Je vais mal

mercredi 14 mars 2012 Ingrid | Mémorables oublis 17 Comments


Il y a une dizaine de jours, je vous disais que je n'avais pas le moral. C'est encore le cas aujourd'hui. Je ne vais pas bien. J'ai perdu mon sourire, mon sens de l'humour, ma joie de vivre, mes évasions agréables chez Fred et auprès de sa famille.

Vous me dites souvent que je suis forte et courageuse. Je vous ai, à chaque fois, contredis. Je ne suis rien de tout ça. Vous savez, il est tellement facile de se cacher derrière un masque, de glisser quelques billets légers par-ci par-là, de rigoler autour d'un repas, de sortir voir du monde. Mais à l'intérieur de moi, c'est une toute autre chose...

Je me suis voilée la face. Je le savais. Et je ne faisais rien. Car ce n'était pas le bon moment. Mais à force de se mettre des oeillères, me voilà entrain d'envisager d'aller consulter un psy, voire même passer aux antidépresseurs. Car il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis. Sauf que, comme beaucoup, je n'y crois pas à tout ça.
"Même les âmes fortes ont leur faiblesse mais elles savent les cacher"
J'ai beau être entourée et aimée, ça ne me suffit apparemment pas. Je sais d'où vient mon mal. Je n'ai juste pas la force nécessaire pour le surmonter. Je pensais que faire entrer Fred dans ma vie suffirait. Je me suis trompée. Tout comme vivre quotidiennement auprès de mes parents me donne l'impression que ce n'est pas encore assez.

Cela fait 3 semaines que mon père ne prononce plus mon prénom. Non pas qu'il ne se souvienne plus de moi. Mais Ingrid n'est déjà pas facile à prononcer en temps normal. Et ne plus l'entendre sortir de la bouche de mon père, forcément, ça me fait mal au coeur. Car nos bonjour/merci/au revoir précédaient toujours nos prénoms.
"Dans la famille, on doit se supporter; chacun a ses défauts. Il ne faut pas trouver des injustices partout. La faiblesse humaine est toujours là"

Je vais mal. Voilà, c'est dit. C'est bien de le reconnaître mais je ne l'assume pas encore. J'assume encore moins de devoir mettre mon mal au service d'un psy. Ca m'apprendra à jouer les fortes, porter un masque. Ca ne dure jamais. Et c'en est la preuve aujourd'hui...

17 commentaires :

  1. Oh non Ingrid, je suis triste pour toi...

    Je ne sais pas si aller voir un psy t'aidera mais ne prends pas d'anti dépresseur...
    Franchement l'année dernière j'étais comme toi, je pleurais en permanence, même quand ça allait bien avec l'ex, je n'arrivais pas à me sortir de ma dépression, de ma fatigue, du stress des examens, mais j'ai refusé de prendre autre chose que du lexomil, j'ai caché mes pleurs, je me suis forcée à sourire. Cela a pris des mois avant que je sente que j'étais guérie de cette période mais j'y suis arrivée.
    On ne sait jamais ce que les anti dépresseurs nous feront à long terme et il est très difficile d'en sortir. Pour six mois de traitement mon médecin m'annonçait autant en sevrage + les risques de suicide...
    Pas tentant pour un sous.

    Allez courage, tu n'as pas fini d'en baver c'est sur, et malheureusement ce sera surement bien pire qu'aujourd'hui. Je ne sais pas vers qui tu pourras vraiment trouver de l'aide et du réconfort en dehors de Fred, de ta famille et de tes amis... Mais en tout cas je suis là, promis.

    RépondreSupprimer
  2. Un psy pourrait te faire du bien oui, au moins pour avoir quelqu'un d'objectif qui t'écoute et te laisse pleurer sur son épaule. C'est vraiment quelque chose qui t'aide à avancer... sans cachets...

    La dépendance est horrible, et la sensation de marcher sur des oeufs aussi.

    Bon courage.

    RépondreSupprimer
  3. Hello ma belle,
    C’est la seconde fois que je prends mon courage à deux mains pour te parler.
    Je vis comme toi, avec un masque, pour tout le monde je suis forte et je vais toujours bien.
    A croire que tous aimes a penser que je n’ai pas de soucis, comme si ma vie était le pays des bisounours.

    En fait à l’intérieur c’est plutôt Fukushima !!
    La destruction et la mort lente …

    Mais face aux autres, le sourire et la bonne humeur sont de plus en plus difficile à tenir !!
    A un moment le masque tombe et la détresse n’en est que plus forte.
    Je sais pour le vivre que tout le bonheur et l’amour de ceux qui t’entoure ne suffisent pas.
    Le mal est trop profond, trop là !!
    Rose KENNEDY a dit : « on dit souvent que le temps guérit toutes les blessures. Je ne suis pas d’accord.
    Les blessures demeurent intacts. Avec le temps notre esprit afin de se protéger, recouvre les blessures de bandages et la douleur diminue… mais elle ne disparait jamais… »
    Et bien il semblerai que les plaies se soient de nouveau ouvertes.

    Si tu as besoin, je suis là
    marie

    RépondreSupprimer
  4. Je pense que voir un psy pourrait t'aider à gérer tout ça. Mais les antidépresseurs risquent de devenir une spirale infernale qui te donneront l'impression d'aller mieux alors que ce sera loin d'être le cas et la chute sera plus difficile.
    Prends soin de toi, je t'envoie plein de bonnes ondes même si je sais que ça ne suffira pas...

    RépondreSupprimer
  5. Tu sais, je traverse à peu près la même chose que toi en ce moment. J'ai beau dire à tout le monde que tout va bien, rire et faire des jeux de mots débiles à longueur de journée, au plus profond de mon être je suis vraiment mal. Et ça fait des années que ça dure. J'ai décidé d'aller voir un psychologue, je ne sais pas si ça me fera du bien, je ne sais pas si ça aboutira à quelque chose de concret, mais il faut que je tente le coup.
    Je te conseille donc d'aller consulter un psy, ne serait-ce que pour voir si ça pourrait te soulager un peu. Déjà, rien que le fait d'admettre ici que tout va mal, je pense que c'est un (petit ?) pas vers la guérison.

    Bon courage dans cette épreuve, et si tu as besoin de parler à quelqu'un qui traverse le même genre de situations, n'hésite pas...

    RépondreSupprimer
  6. Ca me fait mal au cœur de te lire mal... Si aller voir un psy peut te faire du bien (et je n'en doute pas) vas-y, c'est certainement ce qu'il y a de mieux à faire. En tout cas, à travers le net, je suis de tout cœur avec toi !

    RépondreSupprimer
  7. Etre conscient qu'on ne va pas bien est le premier pas vers la guérison... Courage !

    RépondreSupprimer
  8. Le reconnaitre est déjà un premier pas... Il faut aussi savoir accepter qu'on est humain, empli d'émotions (négatives comme positives). Avoir envie de s'en sortir et faire ce qu'il faut pour ça est le deuxième pas.
    Bon courage à toi en tout cas !

    RépondreSupprimer
  9. Si tu es certaine que seule la maladie de ton papa est la raison de ton mal-être, alors pourquoi ne pas te diriger vers une association de soutien aux familles, te joindre à un groupe de parole ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce à quoi je pensais ;)

      Supprimer
    2. Parce que ce n'est pas mon truc. Je ne me vois pas déballer ma vie avec un Alzheimerien et entendre la même des autres. Mon plus gros souci est que je ne sais pas profiter du présent. J'imagine toujours le pire à venir. Et mon mal n'est pas uniquement dû à la maladie de mon père. C'est un tout (quand tu portes un masque, tout finit par s'accumuler).

      Supprimer
  10. Je suis moi aussi à une période de ma vie où je nécessite un psy pour avancer et aller mieux. Il faut trouver la bonne personne à qui se confier mais tu n'imagines pas le nombre de personne que je connais qui ont réussi à se construire grâce à ça. Alors vas-y, ça ne peut pas te faire de mal !!! Le plus dur, c'est de se lancer.

    RépondreSupprimer
  11. Tu sais, il y a des groupes de soutien pour affronter la maladie d'un parent... des gens qui sont passés ou qui passent par les mêmes épreuves et qui comprennent et qui peuvent te soulager.
    C'est peut-être une solutions à envisager car sans forcément passer par la case "psy" ou "médicaments"... parler ou tout simplement écouter ça peut aider à lever certains mal-être face à la maladie.
    Je suis en plein dedans avec mon père.
    J'aime ton blog même si je ne m'exprime pas souvent et j'aime son titre qui me parle et qui met un contre-sens poétique sur une maladie terrible, cet extrait de "rare" aussi me fait fondre... J'espère que tu trouveras ce qui pourra t'aider. Tendrement

    RépondreSupprimer
  12. Très bizarre de lire des mots écrient par une autre mais qui raconte ce que je vis...
    Bon courage à toi

    RépondreSupprimer
  13. Je t envoie tt mon courage pr ce mal qui te ronge , je ne te connai pas mais j'ai eu une sale periode je passe de bien a mal voir tres mal .. j me voile souvent la face , je met mon masque mon plus beau sourire et tt va bien sauf qu'interieusement souvent c pas le cas !! actuellement je remonte par ce que j me fai violence ...
    alors courage et ne baisse pas les bras la force reviendra et le soleil et c eclaircie aussi ! j te le souhaite en tt cas !
    amicalement Angie

    RépondreSupprimer
  14. J te laisse le lien de mon blog : (tu comprendra )
    http://maman-angie.lo.gs/

    RépondreSupprimer
  15. Tiens le coup miss.. Je n'ai rien d'autre à te conseiller.. La tristesse on l'a vit tous à différent moment, à différente échelle, et on arrive (presque) tous à s'en sortir.. Et je suis sûr que tu en es aussi capable =)

    RépondreSupprimer