[DIY] Hôtel à insectes

dimanche 9 février 2014 Ingrid | Mémorables oublis 2 Comments

Bon ok, je dis hôtel mais à ce niveau-là, c'est un palace. Je vous l'accorde (et désolée pour le mauvais choix de filtre photo).

Après vous avoir concocté un article sur ce qu'était un abri à insectes, son utilité, pour qui, quand et où l'installer, voici le DIY comme promis. Même si je ne l'ai pas terminé (presque !), je me suis dit que je devais vous pondre l'article rapidement puisque c'est le moment idéal pour le construire.

Rappel : Celui que nous avions au jardin a été fait dans une caisse à vin. Le truc fait à l'arrache en deux deux. Et ce fut quand même un fort succès puisque sur la quarantaine de trous, plus d'une trentaine ont été occupés. Et puis, entre-temps, Fred s'est procuré le terrain voisin ce qui nous amène à être proprio (enfin, lui) de 620m². Du coup, cet abri à insectes, je le trouvais très ridicule par sa petite taille dans ce grand espace. Et victime de son succès, je me suis dit qu'il y avait peut-être eu des insectes qui ont dû rebrousser chemin, faute de place.

Ni une ni deux, je me suis lancée à la recherche d'idées pour en faire un plus gros. Je souhaitais quelque chose d'imposant et de beau, sans pour autant négliger son contenu pour accueillir les petites bébêtes. Je me suis retrouvée sur ce site, très sympa pour les bricoleurs du dimanche. Et plus particulièrement sur cette construction. C'est à partir d'elle que je me suis inspirée pour fabriquer mon hôtel. Bon, au départ, j'avais pensé à du 150*120 mais lorsque j'ai découvert que ça faisait le haut d'un buffet de cuisine, j'ai revu mes dimensions à la baisse.

Il m'a fallu un bon mois pour regrouper le maximum de matériel nécessaire pour sa construction et son remplissage. Mais le plus important fut de construire une structure assez robuste pour supporter la bête et résister aux forts vents. Merci donc à Monsieur, dont soudeur est son métier d'origine, qui a pu me confectionner un pied avec des chutes de piquets en ferraille. Ce dernier sera noyé dans le béton.

A côté de ça, j'ai scié des planches non traitées (récupérées du grenier de mes parents) que j'ai vernis que d'une face ainsi que les bords. L'intérieur ne devant pas être verni puisqu'au contact des insectes, ces derniers pourraient ne pas venir. Mes parents ayant également un stock de tuiles dont ils ne se serviront jamais, nous en avons pris une dizaine pour confectionner le toit. Ainsi qu'une tôle qui servira à protéger l'arrière du vent et surtout, de la pluie. On barricade au maximum l'abri afin qu'il puisse rester le plus longtemps possible en bon état.




Une fois le pied bétonné et la structure montée, il ne reste plus qu'à la remplir. Pour ça, je me suis basée sur les témoignages et mon expérience de l'année passée. Les rondins de bois ont bien plus de succès que les tiges creuses (de framboisiers). Le foin qui accueille principalement les coccinelles, se retrouve très souvent seul. J'ai trouvé des briques à petits trous qui, je l'espère, auront le même accueil que les rondins. J'y ai ajouté également des écorces, des cocottes de pin (ou des pommes, pour la parisienne qui me lit) et enfin, à défaut d'avoir un stock énorme de bambous, j'y apporte des renouées du Japon (des roseaux que l'on trouve en bord d'étangs par exemple).





Et il n'y aura plus qu'à attendre que les locataires arrivent...

Les photos parlent d'elles-mêmes qu'en à la construction de cet hôtel à insectes mais je vous récapitule en détails le matériel utilisé ainsi que les dimensions. Bien entendu, il n'existe pas de règles quant à ces dernières (uniquement la profondeur de 15/20cm et l'élévation de 30/50cm). Pour plus d'informations, lire cet article.

Vous remarquerez que cet abri nous aura coûté 0€. Uniquement de la récup'. Nous avons même été plus loin en installant un chéneau (récupéré sur l'ancienne cabane). Sur un côté, nous avons installé des petits pots de fleurs en terre cuite pour... accueillir des fleurs. Et au sol, nous avons fait un arc de cercle de gros cailloux avec deux dalles en guise de marche pour le remplir de fleurs mellifères. Tout est fait pour que le succès soit au rendez-vous tout en rendant cet abri beau et utile.

Récapitulatif (pour un abri identique au mien) :
- Un support en ferraille de 120*70
- 2 planches non traitées de 130*20
- 9 planches de 90*20
- un pot de vernis spécial extérieur
- une dizaine de tuiles en terre cuite
- une tôle pour protéger l'arrière de l'abri (option)
- un chéneau pour récupérer l'eau de pluie (tant qu'à faire)
- des étagères en bois (si vous souhaitez faire un rangement "carré")
- des roseaux, du bambou, de la tuile, du foin, des cocottes, des rondins troués (pas de sapin qui gonfle avec l'humidité, je le rappelle)

2 commentaires :

  1. C'est amusant cette expression, "cocottes de pin" ! En Normandie, on parle aussi de "pommes de pin" ;)

    RépondreSupprimer
  2. Ah, mais c'est d'un charme fou ! Si j'ai essayé de construire de tels "hôtels à insectes" étant plus jeune, je dois admettre qu'ils étaient loin le cachet de celui là.

    RépondreSupprimer