T'es bouché ou quoi ?

vendredi 13 janvier 2012 Ingrid | Mémorables oublis 2 Comments


Bon, on va encore dire que je ne fais que râler mais passer les fêtes dans la merde, c'est pas l'top. Oui oui, dans la merde. Na parce que, comment dire ? Hum...

Depuis que ma mère et moi n'allons plus aux repas de famille, nos réveillons de Noël sont merveilleux. C'est pas ironique hein. Pas de cuisine ni de vaisselle. Pas d'hypocrisie et de longues heures à table. Tu es libre de manger ce que tu veux, faire ce que tu veux et te coucher quand tu veux. Bonheur. Bon, en 13 ans, on a quand même fêté Noël. Deux fois. Et on s'en mord grave les doigts.

La première fois, c'était en 1999. Pour l'occasion, mes parents avaient investi dans des décorations extérieures. Et si tu te souviens bien, c'est cette année où l'on s'est coltiné la tempête. Repas dans le noir, sans électricité, mangé froid et guirlandes foutues.

Quant au second réveillon, c'était le dernier en date. Et figure-toi qu'il fut pire, dans un tout autre domaine. Tu vois, jeudi, deux jours avant le repas, on découvre que la chaudière tombe en panne. Ô joie. Et nous revoilà à faire un sacré bond temporel dans le passé, à devoir chauffer l'eau pour nous laver et faire la vaisselle. Heureusement, ça n'a duré que 2 jours. Mais attends, je te conte le pire : à quelques heures du repas, v'là ti pas que les toilettes sont bouchées. Pensant à un pauvre petit bouchon, on ne s'est pas vraiment inquiété. Sauf que, pendant qu'il y en a qui s'occupait des derniers préparatifs, Fred, les voisins, mon frère, ma mère et moi, on creusait. Car ça venait de l'extérieur. Mais vas-y pour retrouver ce putain de regard lorsque l'ancien proprio ne se souvient pas de l'endroit précis et que ce n'est pas indiqué sur les plans de la maison. Ah ça, on en a fait des trous, à la pelle, à la pioche, etc... On a creusé, on s'est relayé. On s'est permis très peu de pauses. Et pour là aussi on a fait un sacré bond dans le passé (mais je t'épargnerai les détails sur nos toilettes de fortune. Ma dignité en ayant pris un coup).

On a stoppé les travaux car on voulait quand même fêter le réveillon. Dimanche, on a fait une pause. Et lundi, pendant que d'autres profitaient de leurs vacances ou se la coulaient douce au boulot car le boss n'était pas là, dès 9h, on se remettait à creuser. En fin de journée, on a exigé que le proprio se pointe car on avait sérieusement les nerfs entrain de lâcher. Et on l'a entendu dire "Ah mais il est là". OK, on a contourné ce putain de regard à 10cm près et on a été jusqu'à 2m de profondeur alors qu'il avait été rehaussé à 15cm du sol. Mais ça, ce con avait oublié de nous le préciser au téléphone samedi. Ce qui nous a voulu donc de faire des tranchées pour rien.


Pensant que le regard trouvé mettrait fin à nos soucis, que nenni ! Car après moult recherches, tentatives de débouchage etc... On a conclu que les canalisations avaient pété. A deux endroits. Tant qu'à faire... Pour nous, les travaux s'arrêtent ici. Nous sommes esquintés de partout. On a dormi peu et faut dire que bosser dans la merde, y a de quoi avoir les nerfs très sensibles. Merci à Fred et son père d'avoir consacré le week-end des fêtes et 3 jours sur leur semaine de vacances pour nous aider. Ainsi qu'à nos chers voisins qui sont venus prêter mains fortes.

A l'heure où je vous écris (nous sommes mercredi 28), nous avons toujours un gros fossé contre la maison mais le professionnel qui est venu à notre secours, mini-pelleteuse et marteau-piqueur en poche, a réglé les toilettes, ce qui était le plus urgent quand même.

Y aura pas de 3ème réveillon. Moi j'vous l'dis !

2 commentaires :

  1. Eh bien! J'espère que le problème s'est arrangé depuis... enfin si le plus urgent a étté réglé ça va ;). C'est à croire que le réveillon ne vous porte pas chance :(

    RépondreSupprimer
  2. ça c'est de la poisse. Nos réveillons également sont très calmes mais nous les fêtons quand même, c'est plutôt le plaisir de se retrouver qui prime.

    RépondreSupprimer