Tenir un jardin : Les premiers pas

mardi 18 mars 2014 Ingrid | Mémorables oublis 5 Comments


On dit toujours qu'un jardin nous fait économiser de l'argent. Mais pas que. Ces dernières années, de plus en plus de personnes se procurent un petit carré de verdure pour un potager et/ou un verger.

Et puis d'abord, pourquoi voulez-vous faire un jardin ? Posez-vous les bonnes questions :

- Mangez-vous des légumes ? Si c'est tous les 36 du mois, oubliez.
- Pour votre santé ? Très bonne idée ! A condition de faire un jardin propre : pas de produits chimiques, pitié ! Sinon, où est l'intérêt ?
- Avez-vous le temps de vous en occuper ? Car ce n'est pas le tout de faire un petit trou, y mettre une graine, reboucher et attendre que ça pousse. Ah ça non ! Les légumes n'attendront pas après vous pour pousser, mourir de soif, de maladie ou d'un soleil trop agressif.
- Pour le plaisir ? A condition que vous aimiez la nature, le silence, les différentes météo, mettre les mains dans la terre, la présence des vers de terre etc...
- Pour baisser vos factures ?  Sachez que ça ne se fera pas la première année (sauf exception). Mais il est clair qu'au fil du temps, vous allez y voir un changement. Surtout si vous êtes de grands consommateurs de légumes (et de fruits, ne les oublions pas).

Si vous remplissez la majorité de ces points, passons à la suite : déjà, il vous faut un terrain où cultiver. Que ce soit derrière chez vous ou en dehors de votre propriété (mais pas non plus à Perpét' les oies (pour l'expression, c'est cadeau) car en période de forte chaleur, faut avoir la possibilité de venir arroser régulièrement (le paillage, ou BRF, est une alternative). Il faudra également vous assurer que la terre est bonne. Car ce n'est pas le tout de posséder du m² si votre terre est trop acide, pas aérée, sur de la roche, que votre terrain est perpétuellement à l'ombre etc...

Si comme nous, vous avez un jardin en dehors de chez vous, il vous faudra un petit cabanon. Y stocker quelques outils, une paire de gants, un seau, des bottes, un arrosoir et j'en passe. Bref, l'attirail minimum du parfait jardinier. C'est tout de même plus pratique et moins salissant que de se trimbaler avec tout le matos dans la voiture. Et au moins, pas de risque d'oubli.

Et le must, en plus du cabanon : une citerne d'eau ! C'est primordial. L'année dernière, nous n'avions qu'un petit tonneau (récup' oblige) qui nous a fait tenir seulement 3 jours. Ensuite, bonjour les arrêts incessants à la fontaine avec nos 15/20 bouteilles en plastique.

Troisième étape : demandez-vous ce que vous allez cultiver. Et surtout, la quantité. Planter 10 pieds de courgettes lorsqu'on n'est pas fan de ce légume, que l'on est deux à la maison, qu'on n'a pas un énorme congélateur et qu'on a pas envie de se taper des dizaines de bocaux, revoyez à la baisse. Soyez raisonnable. Et au pire, si vous en avez de trop, donnez ! Au voisin, à la famille mais surtout, ne jetez pas. Le but d'un jardin étant de faire des économies et non du gaspillage.

Lors de notre premier jardin, l'année dernière, nous avons cultivé 3 pieds de courgettes, 4 pieds de poivrons, une dizaine de pieds de tomates, 6 pieds de concombres et un roulement de 3 lignes de radis. Pour cette année, je sais qu'il faut que je rajoute un pied de courgettes, que je réduise de 2 pieds les tomates et que je garde le reste à la même quantité. L'année prochaine, je réévaluerai mes besoins suivant les nouveaux légumes que j'aurai cultivé cette année. Ainsi, on ne se retrouve pas dépassés dans la récolte. Et bien entendu, c'est suivant les goûts de chacun : si vous aimez les concombres mais sans plus, n'en mettez pas autant. Fred et moi, ça ne nous gêne pas d'en manger tous les jours donc 6 pieds ne nous font pas peur.

Lorsque vous avez bien défini vos envies, faites un croquis. Car ce n'est pas le tout de lancer les graines à la volée et ensuite, surprise ! Un jardin demande un minimum d'organisation. Car sachez qu'il existe des associations entre légumes. Ce n'est pas le tout de les mettre l'un à côté de l'autre. Eh non, ce n'est pas si facile de faire un jardin. Deux légumes entre eux peuvent ne pas s'entendre comme d'autres peuvent s'adorer, tant au niveau de la place, de l'ensoleillement, du besoin en eau, de l'apport en nutriment et j'en passe (je n'en fais pas un chapitre car j'ai peur de mal expliquer et de m'y perdre mais le fait est qu'il faut se reporter à un tableau qu'on trouve facilement sur Internet : genre ici. En bonus, les explications de ses associations et également sur l'importance des rotations de culture). Eh oui, débuter un jardin n'est pas de tout repos mais au fil des années, on retiendra ses informations et tout se fera naturellement.

Comment et où se procurer les semences ? Plusieurs possibilités : semences comme godets, en magasin ou sur internet (Kokopelli, Baumaux etc...) voire mieux : le don de vos voisins de jardin (il existe même des forums pour échanger ses graines). L'année dernière, un voisin nous adonné des plants de tomates qu'il avait en trop. Un autre nous a donné des graines de concombre. Ce n'est pas grand chose mais c'est toujours ça de gagner. De plus, en achetant des semences, dîtes-vous que vous pouvez en récolter les graines pour les saisons suivantes (en prenant soin de ne pas prendre de graines hybrides F1 qui se veulent transformées et donc pas faites pour en récupérer les graines. Ça, je l'ai su après avoir passé commande (en même temps, 1000 semences d'une variété de carottes, j'ai de quoi tenir longtemps donc pas de regret)).

Je ne vais pas vous faire une fiche technique du quand et comment faire ses semis, l'arrosage, l'ensoleillement etc... Beaucoup de sites vous donnent les infos ainsi que sur les paquets. Pour ma part, j'ai choisi de faire mes semis car j'ai le matériel et la place pour les faire (pièce chaude et ensoleillée). Sinon, je me serai rabattue sur les godets (plus cher et pas forcément bio).

Car qui dit tenir un jardin dit prendre soin de sa santé. Je ne comprends pas, par exemple, mon voisin de jardin qui est un magasin de pesticides à lui tout seul. Il en débourse des dizaines d'euros dans des granulés de croissance, de poison, etc... Pas un seul m² n'y échappe. Il n'est absolument pas regardant sur ces produits et leurs dangerosités sur l'environnement et la santé. Fred et moi sommes un peu déçus car nous nous attendions à ce que ce "vieux jardinier" nous apprenne plein de choses ! Au final, à part nous orienter sur tels pesticides ou ricaner de nos astuces trouvées sur le net, il ne nous rien. Pour preuve avec les taupes. Il nous a conseillé d'acheter du blé empoisonné. On a pris des pièges. Certes, le résultat est le même mais notre terre ne se voit pas polluée. Il nous a également conseillé du poison (interdit à la vente en France) contre les courtilières mais cette année, nous allons y planter des fritillaires (plantes dont le bulbe éloigne ces bestioles de par son odeur et là aussi, aucun risque sur l'environnement et notre santé). Fort heureusement, son jardin est en contre-bas du nôtre donc ça limite énormément la propagation de ces merdes sur notre terrain.

Ca n'engage que moi mais un jardin se doit être propre. Sinon, pourquoi s'embêter à en faire un s'il est plus facile et rapide d'aller au rayon des légumes de nos supermarchés ? (la semaine dernière, je me suis pris un poivron. J'y ai découvert 5 pousses à l'intérieur). Ca craint, non ?

Financièrement, aucune économie de réaliser l'année dernière et encore moins l'année-ci. C'est normal puisqu'on débute. Enfin non, on a fait des économies mais ces dernières ont servi à des achats en rapport avec le jardin donc il serait plus juste de dire qu'on en a fait mais que ça ne se voit pas sur le relevé de compte. Bien que les outils soient tous des dons, il nous a fallu investir dans les semences. L'année-ci, je ferai en sorte de faire monter les légumes en fleurs (ceux qui ne sont pas hybrides) afin d'en récolter les graines. Et je n'ai pas réussi à avoir toutes les herbes aromatiques que je souhaite donc là encore, il y aura de l'achat pour les manquantes. Sans oublier que l'on doit refaire la serre et donc, investir dans la bâche.

Je suis une grande consommatrice de radis et de concombres. Un euro par-ci, un euro par-là, ça va. Mais faites le calcul au bout de 2 mois, ça ne sera pas la même. Ma mère consomme beaucoup de persil (3 bouquets par semaine). Cette année, elle s'achète un paquet de semences et fera sa récolte tout au long de l'année. Son coût ? Le prix de seulement 2 bouquets !

Je termine cet article ici car j'ai peur qu'il devienne trop long et que je m'y perde. Je reviendrai prochainement pour vous donner quelques astuces suite à notre expérience de l'année dernière. En une année, nous avons appris pas mal de choses qui se sont, toutes vérifiées. Bien que j'en ai d'autres qui doivent encore faire leur preuve cette année. Internet regorge d'inspirations, d'astuces et de conseils.

5 commentaires :

  1. Merci pour ce partage, nous tenons aussi notre petit potager depuis deux ans, une belle expérience...

    RépondreSupprimer
  2. Un article tellement complet ! C'est sympa !

    Je suis assez d'accord sur les mises en gardes dont tu fais part !
    Un jardin perso n'est pas que détente et plaisir, c'est beaucoup de boulot et d'argent pour la mise en place et le matos mais quand on est motivé ça reste tjs un plaisir immense !

    RépondreSupprimer
  3. coucou,
    très bel article et surtout très intéressant... Par contre, il y a quelques points qui ne correspondent pas a notre courte expérience (première culture l'année passée aussi)

    en premier,de notre coté on a fait beaucoup d'économie... pendant la période Juillet à octobre, on a manger de la salade tous les jours pour quasiment pas un rond (sachet de graine de salade à 20 cts au Lidl en Allemagne - avec repiquage régulier pour étaler la récolte) - à plus d'1€ la salade au supermarché ça fait une sacré économie... idem pour les pomme de terre, on en a pas encore acheter car il nous en reste encore.. sans compter les courgette et concombre que l'on a eu en quantité et dont on a fait profiter la famille et les voisins... (dommage pour nos tomate qui on eu le mildiou et que l'on a du arraché avant meme qu'elles rougissent... on prévoira un traitement bio pour cette année ou un abri, on y réfléchi encore)

    comme j'ai un petit budget, je trac les promo et les petits prix, je n'hésite pas a aller dans des magasin tels Lidl pour l'achat de graine et surtout je récupère tous ce que je peut!!!
    par contre, cette année, j'ai dépenser un peu de sous pour acheter des graines de légumes pas communs (et encore très peu 7€ seulement)

    comme toi, j'ai revu mes objectifs de plantation, mais surtout, j'ai tenter de diversifier pour avoir l'impression de pas manger la meme chose tout le temps... tomates de toutes les couleurs et toutes tailles... 2 sortes de concombre, 3 de courgettes!!!
    sinon, tout le reste suis à 20000% d'accord avec toi!!! si avec son jardin, on consomme encore pire que ce qu'il y a dans le commerce, je vois pas l'interet

    et merci pour le lien des associations, j'ai fait un peu au pif l'année dernière, je vais regarder de plus près
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  4. @B Klein : Mes beaux-parents ont un jardin donc nous faisons en sorte de ne pas faire de doublon ou de surproduction. Ils mangent de la salade quotidiennement donc on n'a pas vu l'utilité d'en mettre. Idem pour les pommes de terre, les blettes et les carottes. Mais cette année, j'ai privilégié l'originalité, du coup, je me lance dans un plus grand jardin. J'ai acheté pour 60€ de graines (une partie a servi à mon premier troc) afin d'avoir un grand choix de légumes que l'on a pas l'habitude de trouver/manger (tomates cerises aux couleurs bizarres, des carottes violettes, etc...). J'ai de quoi faire durant plusieurs années (d'autant que je compte récupérer mes propres graines). Sans oublier les herbes aromatiques (ce sont des achats que je n'aurai pas à refaire les années prochaines). Cette année, le jardin nous a également coûté "cher" car nous avons investi dans une seconde serre et acheté une bâche pour la première. Sans oublier les tuteurs à tomates (que nous avions en bois peint l'année dernière, aaarg !). Bref, cette année fut un gros investissement et vu qu'on a agrandi le jardin, les récoltes devraient de quoi nous faire tenir jusqu'au printemps prochain ^^ (et franchement, fais un petit abri pour les tomates. Tout le monde le fait. L'année dernière, on a mis zéro produit dessus et elles ont très bien donné ;) ).

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cet article! On va surement faire notre premier jardin cette année et tous ces conseils vont m’être bien utile!

    RépondreSupprimer