Oublier pour moins souffrir

jeudi 3 décembre 2015 Ingrid | Mémorables oublis 3 Comments


Moins réfléchir. Moins penser. Se détacher de certaines personnes. Oublier le passé. Abandonner les souvenirs malheureux. Ne garder que les sourires. Voilà le travail que je fais sur moi-même depuis un peu plus d'un an. Je crois qu'il n'y a pas plus dur de faire le deuil de quelqu'un qui n'est pas mort. Plus d'une année s'est écoulée et j'ai toujours du mal à m'y faire. Je me bats chaque jour (durant mon sommeil, je n'ai aucun contrôle, ça va de soit, malheureusement), de ne pas penser à mon père. Ni à mon chien. Ni à elle. Ainsi qu'à son fils. Je me bats au quotidien pour ne pas laisser ces pensées se faufiler dans la moindre brèche de mon esprit. Car sinon, je suis fichue. Déprime et larmes s'en suivent durant plusieurs jours. Et cette impression de devoir tout recommencer à zéro. Chaque jour. Mon quotidien... Je parle souvent d'oublier pour mieux avancer. J'envie ces gens qui y arrivent. Même si parfois, je me refuse d'oublier. Oublier serait tellement facile. Et lâche. Sentiment totalement contradictoire. Ce n'est pas une question de choix. Oublier me ferait du bien. Mais ça me ferait d'autant plus mal. Car je ne peux et ne dois pas oublier. Mais ça me soulagerait tellement ! Non pas que je cherche à m'attacher au passé et aux mauvais moments mais il m'est inconcevable de continuer à vivre comme si tout allait bien. En oubliant tout. En effaçant le tableau et tout recommencer. Ça ne marche pas ainsi dans la vraie vie. C'est bien plus complexe. D'oublier. Un mélange de sentiments dans ma tête. Certains que je tente d'enfoncer au plus profond de mon être. Et d'autres que je tente de garder à la surface. Mais parfois l'un ne va pas sans l'autre. Complexe je vous dis. Trouver le juste-milieu mais la balance penchera toujours d'un côté. Que je le veuille ou non. Avec tous les efforts du monde. Un lavage de cerveau. L'idéal. Mais inaccessible. Puis c'est chiant une personne vide de tout sentiment. Et puis, c'est triste les souvenirs disparus. Mais ça soulagerait tellement de maux. Mes maux.

3 commentaires :

  1. Je ne pense pas qu'il soit possible d'oublier quelqu'un qui a vraiment compté. On apprend juste à vivre avec et on finit par l'accepter. Même quand on est "hanté". Mais pour cela il faut laisser du temps au temps.. Comme tu le dis, c'est un long travail.

    RépondreSupprimer
  2. Oublier est impossible, il est difficile de se détacher de ce qui a été vécu c'est dans le présent qu'il faut puiser la force pour que ce passé soit anodin

    RépondreSupprimer
  3. Au lieu de l'éluder, il faudrait bosser sur le sujet pour le régler. Te laisser le droit d'être triste ou en colère. Si tu en as l'occasion, essaye la sophro, la méditation ou l'hypnose. Ca m'aide pas mal à laisser aller ce qui me dérange (et à le dire) sans me mettre la rate au court bouillon.

    RépondreSupprimer