Nos regards

mardi 18 décembre 2012 Ingrid | Mémorables oublis 8 Comments

Ca fait un an que tu ne prononces plus mon prénom. Je t'avoue que ça m'a fait très mal. Encore aujourd'hui, j'ai un pincement au coeur lorsque tes "Bonjour", tes "Merci" et tes "Au revoir", ne précèdent plus mon prénom.

Blessée car j'ai été la première à le vivre. Le prénom de ta femme et de ton fils, tu t'en souvenais encore. Mais le mien... Alors j'ai essayé de positiver en disant qu'il n'est pas facile à prononcer. Oui, voilà, c'est ça. Parce que, bon, tu te souviens toujours de moi, ta fille. Et c'est ce qui compte.

Mais jusqu'à quand ? Chaque année, depuis 2006, on me demande ce que je veux pour Noël. Je réponds simplement "Que mon père se souvienne encore de moi dans un an". Et c'est extrêmement difficile de dire cette phrase en espérant au plus profond de moi que l'année suivante, je pourrais encore la dire.

Cette année n'échappe pas à la précédente. Avec ce douloureux espoir qu'il y en aura une prochaine.

Cette année, tu n'as pas prononcé mon prénom. Et je suis réaliste en sachant que la prochaine étape sera d'encaisser celle où tu ne te souviendras plus de moi. Ta fille.

Mais on n'y est pas encore. C'est trop tôt. Et ça le sera toujours...

Cette année, tu n'as pas prononcé mon prénom. Tu n'arrives pratiquement plus à parler. La maladie t'arrache les mots. Il nous reste maintenant nos regards. Et merci, le tien n'est pas vide.

Pas encore. C'est trop tôt. Et ça le sera toujours...

Mais y a de forts risques que ce jour arrive. Celui où tu ne te souviendras plus de moi. Celui où ton regard ne communiquera plus.

Et puis, il y a un jour où ton corps partira rejoindre ton esprit. Mais pas totalement. Il restera tes yeux. Car nous avons les mêmes. Il suffit que je me regarde dans le miroir pour y voir ton regard (et celui de Pépère).

Ca ne sera pas simple au début. Je me vois déjà éviter mon regard dans le miroir. Pour ne pas te voir. Car c'est toi que je verrais. C'est un mal pour un bien. Car je suis fière d'avoir hérité de tes beaux yeux bleus gris foncés. Les mêmes que tu as reçu de ton père tant aimé.

Tu continueras à vivre à travers moi. Chaque jour, chaque heure, chaque seconde. C'est le plus beau des cadeaux que tu puisses me faire. Mais s'il te plait, le plus tard possible...

[EDIT] Le lendemain où j'ai rédigé cet article (il y a 10 jours), ma mère m'apprenait qu'il avait prononcé mon prénom. Je n'étais pas là, je ne l'ai donc pas entendu mais de le savoir, ça m'a réchauffé le coeur. On va dire que c'est la magie de Noël ;)

8 commentaires :

  1. Très bel article...

    Je ne peux évidemment pas me mettre à ta place, mais je t'envoie plein de pensées positives, en espérant que la magie de Noël que tu évoques dans ton edit se répète encore et encore :)

    RépondreSupprimer
  2. Je sais pas quel mots choisir pour commenter.
    Juste très émue par ce que tu as écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit ailleurs, j'aurai préféré n'avoir jamais eu à les écrire. Mais paradoxalement, ce sont les plus beaux billets que je sais faire. Merci en tout cas ♥

      Supprimer
  3. Très très émue à la lecture de ton article ... j'espère qu'il se souviendra de toi le plus longtemps possible car comme tu dis, c'est toujours trop tôt. Bises

    RépondreSupprimer
  4. Je vis également un moment pas simple avec ma maman donc je t'envoie plein d'ondes positives pour que ça ne soit pas encore le moment qui fera mal. et qu'il t'offre ton prénom pour Noël :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'envoie en retour du courage et de jolis moments en cette période ♥

      Supprimer