Une page se tourne

lundi 9 janvier 2012 Ingrid | Mémorables oublis 3 Comments


2011, je l'ai terminé avec des tuiles qui nous sont tombées dessus, mes parents, mon frère et moi : la chaudière qui tombe en panne à 2 jours du réveillon de Noël. A quelques heures du repas, c'était au tour des toilettes de se boucher (ça mérite carrément un article car ne venez pas croire qu'il a juste fallu prendre une ventouse, ça serait trop facile, vous pensez bien). Entre les deux fêtes, la voiture qui tombe en rade. En réparation durant plusieurs jours. Ensuite, ce fut mon GSM qui a dû subir un hard reset mais toujours rien de bien concluant.

Et au cours de l'année 2011, bah y a eu beaucoup de rires. Beaucoup de soirées. Des potes que j'ai rencontré sur le tard et que j'adore. C'est simple : en été, on s'est vus quotidiennement. J'ai d'ailleurs fini 2011 avec, entre autre, mon chouchou du groupe. Il y a aussi des personnes qui se sont effacées de ma vie, avec ou contre ma volonté.

Des personnalités se sont affirmées. Certaines, dont une, m'a énormément déçue. Je la subis encore par respect pour les proches que nous avons en commun. D'autres, par contre, m'ont apporté beaucoup. Belle-Maman adore ma compagnie. Et Beau-Papa a +/- dit à son fils que j'étais la fille qu'il n'a pas eu. Si avec ça, j'ai encore des doutes sur mon acceptation dans la belle-famille, c'est qu'il y a un sérieux problème !

Fred se porte bien. Moi également. Merci à lui. On continue à se découvrir, à se supporter avec toujours autant de faciliter, à s'aimer comme au début. Les petites attentions sont toujours là. Et je suis heureuse. En 2012, on va tacher de se consacrer des petits week-ends dans la région. On l'a fait qu'une seule fois l'année dernière.  Ca nous avait bien plu et fait beaucoup de bien mais on a été trop bêtes de ne pas réitérer la chose. On va rattraper le retard.

La maladie de mon père a évolué. Un peu plus que je ne l'avais imaginé. Je ne peux m'empêcher de penser à l'avenir. Comment ça sera dans un an ? Se souviendra-t-il encore de nous ? Oh, je profite de lui au moment présent mais il est difficile de vivre sans cette peur. En 2012, je me détacherai de sa maladie car en 2011, je me suis oubliée. Je me suis un peu trop focalisée dessus. Il n'est pas encore l'heure de pleurer. Il faut profiter et ensuite, on avisera. De trop anticiper, ça ne fera qu'aggraver la situation et je dois me préserver.

2011, j'ai fait n'importe quoi avec mon corps. Je me suis goinfrée en été. Je n'ai pas su profiter sans tomber dans l'excès. Bien fait pour moi. Résultat : 6kg de rajoutés lors des fêtes. Mais 2012, c'est rebelote régime. Car on a beau dire qu'on a un homme qui nous aime, ça ne suffit pas. Et ça ne m'aide absolument pas dans mon estime. Alors j'ai en projet de perdre 10 kg pour cet été. Je réduirais mes repas chez les beaux-parents et j'augmenterai mes fréquences de marche. Et comme si je ne croyais pas du tout en ma motivation, j'ai fait un pacte avec ma mère. Je lui donne 5€ à chaque chose pas compatible avec le régime que j'avale. Et à chaque kilo perdu, je gagne 5€. Ca devrait m'aider, moi qui ai de l'argent sur mon compte qui n'excède pas les 3 chiffres...

En 2012, je vais faire ma fille. Je rêve de retrouver de beaux et longs cheveux. Marre de les couper tous les 3 mois et de les voir toujours à la même longueur (au-dessus des coudes). Je garderai mon shampooing Mixa et je ferai mes colorations au henné. Je vais simplement rajouter des masques naturels. Je me décide à découvrir le bio autre qu'à travers de longues recherches Internet. 

J'ai commencé 2011 avec la perte de mon Berlioz et des remises en question de mon couple. J'ai terminé l'année dans la poisse et les fous rires. Je commence 2012 avec le moral. Adieu les résolutions non tenues, les mêmes qu'on rabâchage chaque premier mois de janvier. Cette fois-ci, je n'en ferai pas. Sauf peut-être une seule : collectionner les sourires. Les miens et ceux des autres. Plus j'en aurai et plus cette année 2012 sera belle. J'ai envie d'y croire...

3 commentaires :