Dégoûtée

jeudi 14 avril 2011 Ingrid | Mémorables oublis 5 Comments


Tiens, inconsciemment, j'vais donner des nouvelles à ma chère famille qui me lit (puisqu'elle n'est même pas foutue de prendre directement des nouvelles de/à mon père). Ce dernier est passé devant le conseil des médecins, mardi matin. On avait fait une demande pour qu'il soit reconnu en invalidité 3 afin d'obtenir une aide sociale à domicile. La présence de Papa était obligatoire (normal, me direz-vous). Sauf que, en 35 minutes d'entretien, pas une seule fois les médecins lui ont adressé la parole. Pas une seule fois ils l'ont questionné pour évaluer d'eux-même à quel niveau de la maladie il se trouvait. D'entrée, lorsque le médecin-chef a vu Papa entrer, debout sur ses jambes, il a dit : invalidité refusée. Elle est acquise pour les paraplégiques (et encore). Bref, un dossier monté pour rien. Un entretien totalement inutile et une très grande déception. Je me retrouve encore avec ce même dilemme : 

01. Me trouver un boulot où je serai payée au Smic et donner la totalité de ma paie (ainsi qu'une partie de celle de ma mère) à une aide à domicile.
02. Rester à la maison et continuer ce que je fais depuis des mois.

Dans les deux cas, je me retrouve sans argent et ce, pour les 3 années à venir, âge de la retraite de mon père où là, la Sécu prendra en charge une partie des frais à domicile. En attendant c'est "démerde-toi". Mais surtout, faut espérer que l'état de Papa ne va pas s'empirer rapidement car imaginons si, d'ici un an, nous devions le placer, où trouver les 2000€ mensuels ? Car oui, on nous fait de jolis reportages sur Alzheimer, on nous construit de belles structures pour accueillir les malades de plus en plus nombreux mais financièrement et au niveau des aides physiques, où sont les nouveautés ? Nulle part. Les patients atteints de cette maladie sont de plus en plus jeunes mais la Sécurité sociale n'y apporte aucune modification dans son barème. En gros c'est, "bah t'avais qu'à pas tomber malade avant ta retraite, d'une maladie destinée aux vieux".

C'est plus que dégoûtée que j'ai donc accueilli ce refus. On a beau être perçu comme le pays ayant la sécurité sociale la meilleure au monde mais elle possède tout de même des failles que franchement, j'ai du mal à comprendre...

5 commentaires :

  1. Bonjour,
    Moi aussi par moment je n'arrive pas à comprendre notre système.
    Car même dans d'autre pathologie médicale, tu te demande pourquoi on te fais miroiter plein d'aides, alors qu'à l'arrivée ben... t'as rien ou quand tu as quelque chose, tu es déçue de la façon dont on prend ton dossier au sérieux.
    En tout cas, je te souhaite plein de courage dans ce parcours du combattant et surtout ne perds pas espoir c'est le plus important.

    RépondreSupprimer
  2. Bon courage, vous allez finir par trouver une solution.. c'est tout ce que je vous souhaite.

    RépondreSupprimer
  3. Courage ma belle !

    j'ai bien reçu ta lettre,je te réponds très bientôt !

    RépondreSupprimer
  4. Ouh la la, si tu savais à quel point je suis écoeurée par les belles paroles de nos politiques qui nous promettent monts et merveilles en ce qui concerne le bien être des gens atteints de handicaps.

    Des blablas tout ça...Je ne peux pas m'étendre ici sur le net, mais je comprends tout à fait la question que tu te poses...

    Je souhaite que ta note ait fait réagir un peu ta famille, mais j'en doute... Les gens sont bien souvent lâches face à ces situations, et crois moi, je sais de quoi je parle. ( Hélas!!)
    Bizzzz.
    Julie. (je ne mets pas d'autres infos, tu m'auras reconnue.)

    RépondreSupprimer
  5. Je suis écoeurée...courage à toi!
    En attendant tu dois te sacrifier...j'en reviens pas qu'à l'heure actuelle on y soit encore!

    RépondreSupprimer