Ma rencontre avec les mésanges + DIY

vendredi 9 octobre 2015 Ingrid | Mémorables oublis 0 Comments


(nicher dans un trou de piquet à linge, ça fait aussi l'affaire)

Lorsqu'on a acquis le jardin de Papa, c'était une obligation : il y aurait des nichoirs (en plus des 50 000 mangeoires que j'ai dispersé partout là où je le pouvais). Je voulais tenter cette chouette expérience bien que, à ma connaissance, les oiseaux n'ont pas besoin des humains pour fabriquer leur nid... Mais bon, un jardin sans oiseau, sans nichoir, sans mangeoire, bref, sans rien pour donner un coup de pouce à la nature, c'est nul.

La première année, j'ai suivi des plans trouvés sur Google Images. J'ai choisi le plus simple. Pourquoi faire compliqué sans connaitre d'avance le résultat ? D'autant plus que j'étais peu convaincue que ça fonctionne. Y a déjà des nichoirs autour de notre jardin, les oiseaux ont des endroits illimités pour fabriquer les leurs et puis, chapeau si ça venait à fonctionner du premier coup !

Nichoirs installés contre la cabane à l'abri du vent, les semaines défilent et je zappe mes petites boîtes en bois jusqu'à ce qu'un après-midi, Fred me fasse part des pioupioutements dans l'une d'elles. J'vous fais pas un dessin, j'étais heureuse ! Chaque jour devenait un petit plaisir d'entendre les oisillons appeler leurs parents. Puis ce fut au tour du second nichoir de sortir des cris d'affamés.

Malheureusement, je ne les aurais jamais vu. Pas de crash durant le premier vol, je n'ai trouvé aucun cadavre. J'étais rassurée... Je me suis dit que j'attendrai l'automne pour les nettoyer (un nichoir se nettoie tous les ans afin d'éviter les moisissures, les maladies etc... Puis un oiseau, certaines espèces en tout cas, préfère faire complètement son nid et pas squatter un ancien ou celui d'un autre). Mais voilà que deux mois après, peu avant l'été, on a de nouveau entendu des petits dans l'un des deux nichoirs. Succès au rendez-vous !

L'année dernière, nous avons récupéré les nichoirs et nous leur avons fait un système d'ouverture afin de pouvoir enlever tout ce qu'il y a dedans. J'ai d'ailleurs eu la triste surprise de retrouver 3 oeufs qui n'auront jamais éclos... J'ai récupéré l'un des deux nids et franchement, je suis épatée par le travail qui y a été fait. C'est très bien fabriqué. On y retrouve beaucoup de mousse végétale. Un peu de poils d'animaux et quelques brindilles. On voit de suite la différence avec le nid qui a été fait chez mes beaux-parents où l'on a retrouvé des mégots de cigarettes et des ficelles de poubelles...

Nous avons donc réinstallé nos nichoirs avec ouverture, contre la cabane. Et dans la foulée, j'en ai confectionné un troisième. C'est ce dernier qui a été le premier réservé, accroché à mon abri à insectes. Je découvrais au fil du temps, de la mousse qui s'empilait et beaucoup de poils. Puis, un jour, j'ai ouvert le toit et j'ai découvert des petits oeufs. Des blancs avec de très légers traits rosés. Comme marbré. J'en ai compté 8 (sans absolument rien touché, je précise). J'étais happy. Mais j'ai vite refermé. Je me suis mise en tête que j'avais fait une connerie. Que la mère ne reviendrait plus. Que j'ai mis les oeufs en danger. Bref, j'avais merdé...

Trois jours plus tard, je devais savoir alors j'ai rouvert le nichoir. Et je me suis retrouvée nez à bec avec Maman Mésange noire. Elle n'a absolument pas moufté. C'est à peine si ce n'était pas moi la plus surprise des deux. Là encore, je m'en suis voulue car je me suis dit que maintenant, c'était foutu. Moi et ma curiosité (en même temps, c'est tellement mignon que bon, ça me chatouillait). Le lendemain, je suis encore allée voir et j'ai revu Maman Mésange noire entrain de couver (j'avais déjà préparé le mode "photo" et voilà le résultat). Me voilà ENFIN rassurée. Ma présence n'a en rien affecté la portée... Depuis, je ne touche plus à ce nichoir tant que je n'entendrai pas les petits. Quant au second nichoir, je suis obligée de faire une photo avec flash pour voir ce qu'il y a dedans (j'vais pas sortir l'escabeau pour si peu). Et voici ce que j'y ai trouvé.

Tout ça, ça s'est passé la dernière semaine d'avril. Et je n'y ai plus fourré mon nez (c'est tentant mais ça ne se fait vraiment pas). Depuis, j'ai cogité sur un nouveau système de nichoir pour la saison prochaine. Comment pouvoir profiter sans déranger ? Et bibi a Ze Soluchionne ! Et comme je ne suis pas une pourrie (hem hem), je vous offre le DIY.

Mais ça sera dans le prochain article ^^

0 mémorables oublis :