Se préparer aux adieux

mercredi 16 février 2011 Ingrid | Mémorables oublis 8 Comments


On parle souvent de la perte de nos grands-parents. A cause de la maladie qui les arrache à nous. Ou bien parce qu'ils on fait leur temps. Eux, les reflets d'une mort proche. Mais je pense surtout à mes parents. A la vieillesse qui pointe le bout de son nez. Lentement. Jusqu'au jour où les rides s'accentueront, où les gestes deviendront moins précis, où les pas se feront courts etc... Bientôt ils partiront eux aussi. C'est la logique que la vie a voulu ainsi. Donner pour ensuite reprendre... J'ai du mal à imaginer qu'ils vont devenir vieux et dépendants, le dos voûté, la mâchoire tremblante. Difficile de me dire qu'ils auront 80 ans, les cheveux gris, la santé défaillante, le corps faible. Et pourtant, je l'ai toujours su. On ne m'a jamais cachée ces étapes de la vie d'un être humain. Mais le vivre est encore plus dur. Pire lorsqu'il s'agit de proches. Mes parents... Il n'y a pas si longtemps que ça, ils avaient encore 40 ans. C'était il y a 15 ans. Déjà. Que le temps passe vite et entraine avec elle la jeunesse éphémère.

8 commentaires :

  1. Punaise, je me dis trop la même chose, c'est court ce petit billet mais il me touche beaucoup, beaucoup...

    RépondreSupprimer
  2. Je me dis souvent la même chose et ça me rend très triste. Se dire qu'un jour nos parents ne seront plus là...

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi je me dis souvent ça. Pas tellement pour ma mère, mais plus pour mes grands-parents... . Une angoisse énorme m'envahit à chaque fois. Alors je n'y pense pas (j'essaie) et je vis à fond toutes les fois où je vais leur rendre visite.
    La vie, il faut en profiter sans penser à la mort. Plus facile à dire qu'à faire je sais bien... .

    RépondreSupprimer
  4. ah ben perso, je serai contente de fêter les 80 ans, les 100 ans de ma maman. parce que si je ne dois pas les fêter c'est qu'elle sera partie et je ne veux pas qu'elle parte...

    RépondreSupprimer
  5. Je pense plus à la perte de mes grands-parents que ceux de mes parents, parce que c'est ce qui est le plus logique... je ne préfère pas trop me projeter, c'est trop difficile.

    RépondreSupprimer
  6. Vie le max de moments avec eux mais n'aies pas trop peur..pas pour l'instant. On ne sait jamais qui part en premier

    RépondreSupprimer
  7. C'est un peu la pensée qui hante mes journées en ce moment, avec la maladie de ma mère. ça a été assez dur de l'apprendre (surtout au retour de vacances ensoleillées, joli coup de massue) et à chaque fois, on envisage inlassablement le pire. J'ai peur qu'elle ne soit pas là pour mon mariage, pour la naissance de mes enfants et c'est vraiment dur de penser à de telles choses...

    RépondreSupprimer
  8. Quand ils deviennent sourds, ça devient relou, LOL.
    J'essaye de ne pas trop y penser car je ne sais vraiment pas comment je réagirais, car je n'ai jamais été confrontée à la mort.

    RépondreSupprimer