4,500kg pour 93cm

mercredi 2 novembre 2011 Ingrid | Mémorables oublis 2 Comments

Attention, article nian nian donc si en plus, t'aimes pas les boules de poils, RDV vendredi pour un article un peu plus intéressant (ou pas).

Lundi, ma Craquotte d'amour fêtait sa première année. Née il y a un an mais elle est dans ma vie depuis seulement fin janvier. Elle a bien grandi même si je lui espère encore quelques centimètres et kilos. Le froid arrivant, elle a développé une jolie crinière. Au niveau de la queue, rien a changé. Elle se trimballe toujours avec un énorme et long plumeau.

Craquotte, à la base, elle n'était pas désirée. J'avais mon Berlioz. Il me convenait amplement. Puis le destin s'en est malheureusement chargé. Ma mère et Fred m'ont +/- forcée à me reprendre un chat. Et bien que j'ai toujours rêvé d'un Maine Coon, l'envie n'était pas au rendez-vous.

J'ai quand même cédé. Craquotte a balayé mon deuil en quelques semaines. Elle préfère les jeux aux câlins. Elle est surtout devenue une véritable championne en matière de pêche. Entre nous, on dit surtout qu'elle fait piscine. Depuis cet été, elle a trouvé un hobby qui l'a ravit un peu plus chaque jour : trouver n'importe quoi pour aller le noyer dans sa gamelle d'eau. Même que parfois, elle nous ramène la chose trempée dans notre lit (y a même une nuit où je pensais avoir fait au lit, vu que les draps mouillés m'avaient réveillée). Ca va de ses jouets, à ma petite peluche, en passant par les boules de papier, les stylos, les chaussettes et j'en passe. Maintenant, on doit faire attention à ce que rien ne traîne afin de ne pas avoir de mauvaises surprises au réveil. Peine perdue car on pense aux petites babioles mais pas forcément à plus gros. Genre ? Bah genre le plumeau qui fait sa longueur et que même s'il ne rentre pas dans la gamelle, ça reste un délire qu'elle affectionne. Ou bien encore les chaussons... On ne râle pas. C'est la mauvaise habitude des Maine Coon. Ca trempe le carrelage, ça le salit mais y a pire dans la vie. C'est surtout que l'engueuler ne servira à rien puisque pour elle, elle ne fait aucun mal.

Mais voilà. Malgré qu'elle soit un bonheur sous notre toit, que je l'adore et qu'on passe beaucoup de temps à jouer, s'attraper, se courir après etc..., je ne retrouve pas la complicité que j'avais avec Berlioz. Il me manque toujours, même après 10 mois. Quand je ne vais pas bien, c'est con à dire mais ce n'est pas Fred ou ma mère dont j'ai besoin mais de mon Berlioz, qui venait se blottir contre moi et me léchait le pouce. Je pense que je suis marquée à vie par cette preuve d'amour qu'il m'a faite lorsque j'ai appris qu'il était sous perfusion depuis des semaines, se laissant mourir à cause de mon absence. Il a reprit goût à la vie dès que je l'ai récupéré. Jamais un chat ne m'avait fait ça auparavant. Et depuis cet épisode, il était et l'est toujours, devenu spécial à mes yeux et mon coeur.

Je sais que Craquotte n'est pas là pour le remplacer. Mais je sais aussi que je n'aurai jamais plus de complicité avec un chat comme je l'ai eu avec Berlioz. Et ça me manque.

Aujourd'hui, Craquotte a un an. J'en suis ravie. Je ne regrette pas sa présence. J'impatiente qu'elle devienne adulte et donc, encore plus belle. Et qu'elle continue à être ma muse en 85mm.

2 commentaires :

  1. Ouhh ça fait tout drôle, la mienne aussi s'appelle Cracotte mais avec un "C". Elle a 4 ans et demi et elle est toute blanche. Ta Craquotte est super mignonne et très gracieuse sur les photos!

    RépondreSupprimer
  2. Elle est magnifique ! Et tes photos lui rendent bien hommage ^_^

    RépondreSupprimer