Love SMS

jeudi 27 janvier 2011 Ingrid | Mémorables oublis 10 Comments


Plusieurs fois par jour, le soir et même la nuit, je me retiens de prendre mon GSM et t'envoyer un message. De quelques caractères seulement mais je n'arrive jamais à tout mettre sans en faire un roman. Alors ce soir, je t'écris là où il n'y a pas de limite de caractères. Juste parce que j'en ai envie. Et peut-être même besoin. A défaut de t'avoir près de moi, contre moi. A défaut de pouvoir te dire ces choses de vive voix, dans les yeux, dans le creux de l'oreille.

Je suis rarement la première à te dire que je t'aime. Mais je n'en pense pas moins. Et quand je le dis, même si ce n'est pas souvent, même si c'est moins que toi, cela ne m'empêche pas de le penser fort. Sincèrement. Chaque jour. Tout le temps en fait... Tu occupes continuellement mes pensées. C'est très agréable. Tu m'obsèdes et je ne m'en plains pas. A défaut de vivre à tes côtés autant que je le voudrais, je me contente de penser à toi, regarder les quelques photos que j'ai pu faire de tes yeux, de ton sourire qui me fait tellement craquer... Même si ça fait deux mois que nous nous connaissons et autant que nous nous aimons, on s'amuse parfois à parler du futur. Certains diront que c'est n'importe quoi, qu'on va trop vite, qu'on se projette bien loin en si peu de temps. Moi, j'y vois une manière de nous connaitre d'avantage, de nous trouver d'autres points communs que nous avons tant. Savoir si nous sommes fait l'un pour l'autre. Si ça vaut le coup de continuer ou si nous perdons notre temps...

Je commence à penser à deux et non plus seule. Je réapprends à parler en "Nous" et non plus en "Je".

Je reste encore assez méfiante malgré ta présence quotidienne, tes paroles rassurantes et sincères. Car je me suis totalement ouverte à toi alors que je m'étais promise de ne plus m'emporter aussi vite ni autant. Et encore moins pour un homme. Je t'ai donné mon coeur comme je ne l'avais jamais donné dans le passé. Je te fais confiance, aveuglement, en espérant ne pas le regretter. Je souris à nouveau, grâce à toi, dans l'espoir que tu ne remplaces jamais ces sourires par des larmes. Cela fait seulement deux mois mais juste assez pour savoir que je serai très mal si ce que je vis auprès de toi devait se terminer. L'inconnu me terrifie, l'incertitude m'obsède et la fin ne me quitte jamais. Je pense à toi, à nous, au conditionnel. Beaucoup de "Et si..." traversent mes pensées. Tu ne peux pas m'en empêcher. Ni même m'en vouloir. Seul le temps les effacera petit à petit. Ce ne sont pas des cadeaux qui changeront quoi que ce soit. Tes paroles, ta présence et tes caresses le prouvent bien mieux...

C'est la première fois que je ressens ça pour un homme. Pour toi. Première fois que je me sens si bien dans une relation. Aussi rapidement. Première fois que je n'ai pas à me dire qu'avec toi, ça ne durera pas. Et ce n'est pas faute d'avoir cherché, moi qui veux toujours trouver quelque chose qui cloche là où il n'y a pas lieu d'en avoir. Même si tu n'es pas parfait, il n'y a rien chez toi qui peut m'empêcher, jusqu'à présent, de voir mon futur à tes côtés. Je t'aime avec tes taquineries, avec ta cigarette, avec ta vieille Clio, avec tes mains râpeuses, avec ta manie de me lécher la joue, avec tes craquements dans tout le corps, avec ton ronflement bizarre, avec ton front dégarni, avec ta tenue de boulot et j'en passe. Ce ne sont même pas des défauts car c'est ce que j'aime chez toi. Et pas que. Je peux citer, au-delà de ton physique, ta générosité, ton savoir-vivre, ton humour pas moqueur ni lourd, ton écoute, tes attentions et ta présence quand tu sens que je ne vais pas bien. Je suis gâtée rien qu'avec ça. Pour toi, ce n'est rien. Pour moi, c'est déjà beaucoup.

Je ne peux m'empêcher de te comparer aux précédents alors qu'il n'y a rien de comparable. Tu es ce que je recherche, ce qui me correspond. Et là encore, même si l'incertitude n'est jamais loin dans une partie de ma tête, je vais même jusqu'à dire que tu es celui qui est fait pour moi. Pour la vie. Pour ma vie. Cette vie que je t'offre, tu en es maintenant responsable. Je te fais confiance pour en faire bon usage. Ne la chamboule pas de trop. Ne la peints pas de noir. Ne la rend pas triste ni silencieuse et encore moins solitaire. Continue à l'entretenir comme tu le fais si bien. Je n'en demande pas plus. De mon côté, si tu le veux bien, je ferai le nécessaire pour que ta vie soit également belle, avec des sourires, des baisers, des regards et des caresses. Et ces quelques paroles que je ne sais pas toujours te dire de vive voix. Ces paroles que j'aurai pu abréger en quelques mots, comme tu as su le faire sur cette photo : Je t'aime.

10 commentaires :

  1. Ça me fait rêver, c'est beau ! ♥ Et tu le mérites amplement

    RépondreSupprimer
  2. Limite tu nous ferais verser la larmichette de si bob matin... ;-)
    Soyez heureux!

    RépondreSupprimer
  3. Bonheur <3 Bonheur <3 Bonheur <3

    RépondreSupprimer
  4. Mah que c'est beau!

    Beaucoup de bonheur à vous deux!

    RépondreSupprimer
  5. Ca fait du bien de te sentir heureuse!

    RépondreSupprimer
  6. Magnifique déclaration ... il a beaucoup de chance de t'avoir moi je dis :).
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur !

    RépondreSupprimer
  7. TOUT LE MONDE // Merci beaucoup! Lettre que je lui ai donné en main propre la veille, il a été très touché ^^

    RépondreSupprimer
  8. Très belle déclaration. Je vous souhaite tout le bonheur du monde

    RépondreSupprimer
  9. Tous mes voeux de bonheur les amoureux, vous le méritez amplement! Et tu écris toujours aussi bien...

    RépondreSupprimer