Le choc des générations

mardi 12 mai 2015 Ingrid | Mémorables oublis 4 Comments


Je suis peut-être de la vieille école mais dès mon enfance, on m'a appris la politesse et le respect. Pour moi, "Bonjour", "Merci", "Pardon" et "Au revoir" devraient être ancrés dans notre conception de la vie. Mais force est de constater que nous sommes de plus en plus à être considérés comme de la vieille génération...

Enfant, j'ai souvent entendu "Tu écoutes les grands". Ou bien encore "Tu dois le respect aux anciens". Chose que j'ai accompli. Sauf que, y a des limites. Et ces limites ont été franchi il y a un mois. Avec notre voisin de jardin, que j’appellerai à l'avenir, Monsieur Guirlande.

Cet homme est une plaie. Il n'a pas du tout le fond méchant mais c'est la gazette du village et tellement grande gueule qu'il arrive à foutre la merde entre les gens. Combien de fois Papa redescendait du jardin, dégoutté car il n'avait rien fait, tellement Monsieur Guirlande lui tenait la jambe. Et ce n'était certainement pas Papa qui allait lui dire quoi que ce soit. Il subissait en silence.

Lorsque Fred a récupéré le terrain de Papa, on nous a prévenu de l'énergumène et de ce qui nous attendait. Sauf qu'on n'a pas écouté les "on dit". Nous avons préféré faire nous-même notre propre opinion. Et malheureusement, ça a confirmé ce qu'on nous a dit.

Au début, on ne disait rien. On le laissait parler. Car, enfant, on nous a appris le fameux respect des anciens. On est souvent redescendus du jardin sans avoir rien fait tellement Monsieur Guirlande nous avait tenu la jambe. "Grâce" à lui, on a appris pas mal de détails sur la vie privée des gens. On sait par exemple, qu'untel a une fille qui se fait régulièrement battre par son mari alcoolique. On sait qu'un est cocu et qu'une autre a un grave cancer. Sans oublier la femme qui a volé de l'argent à son proprio etc...

Personnellement, on s'en fout (si tout cela se révélait être vrai). Ça ne nous regarde pas. Pire, ça nous met mal à l'aise car ce sont des personnes que l'on connait de vue. Dire bonjour au père de la fille battue, et lui dire "Comment ça va ?", ça fait bizarre. Et si on a le malheur de dire à Monsieur Guirlande que l'on ne connait pas la personne, il va tout faire pour que tu la connaisses. Et si on lui dit que ça ne nous regarde pas, il devient susceptible. Mais on dit toujours qu'il faut être bien avec ses voisins donc bon...

C'est déplacé et barbant à la fois. Lorsqu'on vient au jardin, on prie pour qu'il ne soit pas là. Dans le cas contraire, on l'évite le plus possible. On tente de rester en haut du terrain mais difficile puisque notre potager est tout en bas.

L'année dernière, ou il y a deux ans, je ne m'en souviens plus, il prenait des photos avec son appareil jetable. Je l'ai vu me prendre en photo. Et vous connaissez mon souci avec les photos dont je n'ai pas le contrôle. Je suis descendue le voir et je lui ai demandé ce qu'il avait à prendre notre jardin en photo. Il a répondu que c'était pour les montrer à ses amis. Comprendre par là, tout le village. Bon, qu'il prenne mon jardin en photo et ce qu'il y a dessus, je m'en fiche. Mais que j'apparaisse sur les photos et qu'il les montre à tout le monde, hors de question. Et c'est ainsi que Fred et moi avions découvert sa forte susceptibilité. C'est simple, on ne peut absolument rien lui dire qu'il prend la mouche ! Ce jour-là, j'étais énervée, j'ai haussé le ton. Il m'a tenu tête en disant que je n'étais pas sur ses photos. Faudra que l'on m'explique comment il a pu me donner, quelques jours plus tard, celle où l'on m'identifie dessus. Et allez savoir s'il n'a pas montré cette photo avant de me la donner et s'il y en avait pas d'autres...

Cet épisode m'a irritée. Car j'avais toujours en tête cette fameuse règle "Respecte les anciens". Je me fiche qu'il ait 50 ans de plus que moi. J'ai atteins un âge où le respect se doit d'être mutuel, non ?!

"Grâce" à cette photo, nos relations se sont un peu effilochées. Il est devenu moins pot de colle. Et c'était tant mieux !

L'automne dernier, il a commencé à accrocher ses poubelles. Oui, ses poubelles. Lorsqu'il ne les brûle pas. Ça aussi, ce fut épique ce jour-là. Un samedi matin, une fumée tantôt blanche, tantôt noire, une puanteur de plastique, de caoutchouc venait du terrain voisin et abandonné. Nos yeux étaient irrités, on toussait. Fred est descendu pour lui faire la morale, que les déchets vont dans une poubelle et le reste à la déchetterie. Il y en a une à 3km de là où il habite et il a une voiture avec grand coffre. Mais non, Monsieur les brûle et ça, tout au long de l'année. Depuis ce jour, il continue ses feux mais uniquement les matins de semaine (il sait qu'on ne sera pas là donc on ne peut plus le prendre sur le fait). Et donc, depuis novembre, ce qu'il ne brûle pas, il l'attache. Parce que les chevreuils et les oiseaux viennent. Ca fait des dizaines d'années que c'est ainsi et voilà seulement quelques mois qu'il décide de faire quelque chose. Sauf que, c'est devenu un terrain de déchets. Les photos reflètent mal la réalité, c'est bien dommage mais pour vous donner une idée, il n'y a pas une branche ni un piquet qui soit nu de poubelles. Voici la liste, non exhaustive : filet de pomme de terre, sachet de farine, boîte de thon, de Nivea, bouteille de ketchup, emballage de chocolat, des CDs, des bandes de K7 et j'en oublie... Il y en a plein ses cerisiers et ses piquets. D'où le surnom de Monsieur Guirlande.

Bon, entre nous, je m'en fous. Je n'adhère pas pour autant cela dit. Mais c'est chez lui, il fait ce qu'il veut (bien que nous soyons sur une zone naturelle, touristique et qui longe le cimetière). Sauf que, ses poubelles, il les attache mal donc au moindre grand vent, ça vole. Ca tombe dans mon jardin et parfois dans celui des autres et comme en plus Fred est chargé du ramassage des poubelles chaque lundi matin, il perd son temps de travail a ramassé les merdes de l'autre.

Et un après-midi, on arrive à notre jardin, rebelote. Des poubelles dedans. Je ramasse le filet de patates et l'emballage de Kinder Bueno et je descends le voir. Sourires et civilités faits, je lui rends ses poubelles en lui disant "Vous faites ce que vous voulez dans votre jardin mais attachez bien vos trucs (il n'a pas aimé le terme, me forçant alors à lui dire "poubelles" qu'il a encore moins apprécié) car on ne va pas passer notre temps à les ramasser". Il a rigolé et il m'a répondue "Tu es jeune, tu ne t'es pas fait mal en te baissant".

Me connaissant, Fred a félicité par la suite mon sang froid car de un, je ne vois pas le rapport avec mon âge et mon dos et de deux, cette façon de rigoler et de me prendre de haut m'énerve au plus haut point. Et tout en lui exposant le plus calmement possible que je n'ai pas à ramasser ses poubelles, je découvre qu'il a attaché des trucs sur notre clôture. Là encore, je lui en fais part. Déjà qu'il est con à la base, je me demande s'il ne perd pas de plus en plus la tête car il ne comprend rien ! Il a attaché des piquets sur le grillage et non sur le piquet. Du coup, ça déforme le grillage. NOTRE clôture. J'ai tenté désespérément de lui faire comprendre qu'on tolère qu'il utilise notre clôture pour attacher des trucs mais qu'il les attache sur le piquet et que la moindre des choses aurait été qu'il nous demande l'autorisation (on aurait dit oui). Et voilà comment je me fais insulter de méchante qui deviendrait presque mauvaise et qui chipote. Et il a ce culot magnifique de nous sortir "Vous M'avez demandé l'autorisation pour mettre une clôture et un brise-vue ?" (le brise-vue nous a été offert par ma mère car on ne supportait plus de voir son dépotoir et depuis le chemin, les gens pouvaient penser que c'était la continuité de notre terrain. Et depuis que l'on a installé ce brise-vue, il est vexé car il ne peut plus guetter).

J'hallucine. Pincez-moi ! On est chez nous, on a payé 620m² de terrain, on en a clôturé la même superficie et il faut lui demander SON autorisation ?! Sous prétexte qu'il a un droit de passage, il faudrait lui demander l'autorisation de clôturer... Mon Dieu qu'il est con. Oui, voilà où on en est Fred et moi. Cet homme nous insupporte. Les seuls moments de répits que nous avons et ce plaisir à nous rendre dans notre jardin, c'est lorsqu'il se barre un mois et demi en Corse ! Un mois et demi de bonheur où nous ne sommes pas épiés, dérangés, à nous promener librement dans notre jardin etc...

Une fois de plus, on tente de lui expliquer que la clôture est chez nous et qu'elle nous appartient dans son intégralité puisque Fred a tout payé. Monsieur Guirlande qui rétorque, là encore, sans aucun rapport : "C'est comme pour la photo, tu as dit que je t'ai prise en photo alors que ce n'est pas vrai". Je me félicite d'avoir laissé traîner cette photo dans ma cabane que j'ai pu lui coller fièrement sous son nez. Il a eu comme seule réponse "J'ai 83 ans, tu sais à mon âge, on ne discute plus". Comprendre par là "J'ai 80 ans, je suis en âge de faire n'importe quoi, que ça plaise ou non".

Sous prétexte que c'est un ancien, faut fermer notre gueule ?! Je suis désolée mais non, ça ne fonctionne pas ainsi. Beaucoup de personnes nous ont dit de nous méfier de lui, on ne les a cru qu'à moitié. Mais force est de constater qu'ils n'ont pas exagéré. Cet homme est susceptible qui plus est. La moindre remarque et il nous sort qu'on est des petits trous du cul qui cherchent les histoires (et le connaissant, notre réputation est déjà toute faite dans le village mais fort heureusement, beaucoup ne peuvent pas le voir). Faut dire qu'avant qu'on récupère le terrain de Papa, cet homme était entouré de vergers et de terrains abandonnés. Il était donc libre de faire ce qu'il voulait (comme faire ses feux de merdes sur notre terrain et maintenant, dans le jardin voisin abandonné).

Le lendemain, il s'est excusé auprès de Fred. Il lui a fait rappeler qu'il était un vieux monsieur, qu'il ne faisait rien de méchant. Fred lui a répondu que j'ai été insultée et que la clôture nous appartenant, il se doit de la respecter, peu importe son âge (on lui a pas dit qu'un piquet était complètement déterré, tellement il se balance dessus). Cette clôture n'a que deux ans et elle est déjà dans un sale état (car en plus, il fout du sel de déneigement, j'vous raconte pas le pied des piquets qui sont bouffés par la rouille). Comme à son habitude, il a mis fin à la conversation, vexé.

Depuis, on ne le voit quasi plus. Il nous évite. S'il vient l'après-midi, il reste dans son coin. Qu'il ne vienne pas me dire bonjour et faire comme si de rien était. L'excuse du "Je suis vieux" ne fonctionne plus avec nous. On en a mis beaucoup sous nos pieds. Je trouve cela bien triste d'en arriver à un tel niveau mais si c'est le seul moyen pour qu'on ait enfin la paix, je signe !

Mais ce n'est pas gagné car la semaine dernière, nous l'avons vu débarquer. Il s'est planqué derrière la cabane du voisin. Tu voyais une tête blanche dépasser... Puis, aussitôt nos dos tournés, il s'est mis à 4 pattes et à longer son jardin ainsi jusqu'à se faufiler dans sa cabane. On a bien rigolé Fred et moi. Par contre, il a passé l'après-midi à nous guetter. Il sortait la tête et si on regardait vers lui, il se cachait de suite. OK, ça fait rire mais se savoir épiés dans son terrain, par un con qui plus est, on le supporte moyennement.

Alors oui, on va penser que nous sommes intolérants face à ce vieux monsieur mais tout le monde l'a connu ainsi (il insupporte tout le monde, les gens l'aime moyennement à cause de sa grande gueule etc. Donc non, rien à voir avec son âge avancé). On vit ce qu'on nous avait dit dès le départ "Si vous n'êtes pas dans ses bons souliers, il deviendra très con".

Sans blague...

Je ne sais pas pourquoi mais on n'en a pas encore fini avec lui. J'espère qu'il va se casser en Corse, c'est tout ce que je demande !

4 commentaires :

  1. M'enfin, quel énergumène celui là ! Je te souhaite bien du courage avec lui...

    RépondreSupprimer
  2. oui tu as parfaitement raison, le respect doit être mutuel... et je suis comme toi on m'a appris la politesse et toutes ces règles de bienveillance !

    RépondreSupprimer
  3. ma pauvre courage ! les anciens et leurs humeurs.... de quoi écrire une série d'au moins 25 bouquins !
    J'ai le même soucis avec des voisins pour la clôture, mais là ils sont deux, un petit couple de retraités FABULEUX ! (non je déconne). Ils font une fixette sur leur grillage (qu'ils ont posé en limite de propriété) et maintenant qu'on veut faire quelques chose sur le terrain histoire d'avoir un joli jardin (normal) et bien non ! Il faut que ce soit à au moins 50 cm de leur grillage pour ne pas l'abîmer mais pourquoi on perdrait 50 cm de notre terrain sur toute la longueur de notre terrain qui est déjà pas grand !

    Bref il a fait constaté par un huissier que si ça dégradait son grillage il faudrait qu'on paie O.o !!!?!?

    Je pense qu'on va finir par faire intervenir le médiateur de la ville pour expliquer où est la limite de propriété, qu'on peut faire ce qu'on veut (sans que ça abîme son grillage bien-sur) et qu'on en a marre qu'il regarde tout ce que l'on fait dans le jardin parce que oui ils nous épient ! Parce que oui on veut mettre des brises vues à cause de ça !

    RépondreSupprimer
  4. Je pense que tu n'as pas "atteint un âge" où le respect est mutuel, je pense que tu as toujours eu cet âge. Parce que nous sommes des personnes. Nos parents ne devraient pas nous dire "respecte les anciens" mais "respecte les gens".

    Mais sinon ce gars est... insupportable. Je pense qu'à votre place ça fait longtemps que j'en pourrais plus... C'est pas possible d'être aussi con !

    RépondreSupprimer