De trop

dimanche 10 mai 2015 Ingrid | Mémorables oublis 3 Comments


- Je suis trop gentille. Et c'est un bien beau mensonge de dire qu'avec le temps et les expériences, on endurcit son caractère. C'est de la connerie pure.
- Je suis trop naïve. Comme si "trop bonne trop conne" ne suffisait pas il faut que je gobe tout. Car je n'ai tellement pas ce trait de caractère à vouloir faire du mal que du coup, il m'est inenvisageable de croire qu'on puisse être méchant avec moi.
- Je suis trop impulsive. Je m'emporte très vite. Mais je me soigne. A partir du moment où la personne comprend qu'il faut me laisser me calmer pour reprendre la discussion dans de meilleures conditions, ça va mieux.
- Je suis trop complexée. Je n'aime pas mon nez qui a une bosse sur le bas. J'ai une oreille très légèrement plus basse que l'autre. J'ai un gros épi dans un sourcil. J'ai une petite bouche, des cuisses qui se touchent, des seins qui tombent. Je m'en fous de ces imperfections. Mais alors mon ventre... Mon pire ennemi que je côtoie au quotidien.
- Je suis trop défaitiste. Je vois l'échec avant même de commencer. Que ce soit dans le sport, l'amitié, le boulot. Je n'ai absolument pas confiance en moi. Et comme si cela ne suffisait pas, j'ai une image très fausse de ma personne. Je me sous-estime et me rabaisse donc beaucoup. Et ce, depuis l'enfance (merci Maman). Fort heureusement, Fred essaye un peu plus chaque jour de m'ouvrir les yeux sur la personne que je suis réellement.
- Je suis trop sensible. Je ne pleure pas pour un rien mais l'empathie peut parfois être un défaut. J'aime ce sentiment d'avoir du coeur. Et pas de pierre. Mais ça peut me jouer de vilains tours quand même.
- Je suis trop tournée vers le passé. Je peine à m'en défaire. J'y pense trop. Et ça me mine souvent le moral. Je me focalise trop sur les mauvais souvenirs et pas les bons.
- Je suis trop droite. Je dis les choses. Pas du tout dans le but de blesser. Mais j'ai appris que se taire et encaisser n'amenaient à rien de bon. Quitte à être mal perçue ensuite. Je préfère gêner par ma sincérité que d'être le dindon de la farce.
- Je suis trop soucieuse. De l'image que je pense renvoyée, fausse. De ce que les gens pensent de moi. Je ne cherche pas du tout à être appréciée de tout le monde mais je fais très attention à ce que je dis et fait. Je veux donner le moins d'occasions possibles à faire parler de moi (que ce soit en bien comme en mal).
- Je suis trop pudique avec le corps médical. C'en est maladif. Il y a certains actes préventifs que je n'ai jamais fait à cause de cela. Le risque est pris et parfaitement assumé. Je suis préparée à ce qu'il pourrait m'arriver, surtout connaissant la liste de mes antécédents.
- Je m'attache trop aux gens. Parfois trop vite. Ma naïveté et mon grand coeur y sont pour quelque chose. Et les déceptions/trahisons du passé n'y changent rien. Seul l'écran et la distance me protègent. Ca m'aide beaucoup, parfois de trop, à garder mes distances et ne pas m'emballer.

Je suis trop tout. Trop peu. Dans tous les cas, c'est moi. Enfin, je crois...

3 commentaires :

  1. Tu es de quel signe astrologique ?... On dirait la description de mon mari (il es cancer...) !!! ;-) Bonne journée à toi !... Mymy & Co.

    RépondreSupprimer
  2. Je me reconnais beaucoup dans tout ce que tu écris là ...
    Après comme on dit, on ne se refait pas, j'imagine qu'il faut apprendre à composer avec qui on est réellement ...

    RépondreSupprimer
  3. Incroyable, j'ai un clône !!!!!!!!!!!!
    J'ai eu l'impression de me lire !
    On a beu me dire qu'avec le temps, on change, j'ai 38 ans aujourd'hui et je suis toujours aussi naïve, candide, nostalgique, prête à me plier en 4 pour les autres, je ne me mets jamais en priorité, on a beaucoup profiter, abuser de cette gentillesse, j'en ai énormémént souffert mais en même temps, je n'ai pas envie de changer, ce sont les autres qui devraient davantages nous ressembler, le monde serait plus beau,........Tu ne crois pas ?
    Moi, c'est ce que je me dis

    RépondreSupprimer