S'attacher à un poisson

jeudi 12 mars 2015 Ingrid | Mémorables oublis 3 Comments

A l'automne dernier, lorsque j'ai lancé l'idée d'avoir un petit aquarium dans notre chambre, mon choix de poisson était déjà fait : ce serait un combattant. Alors même que je n'y connais rien en aquariophilie. Je me suis longtemps documentée afin d'arrêter définitivement mon choix sur ce poisson solitaire.

Et pourquoi ce poisson ? Parce que je le trouve beau. Rien que ça.

Croustibat a débarqué fin novembre dans son joli aquarium de 20L. J'ai bichonné ce dernier afin que Crousti y soit accueilli de manière optimale. Bah oui, vous faites pareil avec un chien/chat, non ? On achète les gamelles, le panier et les jouets. Alors à défaut d'y mettre des baballes et des nonosses à ronger dans l'eau, j'ai fait un aquarium très simpliste, qui corresponde aux critères suggérés pour que l'accueil d'un combattant soit optimal (on ne met pas n'importe quelles plantes ni même cailloux, on réduit au maximum les décos voir carrément les supprimer).

Crousti, pour les intimes, s'est vite fait à son aquarium. M'enfin, c'est ce que je me dis maintenant car les premiers jours, voire semaines, son comportement m'inquiétait.

Il est dit qu'un combattant est un poisson très calme, qui bouge peu. Ce fut tout le contraire ! Des va-et-vient sans cesse dans son aquarium. Il était tout le temps agité. Au début, j'ai mis ça sur le temps d'adaptation à son nouvel environnement (passer d'une verrine de confiture à un aquarium rectangulaire de 20L, tu m'étonnes qu'il y a de quoi être chamboulé !). Mais les jours, les semaines passaient et rien ne changeait. J'ai vraiment fini par m'inquiéter et les forums ne m'aidaient guère... Je suis même retournée voir le vendeur puis consulter un second pour en arriver au même constat : il est tout simplement heureux.

Ah.

J'ai donc un combattant hyper actif (regarder des poissons, ça apaise. Bah moi, il me stresse). Qui, à défaut de faire des bulles de bonheur et des parades devant un miroir (flop complet), se promène dans les moindres recoins de son habitat, comme si c'était à chaque fois, tout nouveau.

Est venue ensuite, pour ne pas dire en même temps, la culpabilité de le voir seul dans ce grand espace. Bah oui, un poisson qui se retrouve dans un "grand" aquarium sans aucune autre vie hormis la sienne (et celle des plantes), c'est quelque peu déprimant. Bien entendu qu'il ne faut surtout pas mettre d'autres poissons avec un combattant mais tu te dis que quand même, pauvre poisson, ce n'est pas une vie. J'en suis même venue à me dire qu'il aurait mieux valu que je prenne une autre variété de poissons (comme des néons) que l'on peut mettre à plusieurs (et qui prolifèrent au taquet).

Mais même si parfois, ça me fend le coeur de le voir seul, à se promener dans son aquarium vide, j'y vois le bon côté. Tu t'attaches facilement à un combattant. Forcément, y a que lui. Tandis que des dizaines de mini-poissons, impossible de t'y attacher. Ok, y en a un qui meurt, ça fait chier. Tu l'enlèves de l'aquarium, tu le jettes et la vie suit son cours. Mais là, Crousti, j'ai fini par avoir un lien avec lui. Et franchement, je faisais partie de ces personnes qui disaient qu'un poisson, tu ne peux pas t'y attacher. Y a pas de contact, de papouilles, de ronrons etc...

Comme quoi, les cons et les avis, tout ça tout ça...

C'est moi qui m'occupe de Crousti. A chaque repas, je lui apprends à sauter pour attraper sa nature, collée au bout de mon doigt. Un jeu d'enfants. Il me suit dans mes moindres faits et gestes. En temps normal, il bouge beaucoup mais lorsqu'il me reconnait, c'est pire ! On a testé avec Fred, Crousti s'en fout un peu. Bah ouais, c'est pas lui qui lui donne son miam miam (pas con l'poisson). Au début qu'on l'a eu, je craignais le moment de nettoyer son aquarium car sur les forums, beaucoup disaient que c'est un vrai parcours (du combattant) (oui, j'ai osé) pour l'attraper. Ils bataillaient durant de longues minutes (20/30min pour certains). Alors quand je vois que Crousti est très actif, je m'attendais au pire. Au final, ce poisson est tellement curieux qu'il se jette presque de lui-même dans son petit bocal. Enfantin, j'vous dis...

Du coup, pour les photos, on repassera. Il est vraiment chiant. J'ai du mal à le suivre. Sachant qu'il faut limite me coller à la vitre pour réduire les reflets. Bref, la photo qui illustre cet article doit être la plus potable sur une vingtaine (prise avec l'iPhone). Mais c'était sans compter sur le trépied même si, là encore, ce n'est pas vraiment facile puisque Crousti voit du mouvement et je n'ai pas le choix que de suivre ses va-et-vient et ça, ça l'intrigue.





Et, pour en revenir au titre, figurez-vous que je me suis vite attachée à cette petite bestiole bleue. En même temps, y a que lui. Mais il est tellement curieux, joueur, hyper social (paradoxal, je sais), qu'on ne peut pas le laisser dans l'indifférence. Mon malaise de le voir vivre seul est parti. J'ai également arrêté de guetter, avec une certaine obsession, ses nageoires en quête d'un début de pourriture, pour expliquer son état très actif. Je me suis tout bonnement ancrée dans l'esprit qu'il est heureux, qu'il est en bonne santé et qu'il vit bien.

Et j'y ai déjà pensé mais lorsqu'il partira, ça me fera un déchirement au coeur. Pas autant qu'un chat ou un chien mais je ne serai pas insensible.

Donc oui, on peut s'attacher à un poisson. Un animal comme un autre en somme...

Article écrit fin février. Mais pour ceux et celles qui ne me suivent pas sur Instagram, je dois vous apprendre que depuis le 03 mars, Crousti a un nouveau pote. On a fait le test avec un poisson de l'aquarium des beaux-parents. Résultat : Crousti s'en fout comme de l'an 40.

Et depuis quelques jours, je subissais une grosse montée de nitrates. Je me suis rendue dans un magasin animalier (chez celui où le vendeur m'a vendu Crousti et qui est de bons conseils). Il m'a vendu le produit adéquat et, je suis repartie avec Polti. Depuis ce jour, chacun fait sa vie dans l'aquarium. Polti nettoie, Crousti se promène. Mais attention, je précise qu'un combattant qui vit avec un autre poisson (surtout pas un autre combattant), ça reste exceptionnel ! Normalement, c'est impossible mais il faut croire que j'ai un combattant dont le caractère sort de l'ordinaire. Ce n'est pas parce que ça fonctionne bien chez moi que ça le sera de même chez les autres.

Bon, et pourquoi Polti (qui est devenu Popoll entre-temps) ?

Nous avons mis dans l'aquarium des beaux-parents, un ancistrus et un rinéloricaria. Ils sont connus tous les deux comme des lave-vitre. Alors je les ai appelé Bouffe-tout et Karcher. Et Polti, qui est un ancistrus, a hérité du prénom de la célèbre marque de karcher (Sluuurp étant plus fun mais beaucoup moins facile à prononcer).

Voilà, voilà.

3 commentaires :

  1. Moi je les trouve très belles, tes photos !
    C'est vrai que ça me semble étrange de s'attacher à un poisson mais pourquoi pas ! J'ignorais qu'ils pouvaient être si intelligents et qu'ils reconnaissaient les gens !
    Tu n'avais pas un chien avant ? Je lisais ton blog il y a quelques années, avant une looooongue pause hors de la blogosphère

    RépondreSupprimer
  2. Et oui, on peut même s'attacher à des phasmes ;-)
    Et je suis d'accord, très belles photos ! ♥

    RépondreSupprimer
  3. Bellone : J'avais bien un chien mais suite à une rupture familiale, on ne me l'a pas rendu :(
    Rose : Alors ça, le phasme, j'adorerais en voir en vrai. Cet insecte m'intrigue et je le trouve trop chouette ^^

    Merci pour vos compliments sur mes photos ♥

    RépondreSupprimer