Le sport me rend de nouveau heureuse

jeudi 4 septembre 2014 Ingrid | Mémorables oublis 5 Comments


C'est le gros changement survenu durant les vacances de Monsieur : je me suis remise au sport. OK, ce n'est pas une révolution pour certains mais pour moi, ça veut dire beaucoup (ça veut dire que je suis libre ♪) (je sors).

Bref, petit topo pour les retardataires : en avril 2013, j'ai arrêté brutalement le sport après m'être mise à la course à pied depuis un peu plus d'un an. Ce jour-là, j'ai préféré battre un record de distance plutôt que d'écouter mon corps. Alors oui, j'ai atteint les 8km (que j'aurais fait en plusieurs fois parce que je n'ai jamais réussi à vraiment courir sans m'arrêter) mais j'ai surtout gagné une belle douleur à la hanche. Pas grave, demain je serai au repos et ça ira mieux. Sauf que le soir-même, je boitais. Je peinais à prendre les escaliers. J'avais mal. Verdict quelques jours plus tard : tendinite du moyen-fessier. Su-per.

Voyant au bout de quelques semaines que ça partait avec beaucoup de mal, je me suis dit que venant l'été, j'allais me mettre au vélo. Et vlan ! Tendinite du poignet gauche (oui, à 32 ans, je pars déjà en copeaux).

Si vous êtes fidèles au blog, vous êtes au courant que je me suis pas mal plains durant ces mois de convalescence. Car le plus dur que j'ai eu à accepter, ce n'est pas la flemme de faire du sport mais l'impossibilité ! Car l'envie et la motivation étaient bien présentes. Pas mon corps. Résultat : j'ai baissé les bras et j'ai repris 12kg et des centimètres partout.

Au printemps dernier, la douleur à la hanche avait fait place à une légère gêne. Et à une question qui me torturait l'esprit : Et si je tente une séance et que je me refais mal ? Je suis certaine à 99% que je vais très très mal le vivre car ça voudra dire, tirer une trait définitif sur le sport, les kilos en moins et l'amour de moi (bah oui, j'fais partie de cette catégorie de personnes qui s'aiment sans kilos en trop).

Du coup, j'avais le cul entre deux chaises : tenter ou pas ?

Ne me demandez pas pourquoi mais j'ai attendu les vacances de Monsieur pour finalement tenter (comme ça, si c'est un échec, je lui pourrissais ses vacances avec la météo merdique en plus).

Je me souviens avoir mis une plomb à sortir mes chaussures (et les dépoussiérer). J'étais vraiment indécise jusqu'à la dernière seconde. J'ai ouvert l'appli Nike+ qui ne l'avait pas été depuis 72 semaines. J'ai mis à jour les paramètres (enfin, surtout mon poids actuel, aïe, aïe, aïe) et je file en forêt avec mon porteur de gourde d'amour (Monsieur quoi).

J'suis pas folle, j'ai choisi un itinéraire où le début se passe un peu en pente. Les premiers mètres allaient être capitaux. J'ai arrêté au bout de 500m, complètement essoufflée, trempée et rouge. Et j'ai retenu mes larmes. Putain, je ne sens pas ma hanche ! Aucune douleur. Juste une légère gêne dans le mollet qui n'a rien à voir avec ma convalescence passée. Je ne me suis pas enflammée pour autant. J'ai attendu le sur-lendemain pour retenter une sortie running. Et elle sera identique à la première : ma douleur à la hanche s'est envolée. Joie !

Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, j'ai récupéré l'home trainer de Papa. J'y ai mis mon VTC et le tout est installé dans le chalet des beaux-parents. On y a mis une petite télé et on a investit dans un lecteur premier prix afin de pouvoir me faire des séances de vélo devant un film sans subir la monotonie du vélo d'appartement. Ainsi, je peux rouler par tous les temps, l'home trainer possède des niveaux de résistance et je ne suis pas obligée de tenir sans cesse le guidon (bah oui, avec mon poignet en carton).

A ce jour, je n'ai toujours pas perdu un gramme et je n'arrive toujours pas à courir 1km sans m'arrêter. Mais le vélo m'aide beaucoup. Je fais des séances assez soutenues (de 16km/h, je tiens maintenant 20km/h sans essoufflement ni courbatures). Et au bout d'une semaine, ça s'est bien ressenti dans ma séance de jogging même si ma douleur à la hanche a tendance à réapparaître... Mes jambes sont moins lourdes, mes trajets sont un peu plus longs (au lieu de m'arrêter au bout de 200m, je tiens 600m). Dérisoire, ridicule.

Ce n'est que le début, je le sais. Je vais vite retrouver mon rythme d'il y a 2 ans. Et même en mieux puisqu'en plus, j'ai le vélo et je tiens un journal de calories. Je n'ai donc plus d'excuses. Et promis, je ne referais pas la même erreur : maintenant, j'écoute mon corps !

Ca ne fait que deux semaines que j'ai repris le sport et vous n'imaginez pas combien ça fait du bien au moral.

5 commentaires :

  1. J'ai repris aussi le footing avec mon récent arrêt du tabac (fin juillet) et ça fait un bien fou!
    J'ai remarqué par contre que je cours beaucoup mieux tôt le matin que le soir.
    J'aimerais bien pouvoir faire un semi marathon dans un peu moins d'un an... :)
    Si je peux me permettre tu devrais peu être en parler avec ton médecin car il n'est pas indiqué de faire de la course à pied quand on a une surcharge pondérale. Mais je ne sais pas quelles sont "les limites"... Un ami qui avait une vingtaine de kilos en trop, son médecin lui a dit d'arrêter car ses problèmes d'articulation et autres douleurs étaient dues à son surpoids allié à la course à pied. Il a perdu ses kilos en faisant d'autres sports et depuis il court sans les soucis d'avant.

    Je ne sais pas à quelle fréquence tu cours mais au moins dans les débuts ne pas courir + de deux fois par semaine et laisser au moins 48h d'intervalle entre deux séances...

    Bon courage! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Yannick : Félicitations pour l'arrêt du tabac ! Chose pas facile ! Tu dois le ressentir sur le sport et ton souffle surtout ! Quant à moi, je cours vraiment comme une mauviette. Je tiens maintenant 1km au début et ensuite, c'est tous les 500m. Je ne me concentre pas assez sur mon souffle. Par contre, je sens que mes jambes me portent mieux grâce à au vélo. Mais je ne me force pas pour autant...

    Mon surpoids n'est pas un problème d'après avis médicaux. Je ferais 10kg de plus, là on m'aurait déconseillé la course à pied. En fait, ma douleur à la hanche (je ne l'ai jamais dit sur le blog car je m'en suis beaucoup voulue) c'est que j'ai zappé les étirements à l'arrivée et j'ai de suite croisé les jambes en m'asseyant... Hem hem ^^"

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    C'est vrai qu'il est difficile parfois de respecter ses limites, on a souvent envie de faire plus, je voulais tenter 10km en course à pieds cet été mais mes articulations ne sont pas d'accord, pour le vélo ce sont les descentes qui me posent problèmes, je suis crispée du coup j'ai parfois une douleur au coude qui apparaît mais qui repart ensuite... donc j'alterne piscine, vélo, course à pieds, petite marche en famille...
    Pour le vélo avez vous déjà tenté de changer de guidon ? j'avais aussi tendance à avoir mal aux poignets passé une heure avec mon ancien guidon droit, avec le guidon de course ça va beaucoup mieux.

    Bonne reprise du sport !

    RépondreSupprimer
  4. Je te comprends trop bien : j'ai une sorte de cruralgie/sciatque du côté droit avec l'impression que ma hanche est coincée quelque part. Je me suis fait mal en courant, sur du bitume, pas l'habitude. J'avais repris la zumba car j'adore danser et c'était mon exutoire physique de la semaine mais j'ai du arrêter car j'avais mal à chaque fois (et depuis ça s'est calmé). Du coup j'aimerais bien avoir aussi un trainer pour faire du cardio (et regarder une série par la même occasion) mais mon problème c'est où le ranger une fois que j'ai fini...

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui effectivement, s'étirer est très important! Même si souvent j'avoue qu'on a plutôt envie de se vautrer dans le canapé! ;)

    Je ne sais pas combien de temps tu cours, mais quand tu arriveras à courrir entre 30/45min sans t'arrêter tu ressentiras l'effet bénéfique des endorphines... Y'a vraiment que dans la course à pied que perso je ressens pleinement le sentiment de plénitude que procure les endorphines après l'effort! ;)

    RépondreSupprimer