mais on peut apprendre à dompter ses peurs et c'est mieux bien accompagné que seule!
    (Tu m'as fichue un coup mauvaise! ;) )

    RépondreSupprimer
  5. Ah non mais oh!! Ça va pas de me faire des frayeurs pareilles? Contente que tu ne l'ai pas faite ces conneries..
    Pourquoi guérir serait forcément synonyme de souffrir ou être seule?

    RépondreSupprimer
  6. T'aurais pu le mettre en article mystère non ?

    ^^

    contente de voir que ça va mieux pour toi...

    Moi je n'en même pas large en ce moment. mais ça va passer, je crois.

    RépondreSupprimer
  7. Bon bah même réactions que tout le monde... j'ai flippée.
    Je comprends très bien ce que tout cela veut dire, voir son copain pleurer, ça peut te retourner une situation, la preuve. En tout cas je suis contente de voir la chute. Ne t'inquiète pas, si je me base sur ma propre expérience, on finit par mettre ces doutes de côtés, même si ils sont toujours là. Tu apprends à profiter, donc j'ai confiance pour la suite ;)

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai qu'une chose à te dire (comme tout le monde avant) : tu as de la chance que le dernier paragraphe m'ait rassurée, sinon je serais venue de Belgique te mettre une sacrée claque!! je peux comprendre que la peur, les doutes et les angoisses font qu'on ait du mal à avancer...mais tu as la chance d'être tombé sur un mec qui semble extra, qui te plaît, qui prend soin de toi et est patient. Alors moi, qui me suis faite jetée au bout de 4 jours car je ne lui convenais pas, je ne peux pas envisager que tu puisses vouloir bazarder ton bonheur....

    Donc voilà, mais c'est dit en toute amitié hein ^^

    RépondreSupprimer
  9. hello jeune fille!

    amour => passion et passion vient du grec pathos qui signifie souffrance. quand on aime, on souffre. Peu importe si c'est ton homme, une amie, un pote, tes enfants, ton chien...

    des bises
    Julien

    RépondreSupprimer
  10. Tu vas me faire le plaisir d'arrêter de torturer ce pauvre garçon !!

    RépondreSupprimer
  11. ça va que tu t'es rendu compte que c'était une connerie ce que tu faisais.

    Pour répondre à ton commentaire, le véto ne savait pas de trop ce qu'il avait, juste beaucoup trop d'air dans le ventre, elle a fait une radio pour voir, mais ça n'a pas donné grand chose, Patapouf a eu pas mal de médoc a prendre et maintenant ça va mieux :)
    J'avais vraiment peur qu'il meurt, moi je me suis attachée à cette petite boule de poil !

    RépondreSupprimer
  12. Pfiou, ne recommence plus à le torturer ainsi et à me/nous/te torturer par la même occasion!
    Bisous ma chouloute, et s'il te plaît, par pitié : profite de ce que tu as sans penser sans cesse au lendemain (et oui, c'est moi qui te dit ça, c'est dire...)!!

    RépondreSupprimer
  13. ahhh que c'est complique de tout comprendre, de tout entendre aussi, de vouloir voir. Des fois le bonheur fait très peur mais tu verras tu t'y habitueras aussi

    RépondreSupprimer
  14. Je débarque, mais j'ai failli exploser là ! :o

    Tu as certainement souffert, et ça je ne le remets pas en question. Mais bon sang, quand tu as un bonheur tel que celui là, si tu passes ton temps à y chercher le mal, tu le trouveras ! À force de te dire "je suis faite pour être malheureuse", tu te rendras malheureuse de toute façon. Et par la même occasion, tu feras souffrir inutilement Fred qui n'a rien fait pour ça, vu que d'après ce que tu écris, il est TOUJOURS aux petits soins pour toi et TOUJOURS là pour toi.

    Certes, la vie est d'un noir profond parfois. Mais elle est aussi d'un rose pur les autres fois. L'un ne va pas sans l'autre, mais si tu renies le bon côté de la vie, tu n'auras évidemment que le "mal qui te ronge"...

    Le pire, c'est que tu SAIS que tu mérites des baffes quand tu déconnes comme ça. :-)
    Alors si tu le sais... Réfléchis bien ! ;o)

    Tu as énormément de chance que Fred soit un homme patient et compréhensif. Des hommes comme ça, c'est très rare. Si tu étais tombée sur un sale type, tu aurais été rejetée comme une malapprise. Une fois de plus, il t'a BIEN prouvé qu'il est fou de toi et qu'il te veut TOI... Ne gâche pas tout ça... Tu le regretterais. :-(

    Allez, oublions cela tout s'est arrangé. Courage pour la suite, essaye tout de même de relativiser la prochaine fois. Et n'oublie jamais de communiquer avec Fred, même quand ça va mal. Il est de ton côté, avec toi, pour te soutenir aussi dans ces moments-là. Et c'est en te confiant à lui à propos de tout que les liens se renforcent... Mais il faut aussi du bon à côté de ça bien sûr ! :D

    Bisous mademoiselle Ingrid, au plaisir de te lire. :-)

    RépondreSupprimer
  15. Moi je te dirais juste, ne chercher pas guérir les blessures du passé... tu n'y arriveras jamais... cherche juste a vivre avec elle sans qu'elle soit encore un fardeau, tu sais un peu comme cette cicatrice que j'ai sur le genou et qui m'a empêcher de mettre des jupes pendant longtemps.... Ne cherche pas à t'imaginer dans 10 ans, 5 ans, 2 ans, 3 mois avec Fred pas pour le moment du moins, savoure, profite de chaque instants que la vie vous offre et pour le reste tu verras. Belle histoire a vous

    RépondreSupprimer
  16. Nan mais ça va pas non de nous faire une peur pareille ?! Bon ceci dit, en tant que lectrice assidue (enfin, qui essaye) je t'aurais soutenue tout de même dans ta décision mais que je suis soulagée que tu aies changé d'avis !! A l'occasion il faudrait que je t'envoie un mail, pour Zermati et pour ça aussi :)

    RépondreSupprimer