La mort est mon métier

mardi 1 mars 2011 Ingrid | Mémorables oublis 7 Comments


Non non, je ne suis pas devenue une meurtrière pleine de haine et de vengeance. C'est simplement le titre d'une biographie écrite par Robert Merle que mon Poulpe m'a offert en avril dernier pour mon anniversaire. Vous n'êtes pas sans savoir que je suis "fascinée" par la Seconde Guerre Mondiale mais plus précisément sur les camps de concentration. Je dévore les livres à ce sujet, d'une traite. Sauf que là, c'est l'histoire d'un allemand qui a participé à l'extermination des Juifs. Malheureusement, mon avis sur ce livre va être bâclé car je n'ai même pas réussi à le finir. Pourtant, je me suis forcée mais rien à faire. Il a traîné plusieurs semaines avant que je reprenne la lecture mais au bout d'une dizaine de pages, je jette l'éponge. Je trouve l'histoire très longue. Il y a beaucoup de mots allemands, ce qui ne facilite pas une bonne lecture, même si la traduction se retrouve en bas de page. Beaucoup de passages détaillés qui auraient pu être évités. Bref, je n'ai pas réussi à entrer dans le livre malgré toute la bonne volonté que j'ai pu et voulu mettre dans ce cadeau. Je pensais que l'histoire débutait dans les camps de concentration. Que cet homme, Rudolf Lang dirigeait l'un de ces camps, y travaillait. Peut-être que c'est ainsi à la fin du livre. Mais en tout cas, l'histoire débute durant l'enfance. Les relations difficiles avec son père, le décès de ce dernier, sa fugue, le fait qu'il est trop jeune pour rejoindre l'armée, son travail et sa période de chômage, sa première fois etc... Bref, m'en fous un peu de sa vie d'avant. Un chapitre suffisait pour comprendre sa haine envers les Juifs et son devoir de les détruire. Là, je me suis arrêtée à la page 223 (sur 370) où il vit dans une ferme qu'il retape avec une femme et 3 gosses... Je ne sais pas si je reprendrais la suite de cette lecture car lire plus de la moitié en ayant toujours autant de mal à rentrer dans l'histoire, ce n'est pas plaisant... Bien entendu mon Poulpe, je ne te reproche aucunement ce présent que je vais tacher de reprendre d'ici quelques mois comme tu me l'as conseillée.

7 commentaires :

  1. Je lis principalement des livres historiques, et également en particulier sur les camps de concentration, "beaucoup" de biographie de survivants des camps de concentration, j'ai lu celui d'ida grinspan, primo levi, "si c'est un homme" etc.. les lectures les plus difficiles en émotion que j'ai pu lire. J'en reste encore bouleversé, c'est pour ca que je fais une pause dans ce genre de lecture en ce moment
    Je n'ai jamais pensé à lire des livres sur un "homme" qui faisait partie de ceux qui ont participé à l'extermination.
    Sinon , je suis également fortement intéressée par la seconde guerre mondiale . C'est une des périodes de l'histoire qui me passionne le plus , avec l'Égypte ancienne.

    RépondreSupprimer
  2. J'en ai entendu que des bonnes critiques, c'est marrant que ça te plaise pas...

    RépondreSupprimer
  3. J'en avais parlé il y a quelques temps sur mon blog, j'avais bien aimé le fait d'avoir le regard de quelqu'un qui a participé à l'élaboration des camps en fait. Ça met très mal à l'aise, car on a presque de la pitié pour lui à certains moments, alors que c'est horrible et qu'on a juste envie de le haïr.

    Si tu veux lire mon avis, c'est ici (je lui avais mis 2/3, comme "note") : http://www.jenesaispaschoisir.com/2010/08/28/lectures-de-vacances/

    RépondreSupprimer
  4. MAYLE // Merci pour les quelques livres cités, je vais m'y pencher

    MADAME SOPHIE // T'as bien de la chance

    XELOU // Quand Prisci m'en a parlé, j'avais hâte de le lire mais voilà, j'avais peut-être une idée prédéfinie de l'histoire...

    JULIETTE // J'étais d'ailleurs le 1er commentaire de ton article ^^

    RépondreSupprimer
  5. Malgré ton avis, je vais le noter. Cette période m'intéresse aussi beaucoup.

    RépondreSupprimer
  6. Ce qui dérange peut être (j'ai commencé ce livre sans le finir) c'est que cet homme tortionnaire est à la base une personne un peu comme tout le monde que rien à la base ne predisposait vraiment à ce qu'il est devenu. Le pourquoi du comment ça a pu se passer ...

    RépondreSupprimer