Hanche en carton et moral à -50

jeudi 17 décembre 2015 Ingrid | Mémorables oublis 0 Comments


Je suis partie pour atteindre ces putains de 80kg d'après fêtes. Ma hanche me démoralise totalement. Condamnée à être grosse. Et c'est vraiment pas le moment de me dire que je ne le suis pas. J'étais si contente d'avoir repris le footing, d'avoir su courir pour la première fois 3km sans m'arrêter et sans même forcer ! Je me voyais évoluer sur du long terme grâce à ma montre cardio que j'ai appris à écouter et qui a su me faire apprécier encore plus mes séances... Bah non, à chaque fois que j'entreprends le moindre truc, ça foire. Dans tous les domaines. Y a que mon homme avec qui ça ne foire pas. Jusqu'à quand ? Parce que bon, on ne peut pas dire que je sois d'un réel optimisme depuis quelques jours. C'est frustrant d'être motivée mais que des bâtons se mettent dans mes roues. On félicite mes efforts pour maigrir. Fred l'a remarqué. Il m'encourage, reconnait que je suis courageuse de résister aux plats que je lui fais et que je ne mange pas. Je suis félicitée d'aller courir lorsqu'il fait froid, même sous la pluie. Il m'aime encore plus lorsque je suis déterminée... Mais là, il est démuni de me voir pleurer car quoi que je fasse, c'est l'échec assuré... J'adore courir mais faut croire que ce n'est pas réciproque. Le TBC et autres programmes du genre ne sont pas pour moi. Le vélo me provoque une tendinite au poignet si j'en fais régulièrement. Bref, je ne sais pas quoi faire pour dire adieu à ce gras. M'assumer, il en est hors de question. Je me déteste devant le miroir. Je me retiens de supprimer les quelques selfies que j'ose poster car malgré ce que vous pouvez me dire, ce n'est pas moi. Juste du maquillage et X poses pour choisir la mieux de toutes. Et je ne peux pas m'empêcher de penser à ma génitrice (et encore, y aurait qu'elle...). Avec ses conneries, je me sens bien comme une merde aujourd'hui. Car depuis dimanche, je n'ai pas la force de me dire que je vaux mieux que ça...

Tout ça pour une douleur à la hanche qui est revenue après 2 ans de convalescence et d'un gars qui a ce don incroyable de me mettre au même niveau qu'une plante verte (voir article de lundi).

PS : Je désactive les commentaires. Pas envie de conseil ou de remonte-moral (ici ou sur HC/FB/IG). J'avais juste besoin de mettre par écrit mon état d'âme actuel. Ca se peut, je supprimerai ce post d'ici quelques heures ou jours quand je n'arriverai plus à l'assumer...