Se plaindre tout le temps

lundi 13 octobre 2014 Ingrid | Mémorables oublis 1 Comments

Bon, je ne vous l'apprends pas. Personne n'est parfait et le bonheur total n'existe pas.

Je suis heureuse avec Fred. Mais pas avec moi. J'ai de jolies valeurs (je pense) mais aussi quelques défauts.

Il m'arrive donc parfois de me plaindre. Comme tout le monde, non ? Lorsque je me réveille avec une météo pluvieuse, que je n'arrive pas à maigrir, qu'il n'y a rien à la télé etc... Mais je n'en fais pas profiter tout le monde. Je me plains surtout de l'intérieur à vrai dire.

Or, ce n'est pas le cas pour tout le monde. Et qu'est-ce que ça peut m'irriter les gens qui se plaignent continuellement et pour des conneries qui plus est !

Les gens qui se plaignent de ne pas pouvoir étendre leur linge parce qu'il pleut. Mais bizarrement, en hiver, ils s'en accommodent très bien. Ce n'est pas en nous saoulant de complaintes que l'été va débarquer en 2min ! Et puis y a ceux qui se plaignent d'être gros mais qui ne font absolument rien pour changer. Tu sais, ceux qui se plaignent de leurs bourrelets tout en continuant à se goinfrer de pâtisseries (véridique !). T'as aussi ceux qui se plaignent de la voiture qui n'avance pas, du vernis écaillé sur l'index gauche, du pain trop cuit, des personnes du même sexe qui s'aiment, de la lunette de WC pas baissée, de l'accident provoqué car ils ont bu, tout comme ceux qui gueulent après les flics qui n'ont pas le droit de faire leur travail car certains se donnent le droit d'appliquer leur propre code de la route, de l'attente à la station essence, de la robe indisponible sur le net, de la paire de chaussures qui n'est pas à notre taille, des caisses fermées au supermarché, du métro qu'on vient de rater, de la trace d'eau que le verre laisse sur la table, de ceux qui râlent de ne pas avoir un rond mais qui te pondent une équipe de foot etc... (Oui, j'arrête là sinon je risque de battre le record de l'article le plus long de l'histoire de la blogosphère, voire d'Internet).

Et puis, tu as ceux qui se plaignent car leur séance de chimio est fatigante, ceux qui rament financièrement malgré leurs efforts pour s'en sortir, les personnes en fauteuil roulant qui se sentent abandonnés par manque d'infrastructures, les aller/retour à l'hôpital pour être auprès de son enfant malade, celles qui se voient charcuter leur part de féminité à cause de ce putain de cancer du sein, ceux qui perdent un voire plusieurs proches dans un accident, de ces couples qui luttent pour devenir parents mais que la nature les en empêche etc...

Donc les grincheux à deux balles, avant de râler, mettez-vous à la place de ceux qui ont vraiment de quoi se plaindre mais qui ont l'intelligence ou plutôt, la force de ne pas le faire subir aux autres et surtout, qui malgré les merdes qui traversent leur vie, ne les empêchent pas de vivre. Et avec le sourire...

1 commentaire :

  1. Tellement d'accord avec ce que tu as marqué dans ton article, c'est sûr qu'il m'est arrivé de me plaindre pour tout et n'importe quoi comme tout le monde, mais depuis "tusaisquoi" j'ai appris à relativiser. :)
    Je me dis : "Ça sert à quoi de se plaindre.., de toute façon ça changera RIEN".
    Bisous, Passes une bonne semaine !

    RépondreSupprimer