Plante verte

lundi 14 décembre 2015 Ingrid | Mémorables oublis 6 Comments


Voilà à quoi on me réduit depuis quelques mois par une personne en particulier et qui me donne l'impression qu'elle n'est pas la seule...

Oui je ne travaille pas. Oui, je ne cherche pas. Non, je ne me justifierai pas. Je l'ai déjà fait, même sur ce blog et ça me fatigue lourdement de devoir toujours rendre des comptes sur tout. Pensez ce que vous voulez maintenant (que je dilapide l'Etat, que Fred est riche, ou bien ses parents. Ces déductions me font surtout sourire ^^).

Sauf que depuis quelque temps, j'ai cette fâcheuse impression que je dois me battre plus que les autres sous prétexte que je ne travaille pas, que je ne suis pas diplômée et que je n'ai pas de chez moi.

Certaines personnes, mais surtout une en particulier, m'a souvent fait comprendre que comme je ne suis rien de tout ça (embauchée, diplômée, propriétaire), je dois fermer ma gueule. Et lorsque je l'ouvre, je me prends dans les dents que je ne sais pas ce que je raconte. Bah oui, je suis trop conne pour bosser alors pour le reste...

Parce que je ne travaille pas, je ne sais rien de la vie. Parce que je n'ai pas fait de grandes études, je suis forcément une imbécile. Et vivre chez les beaux-parents fait de moi une glandeuse/profiteuse.

Cette personne en particulier m'irrite au plus haut point par ses réflexions puériles. D'autant plus qu'étant susceptible, je ne peux pas espérer une conversation entre adulte. Elle se braque si on ne va pas dans son sens. Et je ne vous raconte pas lorsque c'est une chômeuse non diplômée sans baraque qui lui tient tête (surtout que lorsque je sais que j'ai raison, je ne lâche pas prise)... Une humiliation pour sa petite personne !

Ce n'est pas la première fois, ni la dernière, que je suis critiquée de ne pas travailler. J'ai justifié mes choix, qu'ils soient respectés ou non. Certains m'ont jugée et d'autres, m'ont prise telle que je suis. Il est tout de même malheureux que l'on choisisse quelqu'un sur son statut professionnel. Mais il est d'autant plus triste que l'on rabaisse un non-travailleur sur son niveau intellectuel. Le peu que je l'ouvre, peu importe les sujets, je suis remise en place par cette personne. Pas directement mais je suis toujours contredite. Et lorsqu'on sait que je travaille depuis quelques mois à (ré)apprendre à faire confiance, à me faire confiance, à me découvrir, m'estimer à ma juste valeur, je dois à chaque fois me rappeler, afin de ne pas réduire à néant le travail sur moi-même, que j'ai le droit tout comme à chacun d'avoir des sujets de conversations et mieux, des avis à donner.

J'ai mes raisons de ne pas travailler. C'est un choix qui ne m'est pas toujours facile à assumer. Mais ça ne fait pas de moi une personne sans valeur, sans avis. Je suis très curieuse de la vie. J'aime découvrir des choses, écouter des gens parler de leur travail ou de leur passion que je ne connais pas. Oui, je ne travaille pas. Oui, je n'ai ni salaire ni aides. Mais je suis vivante à l'intérieur. Le peu que je sais fait la richesse de ce que je suis (putain c'est beau ce que je viens d'écrire).

6 commentaires :

  1. Ca n'a rien à voir avec ton article mais c'était pour te dire que je sais pas si tu as remarqué mais les images de ta bannière et de "découvrer le cashback" ne sont pas visibles et sont remplacées par des sens interdits gris. Et aussi, mais alors là c'est une remarque toute personnelle, l'écriture rouge c'est un peu compliqué à lire je trouve...

    Sinon pour en revenir à ton article, quelque part, je comprends cette personne. Peut-être qu'elle a été élevée dans des valeurs de respect du travail, d'attachement au travail, au fait d'être indépendant et de gagner sa vie seul et que du coup, quelqu'un comme toi qui ne travaille pas et ne souhaite pas travailler (et ça peu importe les raisons _ que je ne connais pas d'ailleurs) ça la choque peut-être profondément considérant ses propres valeurs. Après, il y a aussi la situation actuelle du pays, le fait qu'il y ait beaucoup de chômeurs, donc que moins de personnes participent à "l'effort national". Et que, quand on voit toutes ces personnes qui ont peur de perdre leur emploi, etc., quelqu'un qui ne souhaite pas travailler ça la fout mal. D'autant plus que c'est assez vrai que ça fait un peu "parasite" et "profiteur" (encore une fois je ne connais pas tes raisons, donc c'est difficile pour moi de me placer par rapport à ta position). Ce qui est d'autant plus problématique dans un pays avec beaucoup de chômage.

    Après, c'est clair que c'est pas parce que tu ne travailles pas et ne souhaite pas travailler que tu es stupide et que tu n'es pas capable de former un avis construit et intéressant !

    RépondreSupprimer
  2. Et j'ajouterai que, puisque tu ne reçois pas d'aides, ça veut dire qu'aux yeux de l'Etat tu n'es pas considérée comme chômeuse (comme les personnes qui ne sont pas inscrites sur les listes électorales ne sont pas comptabilisées dans les abstentionnistes), du coup on peut assez difficilement te reprocher de vivre au crochet de l'Etat et de profiter de Pôle Emploi (en revanche c'est à double tranchant parce que du coup on peut te reprocher de vivre grâce à ton entourage).

    RépondreSupprimer
  3. Melgane : Merci de m'avoir prévenu. Autant sur Chrome, ça s'affichait bien autant sur les autres plateformes, il n'y avait qu'une croix. Normalement, c'est réparé... Pour le texte, c'est si handicapant que ça ? Je voulais changer, j'arrive à lire...

    Je te maile pour la suite de ton commentaire. Je souhaite préserver l'anonymat de mon histoire ^^

    RépondreSupprimer
  4. Oui, c'est réparé ! :)
    Pour le texte on arrive à lire mais c'est un peu perturbant je trouve.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connais pas les raisons qui font que tu ne travailles pas, mais sincèrement j'ai le sentiment que ce choix là, comme bien d'autres, ne regarde que toi. Tu ne demandes rien à cette personne pour vivre,elle ne te nourrit pas ni rien je présume, donc pourquoi se permettre de te juger ? C'est déplacé, car on ne sait jamais la vie des autres. De par tes écrits, tu sembles être une belle personne, alors garde confiance et ignore les commentaires qui n'ont d'autres but que de t'enfoncer ;)

    RépondreSupprimer
  6. Comme le disent les filles, tes choix de vie ne nous regardent pas.
    Tu sais, tout est prétexte aux critiques. Que l'on ne soit pas marié, que l'on ne travaille ou que l'on décide de rester à la maison pour élever ses enfants etc... On sera toujours juger par quelqu'un qui saura mieux que toi les "moeurs en société".
    Même si c'est dur, il faut faire abstraction de tout ça et ne pas laisser atteindre. Et, je sais de quoi je parle...
    Même si on ne se connait pas, garde courage Ingrid. Toi seule, sait ce que tu vaux.
    Et puis, comme dirait Carl Aderhold: On est toujours le con de quelqu'un lol.

    RépondreSupprimer