Quand on aime quelqu'un, on le retient

dimanche 25 janvier 2015 Ingrid | Mémorables oublis 5 Comments


La sécurité routière a fait son travail de fin d'années en diffusant plus que d'habitude, des spots de prévention sur les dangers de l'alcool au volant.

Et j'avoue avoir souri en les voyant/entendant. Comme s'il était si facile de retenir quelqu'un qui insiste pour prendre la voiture alors qu'il en tient une bonne. Et c'est tellement facile de nous faire culpabiliser avec ces spots de prévention si nous ne sommes pas arrivés à éviter la catastrophe.

Je vais prendre pour exemple l'ancien pote de Fred avec qui nous avons coupé les ponts il y a 2 ans (rappelez-vous, celui qui faisait tout pour m'avoir/me sauter).

Il a déjà eu des accidents, il a connu des potes/connaissances accidentés et parfois tués sur la route à cause, principalement, de l'alcool. Est-ce que ça l'a fait réfléchir ? Absolument pas ! Il a continué ses conneries.

Au début où je l'ai connu, je voyais d'un très mauvais œil qu'il reprenne la route dans cet état. Les autres pensaient pareil que moi mais s'étaient résignés depuis bien longtemps à le raisonner (et certains n'étaient pas mieux que lui, avouons-le).

Du coup, lorsqu'il venait manger à la maison, j'insistais pour qu'il vienne à pied (il habite à à peine un kilomètre) mais la paresse prenait le pas sur la raison. Combien de fois j'ai tenté de lui faire ouvrir les yeux sur les risques qu'il prenait. Car il peut s'en passer des choses sur un kilomètre. Accident corporel ou matériel, sur lui, sur quelqu'un, sur sa voiture, sur celle d'un autre. Combien de fois, comme dans le spot de la prévention routière, j'ai tenté de lui prendre ses clés de voiture. Et je n'ai vraiment pas insisté car il l'avait mauvaise. Combien de fois j'ai essayé de lui faire comprendre que s'il se passait quelque chose sur le trajet du retour, je m'en voudrais beaucoup de ne pas avoir su trouver les mots et les gestes pour le garder ! Et je ne vous raconte pas lors des fins de soirées où je lui proposais de dormir ici en attendant qu'il aille mieux...

J'ai tout fait, même Fred. Il n'a jamais rien voulu entendre. J'ai fini par me décharger de toute responsabilité morale s'il lui arrivait quelque chose ou à d'autres (car je crois bien qu'aux yeux de la justice, on peut être tenu responsable, non ?). Car ils sont bien beau avec leur spot joliment mis en scène mais la réalité est toute autre.

Tout le monde ne réagit pas de la même manière. Avec ou sans alcool. Ce pote, il se foutait clairement de ce qui pouvait lui arriver. Il préférait pleurer sur son sort après la catastrophe. Si on tentait de le raisonner, il s'emportait. Lui prendre ses clés et il devenait mauvais.

La culpabilité est forte pour la personne qui laisse repartir. Mais lui coller la responsabilité des conséquences, je trouve cela facile. Et injuste. Je trouve cela un peu dégueulasse qu'on tente de nous rejeter la faute avec ce slogan "quand on aime quelqu'un, on le retient". Bien sûr que lorsqu'on tient à quelqu'un, on ne va pas le laisser se jeter dans la gueule du loup !

Les inconscients ne sont pas les personnes que la sécurité routière veut nous faire croire. Les personnes que l'on souhaite viser, doivent être celles qui ont des choses à se reprocher. A commencer par celles qui ne prennent pas leur responsabilité en buvant et surtout, en prenant ensuite le volant. Quant à retenir la personne si on tient à elle, c'est très facile d'en faire un slogan. Faire culpabiliser celle qui n'a pas su retenir l'autre, c'est facile également.

Messieurs Dames de la sécurité routière, vous vous trompez de coupable.

5 commentaires :

  1. Ils se trompent de coupable, ils se trompent de cible. Tu as tout à fait raison dans ton analyse et je soutiens ta parole par ce commentaire. Les personnes à sensibiliser sont celles qui sont prêtes à partir au volant alors qu'elles ont bu. Que la responsabilité revienne aux responsables !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d'accord avec toi. Ce slogan est un peu maladroit, l'unique responsable c'est la personne qui conduit mais qui boit quand même plus qu'il ne devrait.

    RépondreSupprimer
  3. en voyant ces spots je me suis fais les memes reflexions que toi... les coupables sont les pourritures egoistes qui prennent le volant bourrées. Parce que, franchement, qu'il leur arrive un truc à eux ou leur voiture, c'est une chose, mais ce sont les personnes qu'ils entrainent le probleme! leur famille dans la voiture, une famille dans la voiture d'en face, etc...je suis quelqu un qui roule de nuit, avec des enfants en bas age c'est plus facile, et j'ai toujours la trouille de croiser ce genre d'egoiste..

    RépondreSupprimer
  4. Je suis tout à fait d'accord avec toi ! combien de fois j'ai trouvé ces spots hyper culpabilisants, et pas du tout faciles à mettre en oeuvre dans la "vraie vie" !!

    RépondreSupprimer
  5. Je te remercie pour ton article. J'ai un oral d'anglais à faire demain, et j'ai décidé de parler des nouvelles mesures prises par la sécurité routière. J'ai cité ton article de nombreuses fois (pas toujours facile de traduire! ^^) pour proposer ensuite un débat à ma classe : "Les campagnes de prévention doivent-elle nécessairement choquer pour être efficace? Et selon à vous à qui appartient la faute (en parlant du spot au slogan : "quand on aime quelqu'un,on le retient") ?
    Personnellement, je suis assez d'accord avec toi!

    RépondreSupprimer