Il n'est pas inscrit SPA sur mon front

vendredi 24 juillet 2015 Ingrid | Mémorables oublis 14 Comments


Je veux bien adorer les animaux, être gagate avec mon chat, m'amuser avec les insectes, prendre plein de photos de mésanges et rouges-gorges en hiver, être totalement inconsciente pour m'approcher le plus possible d'un orvet ou d'une couleuvre pour l'instagramer, être révoltée face au passif du gouvernement, face à la cruauté des humains sur les animaux, à me tourner de plus en plus vers le végétarisme, à être parfois surnommée Brigitte Bardot, à vouloir un raton-laveur depuis que j'ai découvert des comptes sur Instagram MAIS cela ne fait pas de moi une SPA.

Je savais que j'allais rencontrer des soucis avec un autre voisin mais pas au point de contacter une association animalière pour des renseignements.

Le voisin en question est un homme, en couple, qui adore les animaux. Oui, ils les adorent. Mais à leur manière. Les chats font des petits (d'ailleurs, la mère a le corps totalement déformé à force de faire 50 portées par an) et lorsque ses petits grandissent, ils deviennent moins intéressants donc ils sont foutus dehors. Certes, ils ont droit à de la nourriture le matin (nourriture pour chien car c'est moins cher) mais ils ne feront rien de plus.

Comprendre par là : pas de vaccination, pas de traitements contre les tiques/puces/vers. C'est simple, pas un seul centime sera versé chez un véto. Le chat peut revenir blessé, il sera interdit de rentrer dans la maison et finira par dépérir pour ensuite aller mourir à l'entrée de la forêt (du vécu, quasi chaque année).

On peut également parler du berger allemand, avec pédigrée, qu'ils ont acheté et que la pauvre bête n'a jamais été au-delà des 5m autour de la maison. Sauf une ou deux fois lorsqu'il était chiot, ça fait classe de se montrer avec une peluche devant les gens...

Donc s'ils ont les moyens de s'acheter un chien de race, ils ont les moyens de mettre de l'argent dans les frais de vétérinaire. Mais non, hors de question ! Ils veulent bien nourrir leurs chats mais faut pas pousser le bouchon trop loin !

Et c'est ainsi depuis des dizaines d'années...

Sauf que, depuis quelques jours, on se retrouve avec des chatons qui errent dans la rue. Des chatons qui sont dans un triste état. Très très maigres, les yeux et le nez défoncés par le corriza et sourds à cause de la galle des oreilles. Si pris à temps, ces maladies sont soignables. Je ne vous parle pas de leur mère que l'on a retrouvé entrain de crever près de notre bassin le week-end dernier. On la leur a ramené dans un carton avec en réponse "On le sait qu'elle est entrain de mourir, on va la mettre au garage". En gros "On va la relâcher pour qu'elle crève dehors". A ce jour, je en sais pas ce qu'est devenue cette chatte...

J'ai donc contacté l'association bien que le numéro de téléphone m'a fait atterrir chez la trésorière. Elle m'a reçu avec limite la voix tremblante, je l'entendais renifler. 25 ans qu'elle travaille bénévolement dans cette association. Et plus les années passent, plus elle est découragée, fatiguée, démunie. C'est simple, à l'heure actuelle, elle vit avec 41 chats. Oui, vous avez bien lu. 41 chats. Et dans sa maison ! Parce qu'ils sont envahis d'animaux, que les besoins, l'argent et les locaux manquent cruellement...

Et je lui ai exposé mon cas. Notre relation téléphonique a vite refroidi. Pour faire court : c'est à moi de faire changer les choses.

J'ai envie de rire ! Elle m'a suggérée d'attraper les chats et de les faire opérer gracieusement par un véto compréhensif que je dois moi-même trouver ! Non mais j'ai que ça à foutre ?!

Je connais et comprends la détresse de ces gens qui donnent de leur temps, de leur argent, de leur amour pour ces animaux mais moi, je n'ai pas demandé à faire tout ça.

Cette personne m'a également suggéré de les nourrir en attendant que des places se libèrent. Là encore, est-ce LA SOLUTION ?! Absolument pas ! Si je commence à les nourrir, je suis foutue. On ne veut pas devenir comme ces personnes qui nourrissent les chats errants et qui, indirectement, aident à la prolifération de ces chats de rue. Encore moins nourrir les chats que le voisin n'est pas foutu de faire alors qu'il en a les moyens.

Et là, elle m'a répondue "Et vous dites aimer les animaux ? Permettez-moi d'en douter". Oui, j'aime les animaux. Mais ce n'est pas mon devoir de m'occuper de ceux des autres.

Je pensais qu'une association animale, c'était un peu comme les services sociaux. Qu'une enquête était lancée pour voir les éventuelles maltraitances. Ah ah, quelle naïve je suis ! Parce qu'une enquête ne se lance pas sans preuve. Il faut que j'en apporte. Il faut que je fasse des photos en détail de l'état des bêtes, que je prouve qu'ils sont mal nourris, qu'ils n'ont pas d'habitation. Là encore, j'ai autre chose à faire qu'à chercher les chats pour photographier leurs têtes et leur maigreur. Autre chose à faire que de chercher les soirs d'hiver où ils sont planqués dehors pour prouver qu'ils ne sont pas dans la maison...

La dame m'a également suggéré de porter l'affaire devant les tribunaux. Non pas que je sois contre mais les témoignages glanés ici et là ne me rendent absolument pas optimiste. Déjà, ce voisin a déjà eu droit à une enquête pour des chiens qui crevaient dans le froid en hiver, dehors. L'affaire a été classée sans suite (les chiens ont fini leur misérable vie derrière la maison, ainsi, pas de témoins). On a rencontré une dame qui promenait son chien, originaire de je ne sais plus où. Elle a déménagé à cause de chats errants. Elle a déménagé car la vie devenait insupportable. Des animaux qui rentrent dans vos maisons, volent la nourriture et pissent partout. Elle a traîné l'affaire en justice. Résultat ? On ne lui a même pas donné raison ! L'affaire a été, là aussi, classée sans suiteet les frais de justice à sa charge. Mais n'en pouvant plus de cette situation (les chats tout comme l'ambiance avec ce voisin), elle a quitté sa maison.

Trouvez-vous normal que des victimes vendent leur maison parce que la justice ne les aide pas ? Trouvez-vous normal que cette dame au téléphone me dise grosso-modo que c'est à moi de changer les choses ?! N'est-ce pas le rôle d'une association ? Je pensais naïvement qu'il suffisait de les alerter et qu'ils prenaient l'affaire en main. Sauf que j'ai eu droit à "On est débordés, débrouillez-vous".

Une fois de plus, ce sont les connards qui s'en sortent bien, à qui on ne dit rien, à qui on laisse faire leur propre loi. J'ai tout de même donné les coordonnées de ce voisin à l'association qui m'a bien fait comprendre qu'il ne fallait pas que je m'attende à un miracle. A moins qu'un chat se retrouve avec une patte arrachée ou un autre avec un oeil qui pend, rien ne se fera.

Sauf si je me décide à prendre les choses en mains : les attraper, trouver un véto bénévole, les opérer et les nourrir, héberger. Mais il est hors-de-question que Fred, ses parents et moi devenions un refuge !

On aime les animaux, nous en sommes responsables mais on n'a pas à subir le j'm'enfoutisme et l'irresponsabilité des autres. Cela ne fait pas de nous des êtres sans coeur. Bien au contraire ! Car voir ces animaux dépérir au fil des semaines, des mois, des années, ce n'est pas de toute gaieté !

14 commentaires :

  1. C'est horrible cette situation...
    Je n'ai jamais été confrontée à ça, je serai aussi démunie que toi :s
    c'est rageant de voir qu'on arrive à de telles situations et que ça reste sans issue :(
    En tt cas tu en as déjà faut beaucoup. ..

    RépondreSupprimer
  2. C'est affreux comme situation. Je suis étonnée que le refuge n'aie pas l'idée de venir voir pour, au moins essayer de, faire quelque chose, c'est plus ton rôle que le leur (idem pour trouver un véto, ils doivent bien avoir certains contacts quand même). Le refuge le plus proche de chez moi est débordé aussi, mais je ne les ai jamais vu refuser un cas. Je trouve ça gonflé que cette femme ose te dire qu'elle doute que tu aimes les animaux. Elle se trompe de cible, ce sont les propriétaires irresponsables qui sont à culpabiliser, pas toi. Quant à tous les nourrir, je n'imagine même pas le budget que ça représenterait ! Et là encore, ce n'est pas ton rôle. Certaines personnes devraient vraiment s'abstenir d'adopter des bêtes si c'est pour ne pas s'en occuper par la suite. S'ils avaient opéré la minette dès le départ, ils n'auraient pas eu tous ces chatons (chats en devenir) malheureux et s'ils ont de quoi prendre un chien de pédigrée, j'imagine que le prix de la stérilisation était largement abordable.
    T'as l'air gâtée côté voisins :/

    RépondreSupprimer
  3. Les gens me dégoûtent tellement ...Et c'est une situation abominable pour ces animaux, ça me mets les larmes aux yeux réellement. Les gens sont tellement égoïstes, irresponsables et cons !
    Par contre je ne suis pas d'accord avec toi sur certains points. Tu dis "On ne veut pas devenir comme ces personnes qui nourrissent les chats errants et qui, indirectement, aident à la prolifération de ces chats de rue." Je ne vois pas en quoi ces gens aident à la prolifération des chats de rue. Oui il les maintiennent en vie peut être, mais franchement tu préfères les laisser crever? C'est tout à l'honneur de ces gens ...
    Pour les assoc, j'y ai été confronté aussi il y a pas longtemps. J'ai eu 2 chatons qui allaient être tués si je ne les prenais pas. Sauf que je pouvais pas les garder. J'ai fait toutes les assos de la région et aucune n'en a voulu. Sur le coup j'étais énervée, et je comprenais pas leurs attitudes. Mais j'ai vite compris en suivant sur FB certaines : ils n'ont pas énormément d'argent, ils sont démunis face à toute cette cruauté, ils sont pire que complet et s'oriente du coup sur les cas d'extrême urgence. Une des assos que je suis, qui m'a dit non, a eu 3 chats dans la même semaine : un qui ne marchait plus, un attaquait par des asticots jusqu'aux organes et un en piteux état également. Enfin ce que je veux dire c'est que malheureusement elles sont tellement débordées qu'elles prennent les pires de chez pires ... Bon après la façon dont elle t'a parlé n'est pas top :/

    En tout cas, t'as l'air gâtée niveau voisins, ça fait peur ... Bon courage

    RépondreSupprimer
  4. Dans ton premier paragraphe t'as oublié "recueillir un hérisson" ;) :P

    Je comprends et en même temps je me demande si ce n'est pas la meilleure solution ? Parce que les années vont se suivre encore et encore et des animaux vont mourir encore et encore... alors que si ces animaux-là servent de "preuves" peut-être que ça se terminera... est-ce que tu as pensé à demander aux autres voisins s'ils voulaient bien t'aider ? Ou à aller voir la police ? Parce que bon, la maltraitance envers les animaux c'est quand même puni par la loi, ce sont eux qui vont ouvrir l'enquête.

    RépondreSupprimer
  5. Ameline : J'en ai parlé avec ma véto la semaine dernière. Elle n'est absolument pas surprise tellement elle entend le même son cloche venant de beaucoup de gens...

    Lina : Sauf qu'il est impensable pour eux de claquer 100€ dans une opération. Du coup, tous les ans, de nouvelles portées... Et c'est ainsi dans d'autres rues d'un petit village de moins de 1000 habitants ! Notre rue comporte 15 maisons. Seules 2 maisons ne sont pas dignes...

    Eeleesible : J'ai omis de préciser que ces gens ont un ou deux chats mais qu'aussitôt qu'il y a une portée, ils mettent les chatons dehors. Tout ça, je pense, parce qu'ils ne veulent pas payer l'opération. Donc pendant que leur chat vit tranquillement sous leur toit, les futurs adultes vivent dehors, n'ont aucun contact humain, n'espéreront aucun soin et se nourrissent du minimum... Donc oui, à mon sens, ce genre de personnes aide à la prolifération... Et je suis d'accord qu'il y a plus grave à prendre en urgence mais delà à me dire "à vous de faire les choses". J'ai eu confirmation par ma véto qu'il était totalement illégal de kidnapper un chat et de le faire opérer. Ca ne se fait pas même s'il n'est pas enregistré. Il reste quand même la propriété du maître. Je remercie la chaleur qui me permet de souffler. Les chats passent leur journée à dormir, je ne les vois pas mais dès l'automne et la saison des amours, ça va recommencer... Et comme répondu plus haut, sur 15 maisons, seules deux ne sont vraiment pas dignes... Merci !

    Melgane : Rha ouais, la petite MissPic ! Pourtant, j'ai pensé à elle y a pas longtemps (puis y a Pioupiou aussi que j'ai gardé 24h ^^). Ma véto m'a confirmé que je serais dans l'illégalité en faisant opérer les chats dans le dos des "maîtres". J'en ai parlé à la gendarmerie qui m'a dit qu'elle ne pouvait rien faire (à moins que j'apporte des preuves de maltraitance et que ces chats appartiennent bien au voisin car pour eux, je leur apporte que des suppositions). La conciliatrice m'a répondue que je devais voir ça avec le Maire et ce dernier, m'a répondu, totalement dépité et découragé qu'il ne sait plus quoi faire dans le sens que même les assoc' ne font rien... Il n'y a pas de maltraitance, seulement de l'abandon (et quand je vois que même avec maltraitance, il ne se passe parfois rien...). Les autres voisins ? Ils refusent de se mouiller ou bien s'en fichent...

    RépondreSupprimer
  6. Affreux !
    Je vis à Perpignan et tous les jours je passe devant une grande maison avec un grand jardin laissé à l'abandon qui donne sur le parking d'une résidence, une vingtaine de chats y vivent même plus. Et ce sont toutes des femelles qui donnent des chatons et encore des chatons. Il m'est arrivé de voir des chatons morts !!! Le propriétaire de la grande maison refuse d'appeler la fourrière ou la SPA, il dit que quand il y aura trop de chats il réglera le problème avec de la mort-aux rats. J'ai contacté la SPA, ils ne peuvent rien faire car plus de places et les autres refuges d'animaux idem. C'est à moins de m'en charger ! De plus j'ai appris qu'une loi est passée le 1er janvier 2015 qui donne l'obligation aux communes de stériliser les chats errants puis de les relâcher dans leur lieu de vie ! La commune ne s'occupe de rien.
    Une chatte errante c'est prise d'affection pour moi, mais comment faire ! Dois-je l'adopter ou pas ? Alors que j'ai des revenues très modestes. Bref, je suis scandalisée de voir que beaucoup d'associations disent "aider" mais ne font rien et demandent à nous de faire quelque chose en payant de notre poche.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis complètement atterrée par cet article et par les commentaires... Vous pensez que les assos sont des entreprises, qu'elles ont de grosses subventions ?! Les bénévoles sont, comme leur nom l'indique, bénévoles ! Ce sont des gens comme vous et moi qui prennent de leur temps (et souvent de leur argent) pour aider les animaux des autres comme vous le dites si bien, et je pense que tout comme vous ils n'ont pas "que ça à foutre".
    Non mais vous vivez sur quelle planète ? Les assos vivent des dons et des maigres subventions qu'ils arrivent à obtenir, ils ne peuvent pas se permettre de faire des enquêtes de voisinage et de payer la stérilisation de tous les chats errants sur simple demande !
    Soit vous aimez les animaux et vous êtes choquée par la situation des chats de vos voisins donc vous agissez, soit vous supportez et vous arrêtez de demander à d'autres personnes de faire votre boulot. Vous êtes quand même la 1ere concernée ici, vous vivez à côté de ces chats, contrairement aux bénévoles !

    RépondreSupprimer
  8. Olivia : J'imagine que les assoc' sont débordées et totalement démunies mais au moins nous conseiller, c'est la moindre des choses ! Je garde un mauvais souvenir de mon échange téléphonique. Déçue d'être jugée et rembarrée alors que je ne demandais que des conseils... A croire que la mort aux rats est une facilité pour beaucoup de monde (oui, par chez moi aussi, il y a des empoisonneurs, des gens qui en ont marre de cette surpopulation de chats)

    Ynna : Ma chère Ynna, vu que tu lis de travers, tu comprendras que je ne prendrai pas la peine de te répondre. Bisous et coeur sur toi ^^

    RépondreSupprimer
  9. Part 1/2

    Je comprends les désagréments qu'occasionne votre situation. Pour autant, je vais me faire l'avocat du diable : je comprends cette dame. Je trouve également que le message qu'elle a essayé de vous faire passer est juste. Je ne me prononcerai en revanche pas sur la manière de faire qui je le conçois a pu être maladroit.

    Je fais partie d'une association de protection animale. Nous travaillons beaucoup en réseau d'associations mais nous ne pouvons plus faire face.

    Pour resituer le contexte, en général, ce sont des structures de petite taille qui fonctionnent avec une vingtaine de bénévoles, qui ont une vie à côté (un travail, une famille, des loisirs, des problèmes, d'autres animaux...). Nous nous démenons chaque jour pour placer des chats, les sortir de la rue, les soigner, sensibiliser le public, faire changer les mentalités. Il faut aussi en finir avec cette idée préconçue que les assos reçoivent des fonds : c'est FAUX. Les asso ne recoivent AUCUNE subvention, Souvent, ce sont les bénévoles eux-même qui mettent la main à la poche.

    On ne peut pas soulever un problème et s'en dédouaner totalement en disant : "Oui, j'aime les animaux. Mais ce n'est pas mon devoir de m'occuper de ceux des autres."

    En tant que propriétaire d'animaux, votre devoir n'est effectivement pas de vous occuper de ceux des autres. Je le conçoit tout à fait.
    En tant qu'amie des amie des animaux, votre conscience est en revanche censée vous empêcher de fermer les yeux devant la souffrance animale et de vous reposer sur d'autre personnes dont vous considérez apparemment que c'est le rôle.

    RépondreSupprimer
  10. Part 2/2

    Je rebondis également sur votre phrase "Je connais et comprends la détresse de ces gens qui donnent de leur temps, de leur argent, de leur amour pour ces animaux mais moi, je n'ai pas demandé à faire tout ça.". Croyez-moi, les bénévoles des associations ne font pas ça car c'est leur passe temps. Non, ce n'est pas un loisir, encore moins une obligation. Les bénévoles donnent leur temps car il ne peuvent tout simplement pas rester inactifs face à ces situations.

    Je vous invite à lire le très bon livre "La part du colibri" de Pierre Rabhi dont voici un extrait :
    "Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »"

    Quand vous dites "Oui, j'aime les animaux. Mais ce n'est pas mon devoir de m'occuper de ceux des autres", en même temps vous vous permettez de juger cette association. La dame vous dit qu'elle a déjà 41 chats chez elle. Que voulez-vous qu'elle fasse de plus ? Ne croyez-vous pas qu'il est normal qu'elle réagisse ainsi ? Je pense qu'elle porte déjà sur elle déjà suffisamment la responsabilité des animaux des autres.

    Pour moi, vous vous trompez de coupable en accablant ceux qui essayent de changer les choses malgré les maigres moyens.

    Je n'a pas l'habitude d'être assassine dans les commentaires, bien au contraire, je trouve que chaque initiative ou prise de conscience aussi minime qu'elle soit est à encourager mais là, vous parlez sans savoir. Vous vous comportez en personne égoïste et auto-satisfaite.Tout au long de ton billet, vous vous sentez d'ailleurs obligée de vous justifier et d'apporter des preuves de votre "engagement". Mais au final, ce que je comprends, c'est que vous êtes une amie des animaux, tant qu'ils sont propres, mignons, en bonne santé et qu'ils ne vous posent pas problème. Ce discours est profondément immature.

    En bref, cet article me débecte. Comme Ynna, je suis atterrée.

    Je comprendrais vous ne preniez pas non plus la peine de me répondre. De toute évidence, vous as un avis très tranché et arrêté malgré le fait que vous ne maîtrisiez pas le sujet. Dans cette configuration, je ne pense d'ailleurs pas que ce serait intéressant ou constructif. En revanche, si vous souhaitez débattre de manière plus mature je reste pour ma part ouverte à l'échange.

    RépondreSupprimer
  11. Fanny : Effectivement, je ne prendrai pas la peine de répondre à quelqu'un qui se permet de me juger et m'insulter

    RépondreSupprimer
  12. Donc vous aimez les animaux et quand vous en voyez un en souffrance vous attendez qu'une bonne âme charitable, en l’occurrence une association (= ensemble de bénévoles qui œuvrent dans la limite de leurs capacités et de leurs moyens) vienne le secourir. Manque de chance, cette association est débordée et donc vous êtes en colère.
    Alors on fait quoi? (parce que l'animal, il n 'a pas arrêté de souffrir entre temps, il me semble??) En fait c 'est simple comme bonjour, il y a deux solutions:
    Soit vous fermez les yeux (mais vous râlez en postant un billet), soit vous agissez.
    Je vous le dit tout net, la première solution est carrément mieux. En effet pas de stress, pas de fatigue, pas de peine (un peu de colère mais ça passe), pas de culpabilité, le problème c'est les autres.
    Soit vous agissez, et là....c 'est du boulot car il faut remuer ciel et terre tout en ménageant des susceptibilités des uns et des autres pour trouver une solution pérenne pour l'animal.
    Vraisemblablement vous avez choisi la première...j’espère qu'un jour vous choisirez la seconde, le monde n'en sera que meilleur!

    RépondreSupprimer
  13. Ah, ce que la critique est facile...

    Avant de vous répondre, j'ai consulté longuement la page Facebook de votre blog et les archives.

    Pour ma part, je rejoins les personnes qui ont écrit les derniers commentaires.
    Vous semblez être bien aigrie par le monde qui vous entoure. C'est triste...

    Se comporter en victime et faire des critiques à tout va, sur tous les sujets et sans portée constructive, c'est à la portée de tout le monde et sans valeur ajoutée.

    Croyez-moi, on est bien mieux quand on voit la vue de l'autre côté et qu'on décide de soit même s'investir pour changer les choses.

    Dommage que vous soyez si peu ouverte à la discussion. C'est triste d'être sûre de détenir la vérité au point de ne pas souhaiter discuter et confronter ses idées.

    RépondreSupprimer
  14. Mon dieu, je lis les commentaires précédents et c'est moi qui suis atterrée ... lorsqu'on lit un blog, on entre dans l'univers de quelqu'un qui a pris la peine de partager un peu de lui avec d'autres, et on se doit d'être un minimum (voir un maximum) respectueux de l'auteur de ce blog ... Si le contenu ne vous plait pas, rien n'empêche de fermer la page internet et de filer sur un site qui fera (dans le cas présent mais on peut varier les situations hein ^^) l'apologie des associations de protection animale, fous de la croquette ou autre ... Il n'y a tellement pas d'intérêt à laisser de tels messages (mis à part peut-être de blesser Ingrid, super, très intelligent mais je vous rappelle qu'elle aussi peut être considérée comme un animal, au cas ou ça puisse vous faire devenir un peu plus sympathiques (pardon Ingrid !!).

    Coeur sur vous tous, comme a dit Ingrid qui a l'intelligence de ne pas réagir à ces commentaires (contrairement à moi, mea culpa)

    RépondreSupprimer