Il n'y a pas de comparaisons

dimanche 10 mars 2013 Ingrid | Mémorables oublis 4 Comments

Je ne suis pas ce genre de femmes qui a pour habitude de comparer mon derrière avec celui de celle qui est devant moi dans la rue. Ni à comparer la beauté d'une actrice avec la mienne (parait que j'en ai une, bien dissimulée alors). Je ne suis pas non plus du genre à comparer les ex de Fred avec moi. Sont-elles plus belles, plus intelligentes, moins grosses, plus drôles, plus chiantes ? Etc...

Je ne jalouse vraiment pas. Disons que je ne vois pas ce que ça m'apporterait à part perdre mon temps dans des futilités ou parfois, me casser le moral.

Mais, j'avoue que de rares fois, j'ai fait des comparaisons entre Monsieur et mon/mes ex. Justement parce qu'il est totalement à l'opposé d'eux. Mes amis proches vous le confirmeront haut et fort, sans hésitation.

Frédéric n'est pas l'homme parfait. Mais en le comparant à mes ex, là, oui, il l'est. Il est surtout idéal. A mes yeux, bien entendu.

On s'est toutes amusées à se demander quel était notre idéal. Au collège/lycée, je disais préférer les bruns aux blonds. Sans barbe, sans calvitie, avec un dos imberbe, des yeux bleus/verts, de belles dents avec un joli sourire. Qu'il ne soit pas musclé ni gras.

Non pas qu'il me fallait uniquement ce type d'homme dans ma vie mais mon premier amour était de cette apparence. Grand brun aux yeux verts, joli sourire. Bien qu'un peu trop carré et assez poilu dans le dos. Et bien que je fus plus ou moins heureuse à cette époque, en sa compagnie, force est de constater que le physique n'apporte pas tout.

Le second fut une cata. Hormis les yeux bleus, il n'avait rien de ce que j'appréciais chez un homme, d'un point de physique. Exit les talons puisqu'il mesurait un centimètre de moins que moi. Il portait des lunettes, avait des cheveux en bataille quelque peu bouclés. Puis, il n'était pas séduisant... Ca, je l'ai toujours su puisque nous avions été présentés par une amie en commun, via internet. J'ai tout de même creusé au niveau de la personnalité et il fut assez fort pour dissimuler la vraie. Il fut également assez fort pour avoir de l'emprise sur moi. Et ce durant 3 ans.

Et lorsque j'ai rencontré Fred 3 ans plus tard, c'était la panique. Je ne voulais pas tomber dans le "Jamais deux sans trois". Au début, je le comparais beaucoup à mes anciens amours. Non pas que je leur trouvais des similitudes. Justement, j'en cherchais ! Mais je peinais à en trouver.

Deux ans et des poussières plus tard (oui, je ne sais toujours pas depuis combien de temps exactement nous sommes ensemble), il m'arrive parfois de le comparer à mes ex (et surtout le dernier en date) lorsqu'une occasion se présente. La liste est extrêmement longue mais en quelques points, j'ai attendu 29 ans et quelques mecs pour découvrir ce que c'est que l'amour, le bonheur, les fous rires, la communication, la tendresse, la fierté mise de côté, les larmes d'un homme, les petites attentions, la fidélité, la confiance. Toutes ces choses-là sont la base d'un couple. Et c'est seulement avec Fred que je les découvre, les apprend.

Il est loin, très loin le temps des mensonges, des cris, des pleurs, des questions, des ultimatums, des insultes, des gifles, de la haine, des infidélités, des retards, des absences, du j'm'en foutisme, des moqueries etc...

Et ça ne me manque absolument pas.

Mais alors, pourquoi comparer ce qui n'est pas comparable ? Car ça me rappelle à chaque fois combien je suis chanceuse d'avoir rencontré un tel homme qui me correspond, qui sait me donner tant de sourires que tous mes ex réunis (oh, ils ne sont pas si nombreux que ça, enfin si, de trop en fait). J'aime parfois me rappeler que le bonheur, à deux, ça ne se vit pas forcément à la première rencontre. J'ai mis tout de même 15 ans et quelques déceptions, pour le trouver.

Quand est-il de l'idéal physique de Fred ? Il n'est pas loin de ce que j'imaginais/espérais à l'époque du collège/lycée. Un grand brun aux yeux verts et au sourire charmant. La barbe qui me rebutait il y a une quinzaine d'années est aujourd'hui le plus qui fait son charme et que j'adore. Certes, niveau capillaire, il l'a hérité du paternel. Adieu l'homme aux cheveux épais grisonnants à la George Clooney. Mais est-ce qu'une touffe de cheveux fait la différence ? Non. Je sais qu'un jour, il devra passer par la boule à zéro (car lui comme moi ne voulons pas qu'il se la joue Obispo à ses débuts). Et quelques cheveux en moins ne feront pas de lui un homme moins aimé...

4 commentaires :

  1. Il lit ton blog Frédéric ? Parce que si jamais il venait à douter de ton amour, je l'invite à venir ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il le connait mais ne le lit pas. En même temps, ce que j'y écris, il l'entend de vive voix très souvent ;)

      Supprimer
  2. Oh mon dieu comme je suis super contente d'être tombée sur ton blog, c'est un vrai coup de frais et d'optimisme. Je suis morose en ce moment, ma relation passée a duré 7 ans. 7 années où je n'étais pas heureuse, où je me suis crée une solide carapace. Et maintenant que j'ai trouvé l'homme de ma vie, mes névroses passées remontent à la surface. Ce qui fait que je perds les pédales depuis une semaine, parce qu'il y a une nouvelle assistante sexy dans le même bureau que mon chéri. Rien que ça, mon monde s'éffondre tellement ma relation passée m'a détruite. Je sais bien qu'il ne faut pas faire de comparaison, aucune comparaison n'est d'ailleurs possible mais j'ai toujours ça au fond de moi... Merci pour ton article!!! <3

    RépondreSupprimer
  3. Ca fait plaisir de lire un texte comme celui-ci !

    RépondreSupprimer