Ce besoin de concrétiser

dimanche 26 avril 2015 Ingrid | Mémorables oublis 6 Comments


Des années que ça occupe mes pensées. Sans en faire une obsession. Je me suis toujours dit que c'était une évidence. Qu'un jour je franchirai le cap. Car j'en ai envie. Peut-être même besoin ? J'aime les choses concrètes. Car les souvenirs, bien qu'ils soient là, finissent par devenir flous avec le temps. Et j'aime avoir quelque chose pour garder certains de mes souvenirs intacts. Mais c'est bien plus qu'un souvenir. J'ai ce besoin de l'avoir auprès de moi. Sur moi. De le voir chaque jour. Pour me rappeler. Ne pas oublier. Qu'à sa vue, les bons moments refassent surface. C'est entre autre pour ça que depuis une quinzaine d'années, j'y pense. Sans sauter le pas. Car je n'ai jamais cherché à approfondir mon envie. Et puis, depuis quelques mois, ça me titille à nouveau. Un peu plus que d'habitude. On ne peut pas dire que ça soit sur un coup de tête ou que ça finira par me passer. Quinze années que j'y pense et 8 mois pour confirmer ma décision. C'est donc mûrement réfléchi. Il ne me reste plus qu'à attendre le bon moment pour me lancer. Car j'en ai vraiment envie. C'est une certitude. J'espère même que cette première fois ne sera pas la dernière...

Je suis de plus en plus motivée à me faire tatouer. C'est quelque chose que je traîne avec moi depuis le début des années 2000. Je ne l'ai jamais fait car la peur de l'aiguille et de la douleur m'empêchait de concrétiser. Et surtout, je me suis longtemps mis en tête que de toute façon, un tatouage, c'est juste pour les beaux corps (et pourtant, je n'ai jamais jugé le corps où se trouvait le tatouage donc mon raisonnement est tout bonnement ridicule). Et puis, y en a qui vont chez le coiffeur pour commencer une nouvelle vie après une rupture. Et moi, depuis que ma mère et son fils m'ont jeté à la rue, j'ai une envie de plus en plus imposante de sauter le pas.

Je me suis toujours dit que le jour où je me ferai tatouer, ce sera quelque chose de petit et discret. Puis au fil des années, ça a finit par devenir une évidence. Ce sera des dates. Car elles me parlent. Parce qu'elles sont importantes pour moi. Et que quoi qu'il puisse arriver, je ne les regretterai jamais.

Il y aura la date de naissance de mon grand-père. Que je surnommais Tonton afin de le différencier de mes véritables grands-pères. Il fut un homme très important dans ma jeune vie. Sa perte ne sera jamais comblée depuis son décès en 92. Et je sais que de voir sa date tatouée sur mon corps me fera sourire à chaque fois. Certes, je n'ai pas besoin d'un tatouage mais je ne sais comment l'expliquer. L'avoir dans la peau, ce serait une preuve, une certitude, un soulagement de ne jamais l'oublier.

La seconde date sera la date de naissance de mon papa. Car même s'il n'a pas été un papa parfait (très introverti, pudique, avare de paroles), il reste mon papa. Et je regrette qu'il ait fallu les récents événements pour ouvrir les yeux que je me suis trompée durant toutes ces années sur le pilier contre lequel je m'appuyais.

Quant à la troisième date, ce sera celle de ma rencontre avec Fred. Car peu importe ce qui peut arriver par la suite. Il peut m'abandonner comme une merde, me tromper ou je ne sais quelle autre crasse, je ne pourrai pas regretter ces 4 premières années passées à ses côtés. Ce 23 novembre 2010 est très important car il a changé ma vie. D'ailleurs, je ne comprends pas ceux qui effacent un tatouage qui représente leur ex. Un tatouage, c'est pour traverser les années, dans les bons comme les mauvais moments. Je ne conçois pas que l'on puisse supprimer une date ou un prénom sous prétexte que l'on n'est plus avec la personne. On ne peut ni oublier ni changer le passé. Un tatouage se doit de rester. Ce n'est que mon avis, bien entendu. Et donc, même si un jour, je n'étais plus en couple avec Fred, je ne me vois pas faire retirer cette date car elle aura compté dans le passé peu importe l'aboutissement. Et si le prochain n'est pas content, il pourra aller s'faire voir.

Ces dates réunies, je sais où je les mettrai. Et chochotte comme je suis, il a fallu que je choisisse une partie sensible : le poignet. Comment je les écrirai ? En chiffres romains ? Arabes ? Je suis encore indécise sur le sujet (la chochotte dirait en arabes. Y a moins à tatouer :D). Et lorsque je serai décidée, j'attendrai d'avoir les moyens financiers de concrétiser enfin ce besoin, cette envie que je traîne depuis 15 ans et qui me titille encore plus depuis quelques mois. J'espère que ce tatouage ne sera pas le dernier. J'aurai des (petites) choses à dire encore...

6 commentaires :

  1. J'avoue que moi aussi j'y pense de plus en plus, mais je sais que je n'ai pas l'argent pour me payer un bon tatoueur, et je ne trouve pas LE dessin de phénix que j'ai envie d'avoir dans la peau.
    Après pour les gens qui effacent les souvenirs de leur ex ça peut aussi venir de leur nouvelle (nouveau ?) compagne. Moi j'apprécierais moyen de voir mon copain tatoué de la date de naissance de son ex, surtout si il ne tatoue pas la mienne derrière :p

    RépondreSupprimer
  2. Le tatouage, c'est une drogue :) attention ! J'en ai deux et je pense au 3e depuis que la fin du 2e. J'ai mis un certain temps aussi avant de me décider à les faire, ça devenait obsessionnel, puis un jour hop je me suis lancée.

    Mon 1er est justement une date, celle de ma rencontre avec mon ex. Mon 1er amour. Mon 1er tatouage. Sur le poignet droit. Je ne partage plus ta vision. En couple, heureuse et amoureuse, et même lorsque j'étais malheureuse à ses côtés, je ne me voyais pas l'enlever. Même avis que toi, c'est mon histoire, mon passé. Il m'a fortement blessée, mais avec lui, j'ai grandi et j'ai vécu de beaux moments. Maintenant, quand je le regarde, cela me rappelle ses engagements non-tenus. Ces mensonges pendant des mois. Ma tristesse infinie pendant de longs mois également. Même si je ne peux l'effacer de ma mémoire, et ne le souhaite pas, car oui, j'ai évolué grâce à lui, mais je ne souhaite plus qu'il soit présent sur ma peau. C'est une décision qui a mis quelques temps à mûrir aussi...je pense le faire recouvrir, je sais plus ou moins par quoi, mais je réfléchis encore pour être sûre du dessin.

    Contrairement à ce que tu dis "si le prochain n'est pas content" ou au commentaire ci-haut, cela n'a rien à voir avec mon compagnon actuel. On a chacun notre passé, et on l'accepte mutuellement. C'est ma décision propre, comme le choix de faire ces fameux tatouages :)

    RépondreSupprimer
  3. C'est étrange j'ai cette même envie dernièrement, mais contrairement à toi je n'ai jamais voulu de tatoo... peut-être bien car mes parents m'ont toujours interdit d'en faire :-/ mais aujourd'hui j'en ai envie mais sans savoir quoi ni où... alors ça attendra :-)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai mis 10 ans à trouver mon tout premier tatouage, parce que je voulais qu'il est un symbole vraiment fort pour moi. 10 ans pour trouver le bon motif, l'emplacement, bref le tatouage parfait pour moi. C'était en octobre 2010. Mes parents sont absolument contre les tatouages (ou même piercings d'ailleurs), mais ce premier jet concrétisait aussi mon envie d'envol, de quitter le cocon familial. J'ai fait le second en décembre 2014. Je prends le temps de bien les choisir, parce que les 2 (pour le moment, je songe au 3ème) ont une signification et quand je les regarde, je sais pour quoi je les fais, pas juste pour faire joli. Alors oui, il ne faut pas avoir peur de l'aiguille, la douleur est là certes, tu auras mal (surtout au poignet, j'ai douillé pour le second, j'ai eu les grosses larmes!), mais penses à l'après.
    Par contre attention : quand on commence - et qu'on y prend goût - il est difficile de s'arrêter!

    RépondreSupprimer
  5. Je te comprends
    Je reve de me tatouer depuis des lustres
    Et la peur m'en empêche
    Quelle belle histoire que tu nous as raconté bon sang
    J'en ai eu la larme
    En tout cas, si jamais tu franchis le cap, c'est un beau cadeau que tu ferais à tonton ;)
    www.mademoisellevi.com

    RépondreSupprimer
  6. Si tu es dans les Vosges près d'Epinal, tu peux te rendre chez .clockwork-needle. Ils sont sérieux, l'hygiène c'est carré. En revanche pas d'accompagnateur avec toi ce ne sera pas accepté. Faut y aller comme une grande :)

    RépondreSupprimer