Suis-je une bonne amie ?

samedi 27 décembre 2014 Ingrid | Mémorables oublis 2 Comments


Quelle bonne question... Mais quelle triste réponse : non.

Je ne pense pas être une bonne amie. Et ce n'est pas le fait que je me dévalorise tout le temps. J'ai les qualités pour l'être mais j'ai aussi un comportement qui fait que l'amitié, n'est pas (plus ?) mon fort.

J'ai cette malheureuse manie de toujours me rappeler du passé. Des trahisons, des mensonges, des silences, des absences. J'en souffrais beaucoup à chaque fois. Et au fil du temps et des déceptions, j'ai fini par me construire une carapace qu'une tortue envierait à mort !

Je suis extrêmement prudente en amitié. Même à travers un écran d'ordinateur, je reste froide et distante (Virginie, tu ne me contrediras pas). Je me protège. Car on dit toujours qu'à force de mésaventures, on se relève plus forte mais c'est de la foutaise. Je suis un grand coeur sur pattes. Très naïve et parfois influençable. Et de ça, on en a pas mal joué. Mais j'arrive tout de même à travailler sur moi-même. Et les autres. Car bon, mettre tout le monde dans le même sac est une bien belle erreur.

Pour preuve, j'ai ma Best. Aujourd'hui, cela fait 6 ans qu'elle est dans ma vie. Six ans d'une belle amitié sans aucun soupçon, aucune trahison. Peut-être que la distance joue là-dessus. Parfois, j'ai envie de croire qu'elle serait encore plus belle si nous vivions au même endroit. Et d'autres moments, je me dis que de trop se voir pourrait ternir à l'amitié que l'on sait garder et embellir au fil des années sans ombre au tableau.

Six ans que je vis une belle histoire d'amitié à distance. Bien sûr que je vis parfois mal ces 450km qui nous séparent. Et histoire de ne pas arranger les choses : je n'aime pas le téléphone. Elle, elle adore ça. Disons que c'est plus pratique que les mails (puis les mails, je trouve cela impersonnel). Du coup, on se donne pas beaucoup de nouvelles. On n'est pas le genre de nanas cul et chemise à se parler tous les jours. Et faut dire que ça ne me déplaît pas. En même temps, je n'ai rien d'intéressant à raconter et puis, j'ai peur de saouler. Donc je préfère écouter.

Voilà, je suis d'une bonne écoute. Et parfois de bons conseils. Je n'aime pas m'ouvrir aux autres mais j'aime les écouter. Pas par pitié. Pas pour me dire qu'il y a pire que moi. Juste parce que je me sens utile.

Je ne suis pas une bonne amie car je ne sais pas profiter. J'ai toujours ces barrières qui m'empêchent de m'ouvrir à elle. Et même si les années passent, même si mes silences sont nombreux, même si la peur de souffrir est toujours aussi présente, elle est toujours là. Et j'ai envie de croire que non, je ne suis pas si nulle comme amie...

Un bon anniversaire d'amitié mon Poussin ♥

2 commentaires :

  1. Je trouve ton message très touchant. De toute façon, QUI pourrait se prétendre, se penser "bonne amie" ? Je crois bien que ce n'est pas à nous d'en juger, et chacun a sa propre définition de ce qu'est un bon ami. L'essentiel : que l'autre sache que l'on est là, tout simplement. Je te souhaite une très belle fin d'année, Ingrid ! Des bisous ! Angie

    RépondreSupprimer
  2. Oh comme je me reconnais ! Je n'emploie même plus le terme "amie", sauf pour d'éventuelles présentations (voici Machine, une amie...). Je préfère dire que j'ai des copines, ça me semble plus près de la réalité ou en tout cas, de ce que j'en perçois ou ai pu en percevoir.

    J'avoue qu'après les déceptions, je n'ai plus envie de m'investir dans une relation amicale et j'ai tendance à trouver très exagérées les grandes démonstrations écrites (ou orales), du genre "je t'embrasse très très fort ma chérie". Allons, STOP ! Un peu de mesure et d'honnêteté...

    RépondreSupprimer