[66] Brèves de vacances

mercredi 3 août 2011 Ingrid | Mémorables oublis 2 Comments


Vacances de merde. Voilà comment je peux résumer ces deux dernières semaines. En dehors du fait qu'on a eu une météo pourrie, nous avons assisté à la mort d'Hercule, le chien de Fred. Il vivait ses derniers jours et c'est tombé durant ses vacances. Le moral et l'ambiance en ont pris un coup, forcément. Et sensible comme je suis, surtout avec les bêtes, j'ai fait de sacrés efforts pour soutenir Fred dans ces moments. On y était préparés mais lorsque ça arrive, on souffre quand même. J'en ai pleuré 4 jours après. Je connaissais Hercule quasi en même temps que Fred. J'étais habituée à ce qu'il pointe le bout de son nez lorsque j'arrivais. Il avait finit par ne plus aboyer, habitué à ma présence. Fred était admirative de voir ce que je pouvais lui faire (s'asseoir pour avoir son bonbon par exemple). Il était content que j'accorde de l'importance à son chien. Les autres s'en fichaient un peu ou bien, le craignait. Il laisse un très grand vide. Le glaucome qu'il avait attrapé début juin aura eu raison de lui (les conséquences comme la dépression mais aussi la vieillesse). On s'y fait doucement. Le garage est vide, on n'entend plus la chaîne, la couette a disparu. On ne culpabilise pas. On se dit qu'il est mieux là-haut, si un paradis existe, et pour les chiens...


Bon, ça a eu un côté positif si j'ose dire. Car la mort d'Hercule a été une bonne occasion de partir mais surtout, se changer les idées. Direction Saverne, à la frontière mosellane alsacienne. Et, ce fut les deux seuls jours de la semaine où le soleil et la chaleur furent présents. Je vous en parlerai plus en détail à la rentrée avec photos de ce mini-séjour improvisé.


Et sinon, j'ai enfin rencontré la bande de potes. De sacrés loustiques ! J'ai été très bien accueillie. On a fait des journées et barbecue avec des fous rires à n'en plus finir. Même mon frère se joint à nous. On revit. Tout simplement... A l'heure où je vous écris, Fred n'a toujours pas été rappelé par Manpower. Il ne va pas s'en plaindre. Et moi non plus. Mais ne vous inquiétez pas, le blog reprend ses habitudes estivales. Alors à vendredi pour un tag.

2 commentaires :

  1. Je suis désolée pour Hercule. C'est toujours difficile de les perdre, on a beau s'y attendre, et se dire qu'ils ne soufrent plus, le vide est là et on ne sait pas le combler...

    RépondreSupprimer
  2. C'est toujours dur de perdre un animal mais il ne souffre plus, c'est le principal.

    RépondreSupprimer