Quand un blog d'humeur réduit ta vie sociale

dimanche 8 février 2015 Ingrid | Mémorables oublis 3 Comments


J'ai toujours eu des blogs d'humeur, ces blogs où je raconte ma vie (pas tout, malgré ce que certains peuvent croire). Je parlais de tout et de rien, de ce qui pouvait me faire sourire comme m'énerver. Je n'ai jamais suivi de ligne éditoriale. Par un temps, j'avais songé à me centrer sur ma vie avec un Alzheimerien mais il m'était inconcevable que sa famille prenne de ses nouvelles en venant feugner mon blog plutôt que de composer le numéro de téléphone ou sonner à la porte. Je me suis donc ravisée. Un blog de beauté ou de mode ne me correspondait pas du tout. Et puis, j'ai toujours eu besoin d'écrire. De mettre noir sur blanc ce que je pensais, vivais. J'essaye tout de même de diversifier. Je ne suis pas le centre du monde et même si c'est mon espace personnel, je ne souhaite pas parler que de moi. Alors je parle cuisine (gros flop, pourtant je reçois que des éloges de mes proches). Je parle peu de bestioles (je le fais déjà que trop bien en photo sur Instagram). Le sport, j'en parle de façon irrégulière, suivant ma motivation. Bientôt, il sera l'heure de parler jardin mais je ne souhaite vraiment pas que ce blog se retrouve référencé dans la catégorie "Potager".

Alors je tiens un blog dit, d'humeurs. Depuis de très nombreuses années. Mais c'est la première fois que je tiens aussi longtemps avec le même nom (et la même plateforme). Je l'aime d'amour ce blog. Il a des archives qui me sont précieuses... C'est pourquoi, même si je lance parfois l'idée de le fermer, je me rappelle rapidement du bien qu'il a pu m'apporter. Car un blog, c'est beaucoup de partages. Du soutien, des anecdotes, des remerciements, des pleurs, des rires.

Alors forcément, des liens peuvent se créer au fil du temps, au fil des lectures et des commentaires. Mais force est de constater que je ne fais rien pour entretenir ces liens qui se tissent. Oui, je l'avoue, je ferme les portes qui s'ouvrent à moi, à travers ce blog. Pour deux raisons principalement. La première : la peur de m'attacher. Vous n'êtes pas sans savoir que les déceptions amicales (entre autre), j'ai assez donné dans le passé et je fais tout pour ne pas retomber là-dedans. Quant à la seconde, c'est simple : je ne sais pas quoi dire en dehors du blog. J'ai l'impression de radoter, répéter ce que vous avez pu lire sur Mémorables Oublis.

Un blog d'humeur, à partir du moment où l'on décide de parler de tout et de rien, on finit par ne pas savoir raconter en dehors. Je tourne en rond. Si je farfouille, je rentre dans le trop personnel. Alors je laisse vos mails sans réponse... Parfois je me fais violence pour vous répondre mais que vais-je donc bien dire de plus que ce que j'ai déjà écris ici ?

Dois-je fermer ce blog pour avoir des conversations par mail/courrier avec les 2/3 personnes qui n'ont pas reçu de réponse à leur petits mots ? Je pense à Angélique et Charlène qui en attendent depuis septembre. L'envie ne manque pas, juste le contenu...

Alors ne m'en voulez pas si vous restez sans réponse. Ne m'en voulez pas si je suis froide, distante et que je parais j'm'enfoutiste. Et ça s'adresse à tout le monde. Je renvois cette image qui n'est pas fidèle à ce que je suis. Si j'arrête d'écrire ici, j'aurais plein de choses à vous raconter. Or, sans mon blog, je serais quelque peu perdue mais surtout, beaucoup triste...

3 commentaires :

  1. Tu te dévoile peut-être un peu sur ton blog, tu parle de choses personnelles, etc mais je pense qu'en dehors de lui (et selon les personnes surement) tu dois montrer un peu plus de toi, tes sentiments. Ok tu ne te mets pas à nu, par peur de l'échec (et c'est dommage pour moi lol) mais tu laisse quelques bribes qui mine de rien laisse une porte ouverte ♥

    RépondreSupprimer
  2. J'adore te lire, parce que ce sont des choses que j'aurais pu mettre par écrit aussi ... Et quand on a vécu des choses similaires on comprend cette distance dont tu parles.

    RépondreSupprimer
  3. je tiens aussi un blog d'humeur mais je ne ressens pas cet enfermement, au contraire finalement je me nourrie des échanges extérieurs pour écrire !...

    RépondreSupprimer